« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 17 juin 2017

STATES

les arrestations de clandestins s’accélèrent : L’ère des « déportations de masse » ne fait que commencer. 

« Les policiers sont arrivés dans des voitures banalisées. Il était 4 heures du matin, mardi 6 juin. Julio, ouvrier agricole installé en Californie depuis plus de vingt ans,venait de quitter son domicile pour aller travailler à Selma, à une heure de route de Merced, une cité pavillonnaire de la vallée centrale californienne. Son véhicule a été intercepté avant l’entrée sur l’autoroute. Il était accompagné de sa femme et de sa fille, qui fait aussi les récoltes bien qu’elle n’ait pas 16 ans.

2017-05-17T180754Z_1_LYNXNPED4G1GH_RTROPTP_3_USA-TRUMP-IMMIGRATION.JPG.cf

Les agents avaient un mandat d’expulsion, datant de plusieurs années. L’affaire n’a pas traîné. Julio (dont l’avocate souhaite protéger l’identité) a été interpellé et emmené en détention à Fresno. Les policiers ont laissé la voiture, qu’aucune des deux femmes n’était en mesure de conduire, sur le parking du McDonald’s. Ils ont conseillé à l’épouse de se présenter à 9 heures à la prison avec un sac de linge et de l’argent pour le détenu. « Il sera expulsé dans la journée »

Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 10 juin 2017

Maroc : des affrontements entre manifestants et policiers à Al-Hoceima

Des jeunes de Sidi El Abed ont pour la première fois rompu la trêve du jour.

8897093lpw-8897086-article-jpg_4340759

Des femmes manifestent à Al Hoceima au nord du Maroc le 8 juin 2017

© AFP, FADEL SENNA

https://www.tsa-algerie.com/al-hoceima-a-sidi-el-abed-des-jeunes-ont-rompu-la-treve-du-jour-dans-un-air-dintifada/

Quelques heures avant la rupture du jeûne, ils ont pris d’assaut les forces de l’ordre à coups de pierres. Des blessés ont été dénombrés parmi les manifestants mais aussi dans les rangs des forces de l’ordre qui ont répliqué au gaz lacrymogène. Les sit-in ont repris la nuit à Al Hoceima, dans les localités environnantes et hors du Rif Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 3 juin 2017

PAKISTAN

L’acte d’incendier une centrale électrique par manque d’électricité n’est pas sans rappeler la destruction de trains dans la banlieue de Buenos Aires en 2005 et 2007 en raison des retards de ces derniers

https://cettesemaine.info/spip/article.php3_id_article=1476.html

Buenos Aires, mai 2007 : Les retards répétés des trains de banlieue entraînent une émeute dans la gare Constitution, qui est saccagée, partiellement incendiée. Les commerces sont pillés.

La colonne de fumée noire et les flammes faisaient rappeler les épisodes de 2005, quand le feu a détruit la station Haedo, après une protestation de passagers pour des retards du chemin de fer

Crise de l’électricité

« Les manifestants ont d’abord essayé d’incendier la centrale, puis ils ont attaqué le poste de police »

 téléchargement

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/05/29/97001-20170529FILWWW00260-pakistan-manifestations-contre-la-penurie-d-electricite.php

De violentes manifestations ont secoué aujourd’hui le Pakistan où des centaines de milliers de personnes faisaient face à des coupures d’électricité coïncidant avec une vague de chaleur dans le pays.

Au moins une personne a été tuée et huit autres blessées dans la province de Khyber Pakhtunkhwa lorsque la police a tiré sur des centaines de protestataires qui tentaient de mettre le feu à une centrale électrique, ont rapporté des responsables.

« Les manifestants ont d’abord essayé d’incendier la centrale, puis ils ont attaqué le poste de police » Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 27 mai 2017

Mai 1967 à Pointe-à-Pitre : « Un massacre d’Etat »

mai_67-591129

Le 26 mai 1967, à Pointe-à-Pitre, les ouvriers du bâtiment se mettent en grève

http://www.humanite.fr/mai-1967-pointe-pitre-un-massacre-detat-636544

extraits

Ils demandaient une augmentation de leurs salaires de 2,5%, augmentation qui leur a été refusée lors des négociations du 26 mai. C’est à la suite de cela qu’ont débuté les incidents qui se sont transformés en rébellion et en émeutes.

Que s’est-il passé les 26 et 27 mai 1967 ?

La foule apprenant que les négociations entre syndicats et patrons n’ont pas abouti, lance des projectiles sur les policiers et les CRS, blessant certains d’entre eux. Dans ces affrontements est tué Jacques Nestor, l’un des membres du GONG (organisation indépendantiste créée en 1963, ndlr), figure très populaire auprès de la jeunesse guadeloupéenne de l’époque. Pour les jeunes, la mort de Nestor est insupportable et les choses dégénèrent rapidement. Deux armureries sont pillées et les gendarmes tirent à vue. Officiellement, il y a eu huit morts, mais ce chiffre est certainement sous-estimé.

—————– Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 20 mai 2017

FRANCE

Les Illusionistes

Dans l’usine « piégée » des GM & S

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2017/05/19/dans-l-usine-piegee-des-gm-s-l-attente-comme-des-animaux-avant-l-abattoir_5130664_1656994.html

extraits

Devant les caméras, plusieurs salariés se sont relayés au chalumeau pour détruire un élément de presse d’une dizaine de mètres de long, servant à l’emboutissage de carters. Un outil « à 250 000 euros ».

chomet_illusioniste

« C’était une vieille machine jamais utilisée, on l’a repeinte en vitesse pour donner l’illusion que c’était un outil important de Renault », explique un employé de la maintenance. Lui dit avoir eu « les boules » quand il a entendu certains les traiter « de casseurs irresponsables »

En réunion informelle, mercredi, ils sont revenus sur leur annonce de détruire un outil par jour tant qu’ils n’auraient pas de réponse sur l’avenir du site.


Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 13 mai 2017

CHINE

téléchargement

Protestations dans la province de Guangdong, dans le sud de la Chine, contre une usine d’incinération de déchets

https://t.co/bYLTyaHFH3

extraits en traduc google

Quelque 20 000 habitants du canton de Feilaixia, près de la ville de Qingyuan, dans le Guangdong, ont pris la rue après plusieurs jours de protestations et malgré les affrontements avec la police anti-émeutes.

« Les taxis et les magasins, d’autres entreprises, tout le monde est en grève »

 » Ils tiennent des barricades … les populations locales se sont mobilisées pour aider ; Il y a des véhicules qui distribuent de la nourriture et de l’eau aux manifestants au cas où ils se déchaîneraient « 

« Plusieurs milliers de personnes étaient restés dans la rue pendant la nuit malgré les tentatives de dispersion de la police »

Lire la suite

Lettre d’info du 6 mai 2017

CHINE

Affrontement de villageois avec la police anti émeutes

28 avril 2017

Des vidéos ont émergé d’un affrontement entre la police et les villageois au Guangxi jeudi après-midi.

https://youtu.be/hic-0cogy_o

https://www.hongkongfp.com/2017/04/28/video-villagers-clash-police-throw-rocks-guangxi-village-forced-demolitions/

Les affrontements se sont produits au village de Liang dans le district de Yongning de Nanning, la capitale de la région autonome de Guangxi Zhuang, selon les médias sociaux.

« ils ( la police anti émeutes) ne laisseront même pas les enfants et les personnes âgées partir! Beaucoup d’enfants ont été battus avec des matraques électriques … « 

Le gouvernement a envoyé environ 1 000 policiers anti-émeutes et d’autres membres du personnel de sécurité pour faire face aux manifestations, ce qui a amené près de 6 000 manifestants dans la rue …

la viédo a montré que les villageois lançaient des objets qui semblaient être des pierres sur la police et qu’ils utilisaient des pointes et des tiges de bambou pour les faire reculer. Des milliers de personnes semblaient être présentes. Un villageois a confirmé la véracité de la vidéo avec HKFP.

et pour plus d’infos sur les émeutes en chine :

https://fr.squat.net/tag/chine/

Lire la suite

lettre d’info du 29 avril 2017

Les émeutes de 1967 à Hong Kong

http://www.scmp.com/magazines/post-magazine/long-reads/article/2089195/witnesses-anarchy-1967-riots-hong-kong-some-those

hog kog

« Les emplois étaient rares et les employeurs pouvaient choisir ceux qu’ils voulaient. C’était l’enfer »

Extraits en traduc google

Cinquante et un personnes tuées et plus de 800 blessés. Plus de 8 000 « bombes » ont explosé (la plupart dans des explosions contrôlées), dont près de 1 100 étaient réels. Ce sont des chiffres qui seront évoqués dans les prochaines semaines, car Hong Kong marque 50 ans depuis le début des plus grandes et les plus violentes perturbations de masse de l’histoire de la ville.

« Les coteaux étaient couverts de bidonvilles où ils n’avaient pas d’eau courante ou de toilettes », rappelle James Elms, un inspecteur de police à l’époque. «Les emplois étaient rares et les employeurs pouvaient choisir ceux qu’ils voulaient. C’était l’enfer, mais d’une façon ou d’une autre les gens ont survécu. Ce fut un terrain fertile pour nourrir un esprit de mécontentement.

Au début de 1967, l’impact de la Révolution culturelle, qui avait débuté en Chine au milieu de l’année précédente, se faisait sentir à Hong Kong. Les travailleurs d’usine ont été licenciés avec un sentiment d’injustice. Des émeutes procommunistes ont éclaté à Macao en décembre précédent et en mai 1967, l’escalade d’un conflit de travail dans une usine de fleurs artificielles à San Po Kong, à Kowloon, a marqué le début des affrontements qui secouent Hong Kong.


Lire la suite