« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là »  le 16 mai 2020

ENTETE

************************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

************************************************************************************

« la Chine est-elle prête à gérer une crise du chômage ? »

CHINE 16

« Les changements qui ont aidé lors des précédentes vagues de chômeurs à la fin des années 90 et pendant la crise financière mondiale sont considérés comme absents dans le contexte de la crise actuelle….

En 2019, seulement un quart de la population active totale, soit environ 205 millions et moins de la moitié des travailleurs urbains, étaient couverts par l’assurance-chômage. Pour les travailleurs migrants, le ratio de couverture était de 17% en 2017, lorsque le gouvernement central a cessé de publier le ratio.

L’année dernière était également la première année depuis 1990 ou les paiements d’allocations de chômage en Chine ont dépassé les contributions reçues, suggérant que la situation globale de l’emploi avait atteint un point critique avant même l’impact de la pandémie. »

https://www.scmp.com/economy/china-economy/article/3083823/coronavirus-china-prepared-handle-unemployment-crisis?utm_source=Twitter&utm_medium=share_widget&utm_campaign=3083823

« Classe et coronavirus: 

alors que les riches de la Chine réduisent le luxe de la vie, les plus pauvres du pays se battent pour leur survie »

« Et tandis que de nombreuses usines dans le cœur industriel du pays ont rouvert, un effondrement de la demande mondiale de produits chinois a atténué les espoirs d’une fin rapide de leurs problèmes

Outre le coût humain de la pandémie de Covid-19, les économies sont au point mort et peu de gens en sortiront probablement indemnes. Mais alors que les familles de la classe moyenne sont confrontées à la perspective de renoncer à leur luxe, celles qui se trouvent déjà au bas de l’échelle des revenus sont confrontées à un désastre potentiel….

Mais les économistes disent que le pire reste à venir pour la main-d’œuvre massive de la Chine….

« La disparité régionale de la Chine est énorme », a déclaré Hu Xingdou, économiste politique indépendant à Pékin. «Alors que les habitants des grandes villes et des régions côtières ont du mal à maintenir leur vie normale, ceux des provinces de l’intérieur et des régions frappées par la pauvreté risquent de perdre leur vie ou de les perdre déjà.»… »

https://www.scmp.com/news/china/society/article/3084398/class-and-coronavirus-chinas-wealthy-cut-back-lifes-luxuries

*************************************************************************************

INDE

 « l’ombre de la faim plane sur le pays »

Certains experts redoutent le retour de la famine dans ce pays d’1,3 milliard d’habitants. La situation des travailleurs migrants est particulièrement préoccupante, car ces millions de pauvres bloqués dans les villes, sans argent depuis l’arrêt de leur entreprise, n’y ont pas de domicile officiel et donc pas de carte de rationnement leur permettant d’accéder aux aides en nature ou en argent accordées par le gouvernement. « Nous ne sommes pas dans une crise de l’offre car la récolte de rabi [les cultures semées en hiver et récoltées au printemps] est plutôt bonne et elle s’ajoutera aux stocks publics de grains déjà pléthoriques. Mais nous sommes dans une crise d’accès à la nourriture »

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/05/12/coronavirus-en-inde-l-ombre-de-la-faim-plane-sur-le-pays_6039399_3210.html

INDE 16

« L’esclavage fait son retour en Inde », qui sape son droit du travail

« plusieurs Etats de l’union indienne ont décidé de porter la semaine de travail à soixante-douze heures.

L’Uttar Pradesh a été le premier à se lancer, mercredi 6 mai. Dirigé par un moine nationaliste hindou extrémiste, l’Etat le plus peuplé de l’union indienne (200 millions d’habitants…

Cet état d’exception va durer trois ans. D’un coup de baguette magique, ce sont toutes les lois relatives au règlement des conflits du travail, à la sécurité, à la santé et aux conditions de travail, à la reconnaissance des syndicats et aux conditions des travailleurs migrants de l’intérieur qui disparaissent. »

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/12/coronavirus-l-esclavage-fait-son-retour-en-inde-qui-sape-son-droit-du-travail_6039428_3234.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3_08IxQk8YWaVundDjv2rqRDFPI-h1dU2cGIsVmym_GYv61STh8gggVJA#Echobox=1589280996

« Au Goujarat, poumon industriel du pays la journée de travail passera de 8 à 12 heures. »

« Alors que l’Inde a entamé un déconfinement progressif, dans l’État de l’Uttar Pradesh, qui est le plus peuplé du pays, le gouvernement régional a suspendu pour trois ans toutes les lois de protection de travailleurs, sauf quatre textes – ceux qui obligent, entre autres, l’employeur à payer les ouvriers régulièrement et lui interdisent de pratiquer l’esclavage.

Quatre autres États ont suivi dans ces traces : le Goujarat, poumon industriel du pays, le Madhya Pradesh, le Rajasthan et l’Himachal Pradesh. Tous, sauf un, sont dirigés par le parti de la droite nationaliste hindoue du Premier ministre.

Au Goujarat, la journée de travail passera de 8 à 12 heures. Au Madhya Pradesh, les entreprises de moins de 40 salariés ne seront plus tenues de respecter les normes de sécurité industrielle, les nouvelles usines seront exemptées des règles basiques d’accès aux toilettes ou de congés payés, et enfin, elles n’auront plus besoin d’informer le ministère du Travail en cas d’accident du travail. »

http://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200512-coronavirus-linde-sacrifie-son-droit-travail-relancer-l-%C3%A9conomie?fbclid=IwAR0ltzLwgu6LToCibHFY5_QVu_EOfgHfEXgGn3cvk0cYaxRDBHhKKxwvPwM

**********************************************************************************

Aux Etats-Unis, les banques alimentaires débordées

Privés de leur emploi à la suite de la crise liée à la pandémie de Covid-19, des milliers d’Américains ne gagnent plus assez d’argent pour se nourrir.

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/05/13/les-banques-alimentaires-debordees-aux-etats-unis_6039516_3210.html

3 millions d’Américains supplémentaires demandent des allocations de chômage

« Cela porte le nombre total de primo-demandeurs à 36,5 millions depuis la mi-mars. Cela représente 22,4% de la population active de mars….

 Mais les prévisions pour le taux de chômage de mai sont encore plus élevées. Goldman Sachs ( GS ) a déclaré plus tôt cette semaine qu’il s’attendait à un taux de 25% »

https://edition.cnn.com/2020/05/14/economy/unemployment-benefits-coronavirus/index.html

*************************************************************************************

ESPAGNE

« l’effondrement d’un mythe »

« Le mythe de la Barcelone économiquement toute-puissante qui, en réalité, ne tenait qu’à un fil. « J’ai peur. C’est très profond, tout ça. Le confinement a soudain rendu visible tout ce qui se trouvait en dessous. Aux milliers de personnes qui vivent de l’économie souterraine et qui se retrouvent sans rien. »

https://www.elperiodico.com/es/barcelona/20200509/el-raval-zona-cero-del-derrumbe-del-mito-barcelona-7954549

ESPAGNE 16

des milliers de Catalans allongent chaque jour les files d’attente devant les cantines sociales

« Et chaque semaine qui passe, 10 000 personnes supplémentaires frappent aux portes de la  Croix Rouge pour demander de la nourriture. »

https://www.elperiodico.com/es/sociedad/20200514/miles-pobres-subitos-por-el-coronavirus-desborban-los-bancos-de-alimentos-7959733

************************************************************************************

MEXIQUE

 «Le problème est que les travailleurs doivent manger maintenant et en 2021»

MEXIQUE 16

 «La crise économique et sanitaire ne survient pas après le Covid. La classe ouvrière le vit en ce moment. »

« Les usines frontalières américano-mexicaines sont contraintes de rester ouvertes malgré le risque de Covid-19

Les États frontaliers du Mexique abritent plus de 6000 maquiladoras – principalement des usines appartenant à des étrangers qui fabriquent des produits destinés à l’exportation – et les usines, qui emploient des centaines de milliers de personnes, ont fait l’objet de plusieurs épidémies de coronavirus….

La sous-secrétaire à la défense pour les acquisitions et le maintien en puissance, Ellen Lord – l’ancienne chef d’un entrepreneur de la défense qui possède des maquiladoras le long de la frontière – a déclaré que les fermetures au Mexique affectaient les chaînes d’approvisionnement «  particulièrement importantes pour la production de cellules d’avion aux États-Unis » »

https://www.theguardian.com/world/2020/may/14/us-mexico-border-factories-coronavirus

************************************************************************************

Le moment présent

BELGIQUE

Brussels Airlines veut sabrer dans les salaires de tout le personnel

«  L’Echo a obtenu les documents de nouvelles conditions salariales proposées par la direction. Les baisses vont faire mal surtout pour les plus petits salaires.

 Pour le personnel de cabine, par exemple, les barèmes avancés vont désormais de 1.685 euros à 2.407 euros brut en fonction de l’ancienneté. « Ce n’est quand même pas possible. Quelqu’un qui a 10 ans d’ancienneté en cabine, c’est 1.900 euros bruts » …

« Il ne faut pas oublier que beaucoup de gens travaillent à 80% chez Brussels Airlines », rappelle Anita Van Hoof. Ce qui rend les baisses salariales encore plus difficiles à accepter pour les syndicats, surtout que la direction veut encourager un maximum de personnel à passer au régime à 80% ou à 50% pour éviter de licencier trop de monde

https://www.lecho.be/dossiers/coronavirus/Brussels-Airlines-veut-sabrer-dans-les-salaires-de-tout-le-personnel/10226962?fbclid=IwAR3UfbtWbKDZdTMPbE62kKzSN-csNDpYYQj2-I-7Bsa8tbh6ViBCy-vIDAQ

« Un hold-up sur nos salaires »

 « Les conditions sont pires que ce qu’on imaginait. C’est un véritable hold-up sur nos salaires.Ils sont tous revus à la baisse, au premier barème. Il y a une prime à la fin de l’année, mais elle est taxée davantage. Et de toute façon on y perd au niveau des congés maladies par exemple, puisque qu’on est payé par rapport à notre salaire mensuel. On y perd aussi par rapport à la pension. C’est une vraie catastrophe. C’est une machine de guerre qui est mise contre nous »

https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/brussels-airlines-le-gouvernement-federal-et-lufthansa-essaient-d-accorder-leurs-violons-les-syndicats-restent-dubitatifs-5ebe882d7b50a60f8bb0d024

 « Black bloc » ? Non,  Chauffeurs de la compagnie belge ( STIB) en grève

BLAK BLOK 16

https://www.lesoir.be/300483/article/2020-05-13/stib-des-lignes-supprimes-cause-des-perturbations

************************************************************************************

ITALIE

Les jours d’après…

« Objectif: redistribuer le travail. Mais pas pour le même salaire »

« Travailler moins, la proposition Pd: « Trente heures pour tous et 750 mille nouveaux emplois »

Travaillez moins, tout le monde travaille. Ou plutôt « redistribuer le travail ». De 4 manières: contrats stables moins chers jusqu’à 30 heures par semaine, incitations pour les bénévoles à temps partiel, pénalités fiscales pour les heures supplémentaires au-delà d’un certain seuil, temps partiel comme pratique dans le secteur public. Quatre mesures qui pourraient entraîner 750 000 travailleurs supplémentaires par an pour un coût de 2,8 milliards une fois pleinement opérationnels. Mais aussi à une baisse des salaires. »

https://www.repubblica.it/economia/2020/05/08/news/proposta_pd_trenta_ore_per_tutti_e_750_mila_nuovi_posti_-256001612/

*************************************************************************************

STATES

Jusqu’à 43 millions d’Américains pourraient perdre leur assurance maladie

Si la pandémie entraîne un taux de chômage de 20%, comme certains analystes s’y attendent, des chercheurs de l’ Institut urbain et de la Fondation Robert Wood Johnson (RWJF) prévoient que de 25 à 43 millions de personnes pourraient perdre leur assurance maladie.

https://www.theguardian.com/us-news/2020/may/10/us-health-insurance-layoffs-coronavirus

« La Californie, cinquième économie mondiale à elle seule, prévoit cette année un déficit de 54 milliards de dollars à cause de l’impact économique de la pandémie….

«Mais des décisions difficiles nous attendent», a prévenu le gouverneur Gavin Newsom, qui dit avoir dû se résoudre à réduire certains programmes spéciaux visant les plus démunis ou les migrants, et à réduire les subventions à l’enseignement public. Le nouveau budget propose également une baisse des salaires de 10% pour tous les employés de l’Etat à compter de juillet….

quelque 4,6 millions de Californiens se sont inscrits au chômage depuis le 12 mars et le taux de chômage devrait atteindre un pic à 18% cette année »

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/coronavirus-la-californie-annonce-des-coupes-budgetaires-massives-20200515

*************************************************************************************

« CONJONCTURE ÉPIDÉMIQUE, crise écologique, crise économique et communisation- 2° partie »

CONJONCTURE 16

« La pandémie de coronavirus est terminée, mais nous ne sommes sans doute pas sortis de la conjoncture épidémique, à la fois parce que les États ne vont pas se priver facilement de l’avantage de mesures coercitives apparemment sanitaires et parce que d’autres épidémies peuvent succéder à celle due au corona, causées par un virus déjà connu ou par un virus émergent. La crise économique en cours aboutira soit à une restructuration supérieure de la production capitaliste, soit à une rupture communisatrice dans les luttes du prolétariat. Par contre, sauf si nous allons vers une rupture à court terme et si la communisation l’emporte sur la contre-révolution capitaliste, la dévastation de la nature continuera en ce 21° siècle.

 En tout cas, les communistes n’ont pas à raisonner en fonc­tion d’un effondrement à venir du système, qu’il soit d’ordre économique ou d’ordre écologique. Le communisme n’est ni un idéal ou un programme à réaliser ni une course à la révolution pour éviter la fin du monde, mais le mouvement réel qui tend à supprimer les conditions sociales existantes. »

http://dndf.org/?p=18559

**********************************************************************************

« Une crise de la reproduction sociale inédite à l’heure de la pandémie »

« Des milliers d’usines sont à l’arrêt total et la production de la plupart des biens et services non-essentiels a été suspendue. Le marché a été véritablement déserté par les patrons et les employé·es qui ont dû battre en retraite pour se retrancher chez eux. C’est la première fois dans l’histoire du capitalisme qu’une crise n’est pas déclenchée par la destruction de capitaux (physiquement ou par l’effet des marchés financiers). Bien sûr, les marchés ont été impactés par la situation, mais il n’y avait pas de guerre ou de krach boursier à son origine. Pourtant, l’effondrement économique semble global. C’est ce qui arrive lorsqu’un système mondial est privé de sa principale ressource : l’exploitation. La pandémie révèle ainsi le caractère névralgique du travail humain dans la production de valeur. Comme Silvia Federici [philosophe et féministe italienne, NdT] l’a démontré, le corps humain et la force de travail qu’il recèle est la machine la plus puissante que le capitalisme a « inventée ». »

https://agitationautonome.com/2020/05/10/une-crise-de-la-reproduction-sociale-inedite-a-lheure-de-la-pandemie/?fbclid=IwAR296ZiTUDE4WeciOse4X-dF78n1M9yfhd1LJE8umnY4aOsVkwNnI30voqA

*************************************************************************************

FRANCE

« une nouvelle guerre sociale qui se prépare »

Le tsunami social qui vient

Dans une étude récente sur « Le recours au chômage partiel dans la crise », l’Observatoire des conjonctures économiques (OFCE) souligne également la gravité du choc social qui est en cours.

Il estime en effet que « les destructions d’emplois […] pourraient approcher 460 000 au premier mois du confinement ». Et il rappelle « pour mémoire » qu’au « plus fort de la crise financière, 430 000 emplois avaient été détruits du troisième trimestre 2008 au deuxième trimestre 2009 inclus, pour une baisse du PIB de 3,1 % entre le deuxième trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2009 ».

Dit autrement, le choc social en un seul petit mois au début de la crise sanitaire a déjà été beaucoup plus violent que celui subi au cours des six mois les plus graves d’une crise financière sans précédent depuis celle de 1929….

Dans l’étude de l’OFCE que nous évoquions plus haut, on disposait d’ailleurs d’une première indication qui fait froid dans le dos. Évoquant les effets du chômage partiel au cours du premier mois, les experts de l’Observatoire faisaient ce constat : « Les destructions d’emplois se concentrent dès lors massivement sur les salariés les moins protégés : ceux en transition entre deux emplois et ceux en contrats de travail à durée très courte (CDD de moins d’un mois, missions d’intérim). D’après l’enquête de la Dares, 11 % des entreprises ont diminué leurs effectifs, le plus souvent par le non-renouvellement de CDD (48,5 % des entreprises ayant diminué leurs effectifs) et/ou l’annulation ou le report d’embauches prévues (51,3 % des entreprises ayant diminué leurs effectifs). »

C’est donc cette tendance qui risque de s’affirmer avec cette disposition qui flexibilise encore davantage le marché du travail. Le choc pour les salariés, et notamment les plus modestes, risque d’être d’autant plus fort qu’il n’y a pas que la variable de l’emploi qui joue contre eux. Il y a aussi la variable des salaires, car la procédure du chômage partiel a évidemment pour effet d’amputer lourdement le pouvoir d’achat des ménages concernés.

On peut donc retenir l’hypothèse – même si les statistiques ne sont disponibles qu’avec plus de deux ans de recul – que, en parallèle à une envolée spectaculaire du chômage, la France va aussi connaître une progression tout aussi terrible de la pauvreté. »

https://www.mediapart.fr/journal/france/140520/le-tsunami-social-qui-vient

Les jours d’après…

SNCF: appel unitaire à la grève à Paris-Est le 18 mai contre «la répression syndicale»

« quatre militants CGT et un militant SUD sont visés par des procédures de discipline, avec des «entretiens disciplinaires» prévus la semaine prochaine. L’un d’eux risque d’être licencié. La direction «semble plus occupée à vouloir faire tomber des têtes de militants syndicaux, qu’à s’occuper de la sécurité des agents par ces temps de crise sanitaire»

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/sncf-appel-unitaire-a-la-greve-a-paris-est-le-18-mai-contre-la-repression-syndicale-20200512

« Les « premiers de corvée » menacent de faire grève chez ArcelorMittal »

Les rumeurs de grève se répandent alors que le numéro 1 mondial de l’acier entrera dans la crise si ses clients de l’automobile, de l’industrie, du BTP ne reprennent pas rapidement

Fos-sur-Mer (2 500 salariés) à l’arrêt et en danger

Dans le groupe, plusieurs sites sont en production minimale et les arrêts de ligne se multiplient, comme à Montataire, qui a mis sous cocon sa ligne de galvanisation n°3. « La visibilité est très limitée », observe Lionel Burriello. À Fos-sur-Mer, la cote d’alerte est dépassée depuis longtemps. Le site de 2 500 salariés, qui est à l’arrêt depuis fin avril, a pour principaux clients l’Italie et l’Espagne, où l’épidémie de coronavirus est la plus sévère en Europe. Certains s’inquiètent d’un « scénario à la Florange », avec l’arrêt définitif des hauts-fourneaux. « La fin de l’année 2020 sera décisive »

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-metz-et-agglomeration/2020/05/11/les-premiers-de-corvee-menacent-de-faire-greve-chez-arcelormittal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s