« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 28 décembre 2019


oiseaux alger

**********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

************************************************************************************

« La révolte au Liban et ses racines historiques »

LIBAN 28

Une émission autour du soulèvement libanais en cours depuis mi-octobre 2019 et de ses racines historiques – avec Joey Ayoub, écrivain, chercheur, ex-rédacteur à Global Voices et Ifex, et participant actif au soulèvement en cours et à celui de 2015

http://www.sortirducapitalisme.fr/media/com_podcastmanager/liban.mp3

«Alors que le secteur privé est de plus en plus dévasté en raison de l’impasse politique et des contrôles des capitaux, y compris sur les importations, une crise humanitaire se profile.»

L’ampleur de l’effondrement économique a été montrée à travers le pays à l’approche de Noël, avec près de 400 restaurants fermant, les centres commerciaux qui regorgeaient généralement d’expatriés à la maison pour les vacances vides et les entreprises locales signalant une chute des échanges allant jusqu’à 80 %.

https://www.theguardian.com/world/2019/dec/25/lebanon-heads-for-meltdown-as-protesters-keep-returning-to-streets Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 21 décembre 2019

image.png
*************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog
*************************************************************************************
FRANCE

« LES MANIFESTATIONS QUI NE DÉGÉNÈRENT PAS N’ONT PAS D’INFLUENCE SUR LE GOUVERNEMENT »

Cette déclaration vient de Raymond Soubie à la télévision le 17 décembre. Soubie est l’ancien conseiller de Sarkozy, qui a notamment aidé le gouvernement Fillon à faire passer la réforme des retraites de 2010.

Une autre citation éclairante émanant du gouvernement est passée inaperçue à propos de la grève générale du 5 décembre :

« C’est une journée à l’initiative des syndicats, organisée par les syndicats. On sait à qui on a affaire. Je préfère avoir un million de gens dans la rue avec une manifestation syndicale, donc un truc cadré, plutôt que 100 000 Gilets jaunes qu’on ne connaît pas et qu’on ne maîtrise pas »

La personne qui prononce cette phrase est un « ponte de la majorité » selon le journal Le Parisien, le 24 novembre 2019.

http://www.leparisien.fr/economie/retraites/retraites-derniere-tentative-de-conciliation-avant-l-epreuve-de-force-24-11-2019-8200860.php

image.png
 

« LA RÉVOLTE DOMESTIQUÉE ? »

« Mardi (10 décembre), pour la première fois, on a vu un black bloc de plusieurs centaines de manifestants marchant tranquillement de Montparnasse à Denfert en étant constamment entouré de policiers. Une nasse mobile….

si cette pratique de la nasse mobile du cortège de tête persiste, c’est probablement la fin même du cortège de tête. Car mardi, il y avait souvent plus de vie et de joie à l’arrière du cortège de tête, voir même au début du cortège syndical, là où il n’y avait pas de policiers. 

A travers ce constat, l’idée n’est pas d’inciter à la violence. Mais c’est un constat : ce cortège de tête était l’un des plus apathique et triste de l’histoire. Et la présence proche et intrusive de la police y est sans aucun doute pour beaucoup. La préfecture a été totalement satisfaite de cette journée du 10 décembre. Il y a donc fort à parier qu’elle reconduira cette technique. Manif après manif, le cortège de tête pourrait devenir de moins en moins un espace de liberté et d’expression, mais l’endroit où on marche entouré de policiers. Jusqu’à n’être plus assez massif pour exister.»

https://cerveauxnondisponibles.net/2019/12/12/la-revolte-domestiquee/

Manifs du 17 décembre

nombre de manifestants en France

https://rapportsdeforce.fr/classes-en-lutte/nombre-manifestants-17-decembre-12175364

PARIS

« Le cortège de tête est ÉNORME, plusieurs dizaines de milliers de personnes, syndiqué.es ou non, avec les secteurs les plus déterminés : cheminots, RATP, hôpitaux, éduc… La tête a dépassé Bastille depuis longtemps et se trouve sur l’avenue Daumesnil, et la queue arrive à Bastille, ainsi que le « carré de tête », les chefs du cortège syndical, qui dans le passé ouvraient les manifs, sont derrière, d’autres cortèges suivent, et tout le monde se mélange dans un joyeux bazar bien encadré par la police. »

https://paris-luttes.info/suivi-de-la-manifestation-13115

Nantes Révoltée

Sans doute la plus grosse manifestation à Nantes depuis les cortèges monstres de 2010 contre la réforme des retraites de Fillon.

Et comme en 2010, un cortège désespérément discipliné.

image.png

Quand les mots ne veulent plus rien dire !!

« La grève de masse déferle » 

« Mais dans le privé, la grève se réduisit souvent à de simples débrayages. »…

« Les manifestations? Elles furent massives et nombreuses. Moins importantes? Sans doute. En général, d’importance moitié moindre: 5000 à Saint-Nazaire, par exemple, au lieu de 10’000 le 5 décembre; 20’000 à Lyon au lieu de 40’000…..

Simultanément, se développe en continu la grève à la RATP et à la SNCF. Dans ces deux secteurs, quel que soit le rôle que peuvent jouer les Assemblées générales quotidiennes (dans les dépôts, centres, etc.), la mobilisation est «cadrée» nationalement par les syndicats qui, dans ces deux secteurs, ne sont pas dans une logique de «temps forts»…. »

https://alencontre.org/europe/france/france-decembre-2019-la-greve-de-masse-deferle-2.html

***********************************************************************************

Un Hongkongais sur cinq vivait sous le seuil de pauvreté en 2018

 image.png

Le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté est le plus élevé depuis une décennie

« L’économie locale s’est visiblement affaiblie, ce qui aura probablement des répercussions sur les revenus et les perspectives d’emploi de la base », a déclaré le gouvernement.

Les secteurs du commerce de détail et du tourisme de la ville ont été durement touchés par plus de six mois de manifestations anti-gouvernementales, qui, selon les autorités, coûteraient à la ville 2 points de pourcentage sur son produit intérieur brut.

https://www.scmp.com/news/hong-kong/society/article/3042039/one-five-hongkongers-living-below-poverty-line-2018

******************************************************************************
LIBAN

 

les travailleurs migrants touchés de plein fouet par la crise

« Depuis le début de la contestation, 160 000 personnes auraient perdu leur emploi, et des centaines d’entreprises ont fermé. Une grande partie des travailleurs migrants souffre également de la situation.

La population des travailleurs migrants est ainsi la plus touchée. Avec les restrictions imposées par les banques pour le retrait de devises fortes, et la pénurie de dollars qui en résulte, beaucoup d’employeurs ont commencé à verser les salaires en livres libanaises, selon le taux officiel, c’est-à-dire 1 500 livres pour un dollar. Mais sur le marché parallèle, le dollar est 30% plus cher. Ce qui signifie que les salaires des travailleurs migrants, qui viennent surtout d’Ethiopie, des Philippines, du Sri Lanka et d’autres pays africains, ont perdu le tiers de leur valeur. »

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20191216-liban-travailleurs-migrants-touches-plein-fouet-crise

image.png

 

« Ils n’ont rien compris, même après soixante jours de révolte »

Au Liban, nouvelles scènes de violence dans le centre de Beyrouth

Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées, samedi et dimanche, au cours d’affrontements entre forces de sécurité et manifestants

« La violence des forces de sécurité ne nous intimide pas. Nous sommes en colère contre le pouvoir, nous avons le droit de nous exprimer, notre mouvement est non violent », défend Ahlam, formatrice de théâtre, un masque de ski sur le front, « au cas où ». D’autres sont venus avec des lunettes de piscine ou des casques de chantier.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/12/16/nouvelles-scenes-de-violence-dans-le-centre-de-beyrouth_6023034_3210.html

******************************************************************************
IRAN
image.png

« Nous ferons du massacre de novembre votre cauchemar! »

« We’ll turn November massacre into your nightmare! »

# IranProtests

******************************************************************************

INDE

« L’Inde est-elle menacée par une crise des « subprimes » digne de celle qui secoua les Etats-Unis en 2007 et déclencha une crise financière mondiale, l’année suivante ? Dans le sous-continent, les experts de l’immobilier résidentiel sont formels : la « bulle » gonflait depuis trois ans et menace aujourd’hui d’exploser. Entre les mois d’avril et septembre 2019, les ventes de logements ont baissé de 11 % sur un an et les mises en chantier ont chuté de 47 %, « en raison du manque de liquidités des promoteurs », calcule le cabinet PropTiger. »

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/12/21/en-inde-l-immobilier-residentiel-est-au-bord-du-gouffre_6023694_3234.html

 «Ce gouvernement ne considère pas que les musulmans peuvent avoir les mêmes droits que les autres»

La nouvelle loi ne concerne pas directement les Indiens de confession musulmane, mais a cristallisé les peurs et colères de cette minorité après cinq ans de gouvernement Modi. Ces derniers, qui représentent 14 % de la population (près de 200 millions de personnes), sont la cible régulière du gouvernement. Les nationalistes hindous veulent en faire des citoyens de seconde zone, privés de droits.

image.png

New Delhi’s JMI University

Les rassemblements ont été interdits, et les réseaux mobiles coupés dans plusieurs Etats, à la suite du vote de la loi accordant la nationalité sur des critères religieux.

Alors que la contestation contre la réforme de la nationalité s’amplifie de jour en jour en Inde, le premier ministre, Narendra Modi, a décidé de répondre par la force. Jeudi 19 décembre au matin, les manifestations ont été interdites dans New Delhi et dans de nombreuses villes du pays, sur la base de l’article 144 du code pénal qui interdit tout attroupement d’au moins quatre personnes. Les opposants avaient prévu une journée de mobilisation nationale contre cette loi, votée le 11 décembre par le Parlement, qui marginalise un peu plus les musulmans et accorde la nationalité sur des critères religieux, contrairement au principe de laïcité inscrit dans la Constitution.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/12/19/manifestations-en-inde-les-reseaux-mobiles-suspendus-dans-des-parties-de-new-delhi_6023426_3210.html

image.png

la religion pourra devenir un facteur d’acquisition de la nationalité indienne – et un nouveau critère de discrimination envers les musulmans, visés par les nationalistes hindous au pouvoir…..

«Cette loi vise une minorité. Et c’est ce que fait ce gouvernement depuis le début : isoler l’ »autre » dans la communauté…. »

https://www.liberation.fr/planete/2019/12/16/inde-ce-gouvernement-ne-considere-pas-que-les-musulmans-peuvent-avoir-les-memes-droits-que-les-autre_1769558

***********************************************************************************

UK

« l’augmentation du salaire vital national pourrait être suspendue si l’économie faiblit, suggère le gouvernement »

Comme le révèle le document d’information du gouvernement (pdf) sur le discours de la Reine, l’augmentation nationale du salaire vital n’aura lieu «que si les conditions économiques le permettent». Cela implique qu’en cas de récession, la hausse ne se poursuivra pas.

https://www.theguardian.com/politics/live/2019/dec/19/queens-speech-boris-johnson-jeremy-corbyn-blames-corbyns-advisers-for-election-defeat-and-suggests-they-should-be-sacked-live-news?page=with:block-5dfb83b78f087e8308e6110e#block-5dfb83b78f087e8308e6110e

****************************************************************************

CHILI

 «rétablir le respect dû à nos policiers et nos gendarmes»

Répression policière brutale sur la Plaza de la Dignidad de Santiago . Un manifestant a été écrasé entre deux véhicules de police. Le manifestant a été transporté à l’hôpital après l’incident

Nous avons communiqué avec la famille du jeune homme frappé par des policiers sur la Plaza de la dignidad. Il est à la clinique Las Condes. Jusqu’à présent, il a 4 fractures (bassin), des saignements internes, une atteinte de la vessie. Les médecins continuent d’effectuer des examens.

nos hemos comunicado con la familia del joven atropellado por Carabineros en Plaza de la dignidad.

Está en la clínica Las Condes.

Hasta ahora tiene 4 fracturas (pelvis), hemorragia interna, compromiso de vejiga.  Los médicos continúan realizando exámen.

https://twitter.com/i/status/1208248695038369792

image.png

Alors que le Haut-Commissariat des Nations Unies s’inquiète, dans un rapport, des « multiples violations des droits humains » commises par les forces de l’ordre, le président Piñera n’a pas encore trouvé de porte de sortie à la crise. En attendant, il s’apprête à durcir les sanctions contre les auteurs d’agressions visant des policiers. Le projet de loi déposé devant le Parlement en début de semaine, considère notamment comme circonstance aggravante le fait que ces actes ont été commis en réunion ou par des personnes encagoulées. La durée des nouvelles peines prévues n’a pas encore été rendue publique, mais il y a peu de chances qu’un tel texte ne désamorce la crise qui a déjà fait 24 morts et des milliers de blessés

Autre tour de vis : les personnes reconnues coupables et condamnées ne pourront prétendre à la liberté conditionnelle qu’une fois les deux tiers de leur peine accomplie…

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/chili-le-president-veut-durcir-les-sanctions-contre-les-agresseurs-de-policiers-20191216

*****************************************************************************

  Comprendre la situation en Bolivie  

image.png

« VERS UNE CONTRE-RÉVOLUTION ? »

Depuis maintenant plus d’un mois, la Bolivie vit une crise politique et sociale majeure. Il est cependant difficile d’avoir une vision claire tant la plupart des analyses restent prisonnières d’une rhétorique stéréotypée, éloignée de la complexité sociale et politique du pays, et aussi du vécu de nombreux Boliviens. Il ne s’agit pas ici d’exposer une quelconque vérité sur la situation bolivienne mais de déconstruire un certain nombre de clichés alimentés par la polarisation dans laquelle s’enfonce le pays depuis plusieurs semaines. Nous sommes ainsi coincés entre deux « histoires » concurrentes, celle du coup d’Etat réactionnaire et celle du soulèvement populaire et démocratique. Or il semble que la situation ne corresponde à aucun de ces archétypes politiques si pratiques. C’est en tous cas ce que tend à démontrer cet article que nous a fait parvenir un jeune ami Bolivien.

https://lundi.am/Vers-une-contre-revolution

***********************************************************************************

 

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 14 décembre 2019

oiseaux alger

***********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

********************************************************************************

FRANCE

« Fait marquant: des défilés ont rassemblé plusieurs milliers de personnes dans des villes moyennes, comme Valenciennes, Saint-Lô, Bergerac, Châteauroux, Charleville-Mézières, Bayonne, Montbéliard, Auch… Une mobilisation qui semble témoigner d’une colère très enracinée sur tout le territoire en résonance avec le mouvement des gilets jaunes »

http://alencontre.org/europe/france/de-saint-brieuc-a-draguignan-la-france-est-une-cocotte-minute.html

GREVES 95

« 5 DÉCEMBRE 2019, LES SOUVENIRS ME REVIENNENT »

Le mouvement défait contre la réforme des retraites de 2010.

« tout n’était sans doute pas possible au mois d’octobre 2010, mais autre chose était possible… »

C’est parti, la France vit un nouveau mouvement social. Pas de ceux qui ont marqué les années 2016 (contre la loi travail) ou 2018 (pour la défense du statut de cheminot). Un vrai, un gros, uni, qui réactive la mythologie de 1995 (les transports à l’arrêt, la grève par procuration, un front syndical fort et le retrait de la loi). D’autres souvenirs viennent ébrécher cette comparaison enthousiasmante, mais simpliste, ceux de deux autres mouvements massifs qui concernaient aussi la question des retraites : les défaites de 2003 et 2010. Un contributeur de lundimatin a eu la bonne idée de se replonger sur la généalogie et les formes du mouvement automnal de 2010 (qui, rappelons-le, détient les records à la fois du nombre de manifestants et du nombre de pompes à essences taries), pour tenter d’en tirer des leçons pour la lutte à venir.

https://lundi.am/5-decembre-2019-les-souvenirs-me-reviennent Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 7 décembre 2019

oiseaux-de-la-tempete

**********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

********************************************************************************

FRANCE

jamas

 « Blocage »

 Peut-on envisager le blocage comme une stratégie efficace dans les rapports de force actuels ? Quel est le rapport entre le mouvement qui va débuter le 5 décembre et ceux qui secouent le Moyen-Orient et l’Amérique latine ? Une tentative de qualification très générale des formes que peut prendre une crise mondiale du capital….

La gestion idéologique de la question par l’Etat se fait alors dans la seule perspective du retour à la fluide normalité de l’ordre circulant des choses : disqualification politique des positions, marginalisation sous la qualification d’extrémisme, dispersion immédiate de toute manifestation traitée comme un trouble à l’ordre public, « déblocage » instantané, mobilisation des personnels non-grévistes pour rétablir le fonctionnement normal, etc. La « normalité » apparaît ici pour ce qu’elle est, une violence permanente, mais elle n’apparaît ainsi qu’à ceux qui sont entrés en lutte parce qu’ils subissent cette violence. Pour les autres, la normalité, c’est la normalité, point. La question dès lors est : jusqu’où l’Etat, entouré de ceux pour qui la normalité est encore souhaitable, peut-il continuer à nier l’existence de ceux pour lesquels cette normalité devient de plus en plus insupportable ? ….

Le point commun entre la manière dont l’Etat français envisage le mouvement contre la réforme des retraites, et des mouvements comme ceux qui se déroulent au Moyen Orient ou en Amérique latine, c’est cette situation où l’Etat n’a plus rien à donner (et dans les cas précédents la crise de l’Etat rentier extractiviste et redistributeur ne fait que manifester de manière encore plus violente cette situation) et où on n’attend en réalité plus rien de lui, alors que cependant il reste la seule perspective des luttes : « le peuple veut la chute du régime », partout, à l’infini.

C’est peut-être là qu’est le véritable « blocage », dans ce face à face sans fin avec l’Etat…..

  Texte publié sur https://blogs.mediapart.fr/carbure  

English translation : 

https://static.mediapart.fr/files/2019/12/03/blocking-1.pdf Lire la suite