« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 25 septembre 2021

image.png

***************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

***************************************************************************************************************

STATES

risque de « crise financière historique »

image.png

Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal, Mme Yellen prévient : « Le défaut pourrait déclencher une flambée des taux d’intérêt, une chute brutale des cours des actions et d’autres troubles financiers », écrit la ministre des finances de Joe Biden…

« En quelques jours, des millions d’Américains seraient à court de cash (…). Près de 50 millions de personnes âgées ne recevraient plus leur chèque de retraite et les soldats ne seraient plus payés »

Même si les Etats-Unis n’ont jamais fait défaut – « pas une fois », insiste Mme Yellen –, elle rappelle l’épisode de 2011, « qui a conduit l’Amérique au bord de la crise »

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/20/la-secretaire-americaine-au-tresor-met-en-garde-contre-le-risque-de-crise-financiere-historique_6095274_3210.html

***************************************************************************************************************

CHINE

« Quels sont les risques d’une faillite d’Evergrande ? »

«Selon une information du Wall Street Journal publié jeudi, les autorités centrales ont demandé aux gouvernements locaux et aux entreprises d’État de se préparer à une « possible tempête ». Il leur aurait été demandé de prévenir d’éventuels problèmes d’ordre public, mais aussi de prendre des mesures économiques de compensation en termes d’emplois et de transferts monétaires pour ceux qui seront les plus touchés par la faillite…

image.png

En réalité, au-delà même de cette crise, Evergrande apparaît comme un symptôme d’une économie chinoise qui, déjà, n’est plus capable, sauf à se lancer dans des bulles, de dégager une croissance forte. Elle est confrontée, après 30 années de croissance, aux mêmes problèmes que les économies occidentales : une incapacité de dégager des gains de productivité suffisants pour un développement capitaliste équilibré. Même si Pékin a les moyens de modérer les effets de cette crise sous-jacente, le pouvoir chinois n’a guère plus de solutions à ce problème structurel du capitalisme contemporain que ses pairs occidentaux ou japonais. Cette convergence signe sans doute la fin d’une époque. Désormais, les relais de croissance vont être faibles ou très risqués. Un nouveau régime de croissance faible s’annonce où la pression sur le travail et la nature va nécessairement s’accentuer. L’instabilité menace sans doute la Chine, mais pas seulement la Chine. »

« Evergrande, rends mon argent que j’ai gagné avec du sang et de la sueur ! »

« Ces dernières semaines, Xu Jiayin, qui a fondé Evergrande en 1996 dans la ville méridionale de Guangzhou, a exhorté ses 123 276 employés à s’unir et à « travailler dur face à l’adversité ». Dans une note envoyée en début de semaine, Xu a déclaré que l’entreprise allait bientôt « sortir de l’obscurité ».

Mais la perte de confiance en Evergrande et Xu, autrefois l’homme le plus riche d’Asie, a également conduit le personnel du conglomérat à rejoindre des membres ainsi que des acheteurs de maison à manifester devant le siège de la société dans le sud de la Chine.

« Evergrande, rends mon argent que j’ai gagné avec du sang et de la sueur ! » a crié un manifestant. »

https://www.theguardian.com/world/2021/sep/24/eerie-silence-as-evergrande-misses-payment-deadline

***************************************************************************************************************

ESPAGNE

L’oracle a parlé !

« Il y a une bombe sociale en Espagne qui va exploser si l’aide échoue »

« Il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur emploi et qui auront beaucoup de mal à les retrouver. De nombreuses entreprises ont fermé et ne rouvriront pas. Ces réalités sont là et ne peuvent être ignorées. Attention car il y a une bombe sociale qui peut exploser si l’aide n’est pas bien gérée. »

https://www.lavanguardia.com/politica/20210919/7730883/juan-jose-omella-hay-bomba-social-espana-estallara-fallan-ayudas.html

***************************************************************************************************************

Des rues d’Athènes…

« Le 15 septembre, Efood, l’une des principales entreprises de livraison de nourriture en Grèce, a envoyé un message de chantage aux travailleurs dans lequel le passage à un contrat en tant qu’indépendant a été imposé, sous peine de perte de travail… de la musique qui a déjà été entendue à travers le monde mais qui joue pour la première fois en Grèce..

.image.png

La réponse des travailleurs masculins et féminins et de la partie de la société qui ne tolère pas les injustices ne s’est pas fait attendre : dans les jours qui ont suivi la publication du journal sur le passage du travail subalterne au travail indépendant, un boycott a fait chuter les revenus des efood et les critiques sur Google mettent des années et des années de publicité obsessionnelle d’Efood sur le tapis.

Aujourd’hui pourtant, les livreurs, principalement d’efood mais aussi de Wolt ou des employés de restaurants individuels, sont descendus dans les rues dans un serpent très bruyant et interminable de mobylettes (mais il y avait aussi quelques *temerar* à vélo !) qui ont traversé la centre d’Athènes pour rejoindre les bureaux d’Efood en banlieue. Convoquée par Sveod (Σ.Β.Ε.Ο.Δ.), un syndicat de base autonome basé à Exarcheia avec une nette majorité dans le secteur de la livraison et par Setxa (syndicat des travailleurs du tourisme lié au PAME), la marche d’aujourd’hui a suscité colère et solidarité sur les places et les boulevards d’Athènes. »

https://www.chicago86.org/lotte-in-corso/europa/grecia/1374-dalle-strade-di-atene

***************************************************************************************************************

ALGÉRIE: PLUS DE 1.000 HARRAGA ALGÉRIENS DÉBARQUENT EN ESPAGNE EN MOINS DE 3 JOURS

Plus de 1.000 migrants clandestins en moins de 3 jours, c’est le nouveau record d’arrivée d’Algériens sur les côtes espagnoles. Un chiffre qui atteste une tendance lourde de la jeunesse algérienne qui a perdu tout espoir d’un avenir meilleur face à la crise multidimensionnelle que traverse le pays…

image.png

de nombreux facteurs poussent davantage d’Algériens à prendre le risque de la migration clandestine.

D’abord, il y a la crise économique aiguë que traverse le pays à cause notamment des politiques économiques des dirigeants qui, au lieu de soutenir les entreprises durant cette période de Covid-19, ont beaucoup contribué à la faillite de nombre d’entre elles avec des mesures qui ont entrainé de nombreuses faillites, notamment au niveau des secteurs des BTP, automobile, électroménager…, avec à la clé des centaines de milliers d’emplois perdus et donc une hausse notable du nombre de chômeurs

Ensuite, les pénuries et flambées des prix qui touchent de très nombreux produits dont ceux de première nécessité ont appauvri davantage les familles algériennes. Cette paupérisation pousse certaines familles à encourager leurs enfants à tenter l’aventure face au désespoir qui prévaut en Algérie. Par ailleurs, la répression et la terreur, qui s’abattent sur de nombreux Algériens revendiquant tout simplement le changement du système à l’origine de tous leurs maux, poussent nombre d’entre eux à quitter le pays par tous les moyens. En outre, l’illusion d’un eldorado européen à quelques kilomètres des côtes algériennes motive les jeunes à tenter le pari, si périlleux soit-il.

http://afrique.le360.ma/algerie/societe/2021/09/22/35517-algerie-plus-de-1000-harraga-algeriens-debarquent-en-espagne-en-moins-de-3-jours-35517

« Des tentatives d’émigration clandestine avortées en forte hausse depuis la fin du mois d’août. En effet, 96 candidats à l’immigration clandestine ont été arrêtés durant la période s’étalant du 1er au 7 septembre, tandis que 196 autres ont été interceptés alors qu’ils tentaient de traverser la méditerranée, et ce, pour la seule période allant du 25 au 31 août. »

https://www.tsa-algerie.com/emigration-clandestine-les-algeriens-partent-par-centaines/

« L’Algérie est en situation de stagflation »

« si on analyse bien la situation du cas Algérie, à mon avis, parler d’inflation serait une erreur,  mais il s’agit plutôt de stagflation qui est à vrai dire, une équation paradoxale d’une croissance faible et d’une forte inflation.

En plus simple, c’est la combinaison d’un fort chômage et d’une stagnation économique accompagnée de façon paradoxale par de l’inflation. C’est le cas de notre pays dont la situation est caractérisée par un fort taux de chômage qui ne cesse d’augmenter avec une stagnation économique qui perdure avec une forte inflation non contrôlée. »

https://www.tsa-algerie.com/entretien-smain-lalmas-lalgerie-est-en-situation-de-stagflation/

***************************************************************************************************************

« Les jeunes ont faim et les riches sont au menu. »

Cette friandise est apparue pour la première fois au XVIIIe siècle, lorsque le philosophe Jean-Jacques Rousseau aurait déclaré : « Quand le peuple n’aura plus à manger, il mangera les riches ! » Mais aujourd’hui, cette phrase est partout sur Twitter et d’autres médias sociaux…

image.png

Selon un rapport publié en juillet par le groupe de réflexion de droite Institute for Economic Affairs (IEA), les jeunes Britanniques ont pris un virage résolument à gauche. Près de 80 % blâment le capitalisme pour la crise du logement, tandis que 75 % pensent que l’urgence climatique est « spécifiquement un problème capitaliste » et 72 % soutiennent une nationalisation radicale. Au total, 67% veulent vivre dans un système économique socialiste …

Plus d’un tiers des travailleurs sous contrat zéro heure – souvent sans savoir combien ils seront payés de semaine en semaine – ont moins de 25 ans , tandis que de nombreux autres sont dans un « faux travail indépendant », où ils sont enregistrés comme travailleurs indépendants. mais travaillent en réalité à contrat pour un employeur tout en étant privés de droits tels qu’un salaire minimum ou une indemnité de vacances. Le marché libre leur apporterait la liberté, leur a-t-on dit ; au lieu de cela, cela leur a donné de l’insécurité

Cela ne veut pas dire que les jeunes se sont transformés en socialistes révolutionnaires engagés, mais parmi les millennials familiers de Karl Marx, la moitié a une opinion positive de lui, contre 40 % de la génération X et seulement 20 % des baby-boomers . »

https://www.theguardian.com/politics/2021/sep/20/eat-the-rich-why-millennials-and-generation-z-have-turned-their-backs-on-capitalism

*****************************************************************************************************

UK

Les jours d’après….

« temps très, très difficiles à venir pour des centaines de milliers de personnes dans ce pays »

le choc des prix de l’énergie pourrait déclencher une semaine de trois jours pour les usines et de nouvelles lacunes dans les rayons des supermarchés…

image.png

« Maintenant, nous voyons que les prix de l’énergie vont augmenter, et nous avons déjà vu que la croissance de l’inflation est plus rapide qu’elle ne l’a été pendant une génération. Il y a la possibilité de temps très, très difficiles à venir pour des centaines de milliers de personnes. »

https://www.theguardian.com/politics/2021/sep/20/no-10-warned-energy-crisis-and-cuts-could-plunge-households-into-hardship

***************************************************************************************************************

« Les loyers, c’est la grande question sociale aujourd’hui »

https://www.bastamag.net/Referendum-Berlin-crise-du-logement-augmentation-des-loyers-socialiser-les-groupes-immobiliers

Le leader du syndicat allemand Ver.di a qualifié le loyer d’équivalent au 21e siècle du prix du pain, le déclencheur historique des troubles sociaux

.image.png

La dette immobilière existante pourrait semer les graines de la prochaine crise économique si les coûts d’emprunt commencent à augmenter. Niraj Shah de Bloomberg Economics a compilé un tableau de bord des pays les plus menacés d’une bulle immobilière, et affirme que les indicateurs de risque sont des « avertissements clignotants » à une intensité jamais vue depuis la crise financière de 2008.

https://www.bloomberg.com/news/features/2021-09-19/global-housing-markets-are-hurting-and-it-s-getting-political

***************************************************************************************************************

ITALIE

«  Insurgeons-nous pour revoir les étoiles »

« Le samedi 18 juillet, une grande manifestation est organisée à Florence. Ils sont 25 000 venus de toute l’Italie et emmenés par les occupants de l’usine. Il y a des lustres que l’on a vu une telle mobilisation. En tête du cortège une grande banderole : «  Insurgeons-nous pour revoir les étoiles ». Elle résume mieux que tout l’état d’esprit des manifestants et le sens de leur combat. On ne vit pas innocemment à Florence : Dante écrit dans le dernier vers de L’Enfer dans la Divine comédie «  Nous nous sommes levés pour voir les étoiles »…

 image.png

Ici et maintenant, le Collectif a lancé un appel pour la manifestation : « Ne descendez pas dans la rue pour nos problèmes de travail, venez y avec vos problèmes et que notre lutte ouvre la voie à un fleuve plein de revendications ». La manifestation ne concerne pas que la GKN, elle est placée sous le signe d’une réforme générale des règles sur le travail. Dans la rue et sur les places, les habitants de Florence applaudissent les manifestants. »

https://blogs.mediapart.fr/hugues-le-paige/blog/210921/italie-une-insurrection-pour-revoir-les-etoiles

***************************************************************************************************************

Hic Salta – Communisation

Travail productif, question féminine et autres problèmes fâcheux. Réponse à «Temps Libre»image.png

La revue québécoise « Temps Libre » (TL) consacre son numéro deux à la question de l’analyse de classe. Dans ce cadre, elle consacre toute une section à notre livre Le Ménage à trois de la lutte de classe (Éd. L’Asymétrie, 2019). Après quelques brefs compliments, TL s’efforce de montrer que notre théorie de la classe moyenne n’est pas correcte. Voyons ce qu’il en est. Lire la suite…

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/travail-productif-question-feminine-et-autres-problemes-facheux-reponse-a-temps-libre

***************************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 18 septembre 2021

image.png

**************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

************************************************************************************************************

Faux dieux, nouveaux horizons

« Les théoriciens de l’automatisation pensent que l’accélération du rythme de la productivité a été la principale raison de la baisse de la demande de main-d’œuvre. Les outils automatisés et les ordinateurs prennent nos emplois parce qu’ils deviennent exponentiellement meilleurs que nous. Dans « Automatisation », Benanav réfute catégoriquement cela. La productivité a augmenté ces dernières années, mais à un rythme beaucoup plus lent qu’au cours du boom manufacturier d’après la Seconde Guerre mondiale. La baisse de la demande de main-d’œuvre, affirme-t-il, est principalement due à la stagnation mondiale de la croissance économique depuis les années 1970…..

image.png

L’afflux de travailleurs dans le secteur des services et dans d’autres secteurs instables sous la pression de la détérioration des conditions économiques conduit Benanav à définir notre époque comme celle d’un sous-emploi généralisé, et non du chômage. Les travailleurs ne disposent généralement pas des réserves financières qui leur permettraient de vivre un certain temps sans un revenu stable. S’ils perdent leur emploi, ils doivent se démener pour en trouver un nouveau. Mais comme de nombreux emplois actuels assurent à peine la subsistance, les personnes sous-employées se retrouvent dans une situation de double contrainte. Benanav explique de manière convaincante que les emplois de merde sont une caractéristique du capitalisme contemporain, et non un défaut. »

https://www.laidoffnyc.com/false-gods-new-horizons/

**********************************************************************************************************************

Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

Ces dernières semaines, les preuves se sont multipliées que le marché boursier américain – et donc la plupart des marchés boursiers mondiaux des pays développés, à l’exception de la Chine – sont dans une bulle. De plus, cette bulle serait dans un état avancé et constituerait probablement la plus grosse bulle d’actions de tous les temps…

image.png

Ces obligations d’État sont aujourd’hui l’actif le plus senior du système financier américain. Leurs rendements représentent le taux de rendement « sans risque » par rapport auquel tous les actifs risqués (y compris les actions) sont évalués. Ainsi, lorsque la Fed a généré cette bulle sur le marché du Trésor, elle a ouvert la voie, et a par la suite déclenché, une bulle sur tous les autres grands marchés d’actifs financiers et réels (dans ce dernier cas, nous nous référons notamment aux matières premières) …

afin d’avoir un effondrement, il est nécessaire que les actions avec un poids plus important montrent des échecs graves, brisant la tendance favorable précédente. Même si la plupart des 500 entreprises du marché global étaient dans une tendance baissière, si les actions les plus pondérées NE changent PAS de pitch, il est pratiquement impossible que le marché dans son ensemble (représenté par l’indice S&P500) s’effondre. D’autres signaux particulièrement pertinents sont plus techniques et nous ne les aborderons donc pas ici, il suffit de noter qu’un indicateur en particulier, le soi-disant. « Hindenburg Omen » (qui est lui-même composé d’une série de conditions spécifiques), présent avant tous les krachs boursiers des 40 dernières années, a été déclenché à plusieurs reprises ces derniers mois.

Dès lors, les conditions d’un effondrement sont là…

Naturellement, la question pratique immédiate, qui se pose spontanément, est : …… quand cette bulle va-t-elle éclater ? 

La secrétaire d’État au Trésor Janet Yellen prévient que sans relèvement du plafond de la dette, le gouvernement américain pourrait manquer d’argent

«Une fois que toutes les mesures disponibles et les liquidités en main seront entièrement épuisées, les États-Unis d’Amérique seraient incapables de faire face à leurs obligations, pour la première fois de notre histoire»

En Australie, dans un article publié vendredi dernier, le commentateur financier du Sydney Morning Herald, Stephen Bartholomeusz, a averti que les États-Unis pourraient être à quelques semaines seulement d’un défaut de paiement de la dette qui plongerait «l’économie américaine et les marchés financiers mondiaux dans le chaos».

https://www.wsws.org/fr/articles/2021/09/16/eurf-s16.html

***************************************************************************************************************************

ALLEMAGNE

 Des grèves ont lieu dans les hôpitaux publics de Berlin

L’hôpital berlinois de la Charité, le plus grand d’Europe avec 15.000 salariés

« Des grèves ont lieu dans les hôpitaux publics de Berlin. Outre les demandes adressées aux employeurs pour plus de personnel, pour des allégements de charges et pour l’intégration des employés des filiales de Vivantes dans le TVöD, le mouvement insiste également sur des changements plus profonds : Couverture autonome au lieu d’un financement forfaitaire, remunicipalisation et système de santé fondé sur les besoins. Cependant, l’impressionnante capacité d’auto-organisation et de coordination des travailleurs hospitaliers, sur laquelle s’appuient les luttes actuelles (cf. notre entretien avec une infirmière de soins intensifs à Vivantes), montre qu’il existe un potentiel dans les luttes pour développer un horizon qui dépasse le bricolage immanent d’un système de santé dans une société malade du capital…

image.png

comment des perspectives de transformation plus larges, littéralement radicales, peuvent-elles être développées au sein des conflits actuels, parallèlement aux revendications liées à la négociation collective, et comment peuvent-elles être incluses dans l’action pratique ? L’inclusion de la revendication d’une répartition équitable du travail de soins entre les sexes dans son ensemble et la tentative d’établir des liens avec le mouvement pour le climat (cf. l’entretien avec la soignante) montrent qu’il y a déjà des développements dans cette direction. Comment les pousser plus loin et dans quelles formes pratiques de lutte commune peuvent-ils s’exprimer ?

Deuxièmement, quel potentiel les luttes actuelles ont-elles pour aller au-delà du donné ? Comme le montre l’entretien avec l’infirmière, ce potentiel est évident dans les expériences de mise en réseau, de coopération et de coordination avec les travailleurs de la santé sur leur propre lieu de travail et sur d’autres. La coordination du débrayage à la base et la capacité exprimée avec assurance de le modeler selon les critères de la sécurité des patients indiquent la possibilité réelle de pouvoir organiser des soins orientés vers les besoins sur l’ensemble de soi-même et de supprimer les patrons – peu importe qu’ils soient fournis par une société privée ou l’appareil d’État municipal. Il serait fatal que ces expériences et capacités, acquises et développées dans la lutte, ne soient considérées qu’à la lumière de leur importance pour la mise en œuvre des exigences de la convention collective et qu’elles soient ainsi appropriées d’une manière quasi immanente au système syndical.4 De tels moments de dépassement devraient plutôt être sauvés, nommés, rendus visibles et renforcés en vue de la possibilité réelle et de la nécessité d’une transformation radicale à partir d’une canalisation conforme au système. Il faudrait les mettre en relation avec la question qui a déjà été soulevée ici par un kinésithérapeute :  » comment construire une pratique collective qui vise à mettre le système de santé entre nos mains, c’est-à-dire entre les mains des personnes qui y travaillent et des patients « .

https://communaut.org/de/den-moeglichkeitssinn-schaerfen?fbclid=IwAR1ULq2rJAcLInohgiGoYNDxpphKumxXr09CtpeXt59GmvvCOlUdUUldq3s

**********************************************************************************************************************

STATES

« LE COVID ET « LA GRANDE DÉMISSION » »

Charles Reeve

image.png

Depuis quelques mois, un étonnant phénomène social accompagne l’épidémie de Covid 19 aux États-Unis. Des centaines de milliers de salariés quittent leurs emplois, le chiffre dépassait, en avril 2021, les quatre millions et continue depuis d’augmenter à un rythme soutenu. On appelle désormais le phénomène : « La grande démission ». Au pays de la « libre entreprise » et de la « main invisible », les motivations ne sont pas faciles à cerner et son ampleur questionne. Charles Reeve essaye de creuser ici ce que peut signifier cette vague de démissions. Son introduction est suivie de la traduction d’un entretien réalisé par le site américain Hard Crackers avec une psychothérapeute ayant démissionné cet été…

 « Un ressort s’est cassé, jusqu’à quel point ?  »

« Qu’est donc « la grande démission » ? Une addition multiple, massive, d’attitudes individuelles, liées les unes aux autres, engendrées par une situation commune. Expression d’un refus qui, s’il reste non collectif, possède une force de dérangement qui ne peut pas être ignorée, sous-estimée. Il s’agit, dans un premier temps, d’un moment de rupture, comme un arrêt sur image dans le film d’horreur où nous sommes des figurants. Un moment d’arrêt positif, qui implique, nécessairement, une réflexion sur soi, sur la place de l’individu social dans la machine. La reproduction du capitalisme continuant, cette rupture est vouée à l’impasse. Pour qu’une suite se profile, il faudrait qu’une réponse collective prenne forme, ouvrant la voie à un projet social de réorganisation du monde, vers une autre vie, vers un autre sens. Un inconnu à inventer. Nous n’en sommes pas là. »

https://lundi.am/Le-Covid-et-la-grande-demission

***********************************************************************************************************************

UK

« l’utilisation des banques alimentaires va monter en flèche »

« La Resolution Foundation affirme que le gouvernement s’engage dans la plus grande réduction des aides sociales du jour au lendemain de l’histoire moderne, la comparant à la réduction désastreuse de l’aide au chômage pendant la Grande Dépression de 1931.»

https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/sep/14/the-guardian-view-on-benefit-cuts-the-fight-against-poverty-is-on

https://www.ft.com/content/ea096afa-7747-4763-811f-46e79dd41990

« plus de douleur à venir »

Yael Selfin, économiste en chef chez KPMG UK, a déclaré qu’il y aurait probablement « plus de douleur à venir » une fois le congé terminé, et alors que les entreprises ont du mal à embaucher du personnel….

https://www.theguardian.com/business/2021/sep/14/uk-payrolls-covid-job-vacancies-hotels-pubs-restaurants-staff

image.png
l’emploi total, selon l’enquête sur la population active, est toujours inférieur à ses niveaux d’avant la pandémie – et que le chômage de longue durée (ceux qui sont sans travail depuis au moins un an) est en augmentation….

«La création d’emplois se poursuit à un rythme soutenu au Royaume-Uni, mais on ne sait pas encore combien de temps cela peut durer. La fin de ce mois voit le retrait du régime de congé, et avec 1,6 million de personnes dont le salaire est toujours subventionné d’une manière ou d’une autre, il est malheureusement peu probable que toutes ces personnes soient maintenues dans un emploi à temps plein. »

https://www.theguardian.com/business/live/2021/sep/14/uk-payrolls-pre-pandemic-levels-record-vacancies-unemployment-jobs-oil-us-inflation-business-live

**************************************************************************************************************

ALGÉRIE

le salarié algérien en mode survie

L’érosion du pouvoir d’achat des Algériens se constate au quotidien. La hausse constante des prix des produits de consommation couplée au chômage mettent à rude épreuve leurs portefeuilles. En dix ans, la valeur du salaire moyen en Algérie a été divisée par deux, alors que les prix n’ont pas cessé de grimper. Les couches sociales défavorisées n’en peuvent plus…

La classe moyenne, colonne vertébrale de toute économie florissante et garante de la stabilité sociale, a quasiment disparu en Algérie, sous le double effet de la hausse des prix et la fermeture d’entreprises privées…

« Nous sommes en stagflation » 

Selon Mohamed Achir, docteur en économie, l’Algérie se trouve « carrément dans une situation de stagflation » qui décrit une conjoncture économique associant « une augmentation galopante des prix des produits de consommation de base » et « un taux de chômage très important »…

https://www.tsa-algerie.com/erosion-du-pouvoir-dachat-le-salarie-algerien-en-mode-survie/

« Les autorités algériennes accentuent la répression contre les militants du Hirak en Kabylie, où les arrestations de citoyens et journalistes se multiplient….

Outre les citoyens, les hommes de médias sont aussi ciblés par cette nouvelle vague d’arrestations que les autorités souhaitent orientées vers ceux qui continuent à résister face au régime, après l’arrêt des manifestations du Hirak à Alger et dans certaines régions du pays. En effet, la contestation reste vivace au niveau de la Kabylie…

Actuellement, plusieurs centaines de personnes en lien avec le mouvement de protestation prodémocratique Hirak ou accusées d’être des sympathisants du MAK sont en prison »

http://afrique.le360.ma/algerie/politique/2021/09/14/35451-algerie-arrestations-la-chaine-de-citoyens-et-de-journalistes-la-junte-veut-installer-la

***************************************************************************************************************

CHILI

[Santiago, Chile. September 11, 2021]


image.png

*****************************************************************************************************************

FRANCE

À la fête de l’Huma, «tout le monde déteste la police»

la Fête de l’Huma qui se tenait de vendredi à ce dimanche, a commencé comme à l’accoutumée par une succession de concerts. C’est au cours de l’un d’entre eux que vendredi soir, les participants se sont mis à scander tous en chœur le slogan désormais bien connu : «Et tout… le monde… dé-teste la po-lice !»..

C’est le rappeur marseillais Soso Maness, sur scène à ce moment-là, qui a encouragé le public à exprimer son animosité à l’égard des forces de l’ordre, en critiquant ouvertement entre deux de ses chansons le film Bac Nord, qu’il accuse de donner une image méliorative de la police, éloignée selon lui de la culpabilité des policiers marseillais dont l’histoire est mise en scène. Ce film, tiré d’une histoire vraie, s’inspire partiellement de faits réels ayant conduit à de nombreuses gardes-à-vue au sein de la Brigade anti-criminalité de Marseille, mais la plupart des policiers ont ensuite été relaxés en première instance

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/a-la-fete-de-l-huma-tout-le-monde-deteste-la-police-20210912

Le secrétaire national du PCF « ne cautionne pas du tout » les propos anti-police tenus au concert de Soso Maness

https://www.bfmtv.com/politique/le-secretaire-national-du-pcf-ne-cautionne-pas-du-tout-les-propos-anti-police-tenus-au-concert-de-soso-maness_VN-202109120127.html

***************************************************************************************************************************

AFRIQUE DU SUD

« Même sans le virus, la situation serait terrible »

« Déjà très élevé avant la pandémie, le taux de chômage a continué de progresser et a atteint 34,4 % au deuxième trimestre, 44,4 % en incluant ceux qui ont abandonné l’idée de chercher un travail. L’économie s’est contractée de 7 % en 2020, en raison de la crise sanitaire. »

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/09/15/meme-sans-le-virus-la-situation-serait-terrible-le-coup-de-grace-du-covid-sur-l-economie-sud-africaine_6094743_3234.html

*****************************************************************************************************************

GRECE

Le chômage grimpe, la pauvreté s’étend

La cohue lors des actions solidaires le prouve actuellement : la pauvreté fait des ravages et cela ne cesse d’empirer. Des familles entières de Grecs précaires se retrouvent à la rue ou hébergées chez des proches, dans l’impossibilité de joindre les deux bouts. Le chômage a explosé, même si les chiffres officiels ne montrent pour l’instant qu’une partie de cette hausse, ne prenant pas en compte les nombreuses catégories non indemnisées. Cette semaine, Eurostat vient d’annoncer que la Grèce bat tous les records de chômage des jeunes en Europe pour le mois de juillet 2021.image.png

Forte hausse du prix des produits de première nécessité.

Dans ce contexte de paupérisation galopante, l’augmentation annoncée des aliments de base risque d’être une catastrophe pour beaucoup. On parle, par exemple, d’un bond du prix du pain, alors que les Grecs sont parmi les principaux consommateurs en Europe, ou encore des pâtes, du café… de 20 à 40% !

Les factures d’électricité augmentent de 50% ! Au niveau de l’énergie aussi, de nombreuses hausses sont apparues dès le mois d’août et inquiètent fortement les plus pauvres. La Grèce peine à se fournir en électricité et le coût global de son approvisionnement a augmenté de 70% depuis début 2021. Elle est désormais le marché le plus cher de l’électricité en Europe, avec un prix de 157 euros le mégawattheure. Non seulement, c’est un problème immédiat pour les classes populaires, mais cela amplifiera aussi la hausse générale des prix qui a déjà commencé ces derniers mois.

http://blogyy.net/2021/03/15/nombreuses-manifestations-contre-la-societe-autoritaire/

*********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 11 septembre 2021

image.png

***************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

************************************************************************************************************************

Afghanistan Papers : superbe exposé d’une guerre bâtie sur des mensonges

« un récit édifiant sur la façon dont une guerre peut durer des années, longtemps après qu’elle n’a plus de sens. »

image.png

https://www.theguardian.com/books/2021/sep/05/the-afghanistan-papers-review-craig-whitlock-washington-post

************************************************************************************************************************

Les nôtres

je viens d’apprendre coup sur coup les décès de deux camarades, Alan et Gilles, à qui je faisais parvenir ma petite chronique du samedi

************************************************************************************************************************

Entretien avec un travailleur radical thaïlandais

« Une nouvelle faction radicale de la classe ouvrière a émergé le mois dernier au milieu du mouvement démocratique thaïlandais. Connu sous le nom de Thalugaz , le groupe est nettement plus audacieux, plus violent et virulent anti-État que le reste du moment jusqu’à présent. Gabriel Ernst fait le point sur la situation actuelle à Bangkok et interviewe un coordinateur principal de Thalugaz..

.image.png

Au cours des dernières semaines, il y a eu des manifestations violentes constantes dans le quartier de Din Daeng à Bangkok. Din Daeng est un quartier extrêmement défavorisé de la capitale, en particulier après la mise en place de mesures de confinement strictes lors de la dernière vague de la pandémie de Covid, sans pratiquement aucune aide économique. Depuis la mi-août, des jeunes majoritairement locaux de la classe ouvrière combattent la police avec des armes improvisées comme des feux d’artifice, des petites bombes artisanales, des lance-pierres et des cocktails Molotov. Cette série de combats a été particulièrement différente des précédentes manifestations du mouvement démocratique thaïlandais, car elles sont nettement plus violentes et leur fréquence augmente…

En quoi n’êtes-vous pas représenté par d’autres groupes de protestation ?

Ce sont des intellectuels de la classe moyenne. Nous ne sommes pas des intellectuels. Nous sommes la classe ouvrière, il y a un fossé là-bas. Ils ont ce concept de lutte contre la police, qu’ils attendent que la police frappe d’abord et qu’ils réagissent ensuite. Pour nous, nous sommes agressés par la police toute notre vie, ils ont toujours frappé en premier, ils nous traitent comme des merdes, c’est notre justification.»

« Des centaines de manifestants ont défilé, samedi 7 août, dans les rues de Bangkok…Les défilés ont donné lieu à des heurts, la police tirant avec des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes, alors que des manifestants armés de lance-pierres et de cocktails Molotov ont incendié un fourgon des forces de l’ordre. »

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/09/a-bangkok-les-thailandais-reclament-des-vaccins-et-la-democratie_6090974_3210.html

************************************************************************************************************************

VIETNAM

« ce sont les pauvres qui ont été les plus durement touchés »

image.png

« Alors que des restrictions plus strictes ont été progressivement introduites depuis le début du mois de juin, ce sont les pauvres qui ont été le plus durement touchés. Les usines et les marchés ont reçu l’ordre de fermer, et avec eux des milliers d’emplois. Les chauffeurs de taxi, les vendeurs de nourriture dans la rue, les ouvriers d’usine et les ouvriers du bâtiment, qui étaient déjà proches du seuil de pauvreté, n’ont pas pu gagner de l’argent pendant des mois et sont coincés dans des logements précaires et surpeuplés dans les points chauds du Covid. 

Les statistiques officielles indiquent que 3 à 4 millions de personnes à Hô Chi Minh-Ville ont plongé dans des difficultés financières en raison de la pandémie.»

https://www.theguardian.com/global-development/2021/sep/08/hunger-was-something-we-read-about-lockdown-leaves-vietnams-poor-without-food

***********************************************************************************************************************

VACCINATION ET PASS SANITAIRE

Signalé par Faber X-Ram

[Un article de Michele Castaldo sur la question de la vaccination et du Green Pass, qui contient des pistes intéressantes, notamment la tentative d’aller au-delà de la fausse opposition entre les deux intégrismes ′′ pro-vax ′′ et ′′ anti-vax ′′ en plaçant la question à l’examen intérieur d’une critique du mode de production capitaliste et de l’individualisme libéral plus ou moins camouflé.]

image.png

 « […] Or, le mode de production capitaliste vit sur des lois simples : production et consommation ; augmentation de la production et de la consommation ; et encore augmentation de la productivité et de la consommation de toutes sortes de marchandises, y compris les marchandises de la santé, inanimées et animées, c’est-à-dire les infirmières, les médecins et les scientifiques […].

[…] Cependant, comme il s’agit d’un mécanisme qui englobe la production d’une infinité de biens, beaucoup d’entre eux sont contradictoires. Je vous donne un exemple : vous avez besoin d’un chauffeur routier très efficace et lucide et en même temps, pour qu’il puisse faire face au super travail qu’il doit faire, il doit prendre des amphétamines et des sédatifs, et vous le rendez stupide, avec tous les désastres que cela peut entraîner.

D’un autre côté, une industrie a besoin que ses travailleurs soient en bonne santé afin d’être aussi performants que possible plutôt que de tomber malade et de mettre la production en crise, donc si une pandémie est en cours, l’industriel veut que son travailleur soit protégé, non pas parce qu’il l’aime, non, mais parce que cela sert ses profits.

Une pandémie sévit depuis environ deux ans et le chaos règne parmi tous les acteurs concernés, non seulement en raison d’analyses différentes de ses origines, mais aussi de sa gravité et, par conséquent, de la manière d’y faire face.

Les politiques se tournent vers le monde scientifique pour trouver une solution, et la plus immédiate, outre la mise en soins intensifs des personnes les plus touchées, est de [promouvoir] la nécessité de vacciner la population afin d’obtenir une immunité de groupe. Les grands groupes produisant les vaccins interviennent immédiatement et proposent des contrats capestro aux Etats afin de pouvoir commencer à vacciner.

Le vaccin ne s’attaque donc pas à la nature de la maladie, c’est-à-dire aux causes de la fameuse propagation des virus d’autres espèces animales à l’homme, mais tente de courir après eux pour empêcher leur propagation. On ne demande donc pas aux entreprises pharmaceutiques de faire une révolution sociale, mais de remédier à un mal. On demande la même chose aux infectiologues, aux épidémiologistes et aux autres personnes sur le terrain, à savoir [développer] des mesures telles que l’espacement individuel, le masquage, la désinfection des mains, etc. Les gouvernements sont invités à prendre les mesures appropriées pour sortir [la population] de la pandémie. […]

Comment [la population] a-t-elle réagi ? De la manière la plus composite, c’est-à-dire en fonction de ses caractéristiques mûries au cours de plusieurs siècles du mode de production actuel, et des coûts immédiats à payer pour les restrictions que les gouvernements ont tenté d’imposer. Il ne fait aucun doute que parmi les secteurs les plus touchés figure la classe moyenne productive et distributive qui, déjà décimée par la crise, se frappe la tête contre le mur parce qu’elle est poussée au bord du gouffre, tandis que les grandes puissances économiques pressent les forces politiques de gouvernement et d’opposition, ainsi que les syndicats de travailleurs, pour uniformiser une attitude nationale et surmonter une phase compliquée.

Si l’on pose la question de cette manière, comment essayer de démêler l’écheveau par rapport à la pointe de l’iceberg que représente la question des vaccins, qui est l’élément qui a totalement désorienté l’ensemble de la gauche, y compris les plus extrémistes ? Vaccins oui, vaccins non, vaccins « ni », jusqu’à mettre en jeu le droit individuel, ou le libre arbitre de décider de se faire vacciner ou non. […]

Le principal problème qui est apparu jusqu’à présent est qu’il n’y a pas eu de réelle mobilisation pour dénoncer les origines de l’épidémie […] En bref, le Covid-19 a été accepté [par les populations] comme un événement naturel qui est arrivé aux humains, c’est-à-dire de manière totalement passive, où donc la meilleure solution semblait être celle des vaccins, c’est-à-dire une solution capitaliste à un dommage causé par le mode de production capitaliste. Le vrai drame, c’est donc celui-ci, dont on ne parle pas.

Par conséquent, si la seule solution contre le Covid-19 est le vaccin, celui qui le refuse est soit un idiot, soit un criminel […] En d’autres termes, une foi aveugle dans la science, parce qu’elle est neutre, donc au-dessus des partis, et donc la seule capable de nous sortir de la pandémie et de nous remettre sur les rails pour surmonter une crise économique qui risque de devenir sociale et aux conséquences imprévisibles.

A cette avalanche politique et culturelle écrasante qui avance, derrière laquelle se déplacent les lois de l’économie, en Occident et dans le monde entier, sans se faire d’illusions sur les pays ex-communistes de l’Est, la pire façon de s’opposer est de revendiquer le droit individuel au libre arbitre.

[…]

Après avoir répété que nous vivons dans un mode de production capitaliste et que, par conséquent, toute solution ne peut qu’avoir les caractéristiques du capitalisme, c’est-à-dire l’extraction du profit maximum, nous nous demandons : à quelle logique sont appelés à répondre les grands groupes pharmaceutiques pour produire des vaccins ? La logique est double : a) faire un maximum de profits ; b) produire un médicament qui permettra d’enrayer la pandémie et de remettre le capital sur les rails. De nombreux autres facteurs jouent un rôle dans l’un et l’autre, mais l’un n’exclut pas l’autre […] et vouloir forcer le contraire est une erreur, parce qu’on nie non pas l’éthique wébérienne du capitaliste bourgeois ou du capitaliste bourgeois, mais parce qu’on nie le caractère tout à fait objectif de devoir tenir ensemble les deux facteurs : enrayer la pandémie et extraire le maximum de profit. Les droits individuels font donc partie de l’équation au même titre que le chou dans la boîte à biscuits, et le fait de les revendiquer favorise la complémentarité des deux facteurs que sont la science et l’économie et rend la science de plus en plus fonctionnelle pour l’économie. Ce qui manque dans tout cela, c’est une vue d’ensemble, une vue qui fait que la valeur d’un tout est supérieure à la somme de ses parties. Cela signifie que l’État peut agir contre les imbéciles qu’il veut utiliser comme cobayes, mais qu’il doit m’accorder la liberté de ne pas être vacciné. Si les intérêts économiques d’une classe moyenne commerciale, comme les restaurateurs, sont à l’origine de cette revendication, c’est de bonne guerre. Il s’agit, à y regarder de plus près, d’une attitude individualiste et égoïste qui a beaucoup de choses de libéral et peu ou rien d’anticapitaliste, même si elle est revendiquée par la gauche.

Essayons donc de clarifier notre point de vue : c’est une chose d’être conscient des difficultés face à un énorme problème historique, c’en est une autre de s’aligner derrière les troupes chamelières de la bourgeoisie et de son gouvernement en Italie, en Europe et dans le reste du monde.

Posons-nous la question suivante : face au fait que la Confindustria demande au gouvernement [l’obligation] le laissez-passer vert pour que les travailleurs puissent se rendre au travail, et si le gouvernement le promulgue, quel sens cela aurait-il d’invoquer le droit à la liberté contre l’obligation de vacciner ? Mais pourquoi, alors, regarder la réalité depuis son propre nombril, depuis son propre individualisme plutôt que d’essayer d’aborder les questions telles qu’elles se posent d’un point de vue objectif ? Pourquoi espérer qu’un groupe de « personnes » s’organise et agisse comme un embryon, voire grandisse pour s’opposer au refus de la vaccination obligatoire ? En bref : pourquoi toujours faire référence à l’individu – même à gauche – plutôt qu’à des facteurs objectifs ? […]

Comment tracer – en tant que communistes – une ligne de dénonciation du mode de production en crise à ce stade ? Certainement pas en faisant la chasse à l’individualisme et au droit à la liberté individuelle, non et encore non, mais en invitant les travailleurs à prendre en charge le contrôle de la chaîne des vaccins, étant donné que c’est nous qui dirigeons le mode de production et donc : a) qui produit ; b) ce qui produit ; c) comment il produit ; d) à quel coût il produit ; e) comment il distribue ; f) à quel coût il distribue ; g) par quels canaux il distribue. Et, si vous le voulez bien, nous aimerions avoir des scientifiques à notre service pour nous soutenir dans une bataille dont les protagonistes ne sont sinon pas complètement passifs, du moins pas du tout. Voulez-vous l’appeler le contrôle des travailleurs ? Donnez-lui le nom que vous voulez, pourvu que nous sortions de l’individualisme et du subjectivisme politique en appelant les travailleurs à se mesurer aux intérêts de leur propre santé, plutôt que de se dépouiller de leurs bras et de les offrir à la bonté de l’État par l’injection de l’infirmière de service. Est-ce que cela est censé construire je ne sais quels fronts anticapitalistes pour la révolution ? Pas du tout, nous voulons simplement faire preuve de bon sens : puisque vous devez injecter un liquide dans notre corps, nous voulons au moins comprendre de quoi il s’agit. D’un autre côté, ne serait-ce pas l’attitude la plus logique du patient envers le médecin ? […]

Les travailleurs ne nous écoutent pas ? Patience pour eux, mais nous avons rempli le rôle que nous devions jouer, car la volonté des opprimés et des exploités ne se développe que par nécessité obligatoire et non par la transmission de vagues idéaux, et encore moins par conviction individuelle sur la validité ou non des vaccins et du Pass Vert. »

***************************************************************************************************************************

FRANCE

Pauvreté : un Français sur quatre ne mange pas à sa faim, selon le Secours Populaire

Selon un sondage mené par le Secours Populaire via Ipsos, 27% des Français ne mangent pas à leur faim. Un quart de la population française est contrainte de réduire les quantités de les assiettes et un Français sur cinq saute même des repas. Thierry Robert, directeur général du Secours Populaire, tire la sonnette d’alarme au micro de RTL….

Ce sondage met également en avant d’autres chiffres alarmants : 42% des parents se privent pour offrir de meilleures conditions de vie à leurs enfants. « On a vu cette souffrance à la fois des parents et à la fois des enfants pendant toute la durée de cette crise sanitaire »

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/pauvrete-un-francais-sur-quatre-ne-mange-pas-a-sa-faim-selon-le-secours-populaire-7900070355

« Bon sang ne saurait mentir »
image.png

********************************************************************************************************************

STATES

Le taux de chômage est passé de 5,4 % à 5,2 %, mais uniquement parce que des personnes ont complètement quitté la population active.  Le taux de participation à l’emploi (personnes employées par rapport à la main-d’œuvre potentielle) est à son plus bas niveau depuis 1977.

GRAPHIQUE 1image.png

Et la part des personnes en chômage de longue durée (plus de six mois) est à son plus haut niveau depuis la Grande Récession de 2009.

GRAPHIQUE 2image.png

https://www.facebook.com/Michael-Roberts-blog-925340197491022/

la classe dirigeante supprime l’aide de pandémie aux chômeurs

« Trois programmes ont pris fin lundi. L’un d’eux prévoyait le versement de prestations aux travailleurs indépendants, aux travailleurs à domicile et aux gardes d’enfants, qui n’avaient auparavant pas droit à l’aide au chômage. Un autre programme augmentait la durée de versement des prestations. Un troisième prévoyait le versement d’un montant supplémentaire de 300 dollars par semaine en complément de l’aide aux chômeurs, fournie par les États.

Près de 7,5 millions de personnes seront privées de tout revenu de chômage dû à l’expiration des deux premiers programmes ; 3 millions de personnes supplémentaires perdront le supplément hebdomadaire de 300 dollars, ne leur laissant que l’aide des États, grossièrement insuffisante. Dans les États le plus durement touchés par la pandémie récemment, comme le Mississippi et la Louisiane, le versement hebdomadaire maximal de l’aide aux chômeurs est même inférieur au salaire minimum fédéral dérisoire de 7,25 dollars.

La réalité est qu’un grand nombre des chômeurs actuels ne seront tout simplement pas en mesure de trouver un emploi quelconque dans un avenir prévisible. Les économistes estiment qu’il manquera entre 6,6 et 9,1 millions d’emplois par rapport à février 2020. Selon le dernier rapport du Bureau des statistiques du travail sur le chômage, 8,4 millions de personnes étaient au chômage en août et 5,7 millions d’autres ne faisant pas partie de la population active voulaient un emploi…

Des millions de personnes perdent leur seule bouée de sauvetage économique moins de deux semaines après que la Cour suprême a annulé le moratoire sur les expulsions locatives. Elles menace environ 11 millions de personnes qui sont déjà en retard sur leur loyer. Un autre moratoire sur les expulsions pour saisie immobilière doit expirer le 30 septembre.»

https://www.wsws.org/fr/articles/2021/09/08/pers-s08.html

********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 4 septembre 2021

image.png

******************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

****************************************************************************************************************************

« LES MANIFESTATIONS CONTRE LE PASSE SANITAIRE : un non-mouvement ? »

[Temps Critiques]

image.png

« Si le mouvement des Gilets jaunes, nous l’avons déjà dit, a tenté une transcroissance de ses motivations d’origine, nous sommes aujourd’hui dans une tout autre situation, bien significative de ce qu’est la société capitalisée. Les manifestations ne manifestent aucun après et pire que cela ce sont les pouvoirs en place et surtout les médias qui ont osé poser la question du « monde d’après » parce qu’effectivement l’arrêt du premier confinement strict ouvrait la possibilité de poser autre chose ce qui est même venu à l’esprit de ceux qui gouvernent. Dans les manifestations d’aujourd’hui, qu’on y soit favorable ou pas, il ne s’agit pas de ça, mais seulement, éventuellement, de résister à ce qui pourrait advenir de pire. »

https://lundi.am/Les-manifestations-contre-le-passe-sanitaire

*****************************************************************************************************************************

CHINE

« L’état de la peste »

image.png

Traduction d’un article publié dans la revue « Brooklyn Rail »

« Chuang est un collectif communiste international qui publie une revue éponyme et un blog. Leur contenu comprend des interviews, des traductions et des articles originaux sur l’ascension de la Chine à travers les décombres de l’histoire et les luttes de ceux qui y sont entraînés. Grâce à des années de recherche sur le terrain, le collectif a développé une analyse communiste incisive qui met l’accent sur les dimensions globales de l’expérience chinoise, sans être obscurcie par les débats du 20e siècle et soutenue par une attention constante aux conditions changeantes de la lutte prolétarienne en Chine et au-delà. Dans leurs interventions théoriques pertinentes et dans les ouvertures sur la vie quotidienne, visibles sur leur blog, le collectif a toujours mis l’accent sur les leçons pratiques pour les nombreuses batailles menées par les prolétaires à travers le monde aujourd’hui et dans un avenir proche. »

http://dndf.org/?p=19685

**************************************************************************************************************************

AFGHANISTAN

« L’Afghanistan, contrairement à l’Irak, manque de produits de base désirables (en dehors du pavot à opium, déjà exporté en quantités suffisantes). L’intervention américaine elle-même est devenue sa principale ressource économique, les milliards de dollars d’aide qui ont afflué ont été engloutis, comme dans d’autres États Potemkine similaires, par toutes les personnalités politiques qui se sont hissées au sommet. La guerre a peut-être été, comme l’a affirmé le comité éditorial du New York Times, « une histoire … de la foi durable des Américains dans les valeurs de la liberté et de la démocratie ».3 Mais il s’avère que cette foi n’est pas assez puissante pour inspirer une lutte jusqu’au bout. En fin de compte, ce que la guerre d’Afghanistan avait en commun avec celle du Vietnam, c’était son caractère ingagnable. Tant dans ses 20 années de mort et de destruction que dans son abandon final, la laideur et la stupidité de cette guerre n’ont été qu’un symptôme du déclin continu du capitalisme américain. S’il y a quelque chose de positif à tirer de cette expérience, c’est la pensée que quelque chose d’aussi puissant peut être aussi faible. »

https://brooklynrail.org/2021/09/field-notes/Stirred-Up

Les talibans peuvent-ils relancer l’économie dévastée de l’Afghanistan ?

Pour de nombreux Afghans, c’est moins la restriction de leurs libertés personnelles que ces sombres nuages économiques qui les empêchent de dormir la nuit. « C’est la question que tout le monde se pose ici »…

image.png

« Les talibans sont pleinement conscients qu’ils auront besoin d’accéder au système financier mondial », a déclaré Fung Siu, économiste principal pour l’Asie à l’Economist Intelligence Unit. « Ils savent qu’ils ont besoin d’une aide internationale pour empêcher un effondrement complet de l’économie, car s’il s’effondre, il y aura des troubles sociaux dans le pays et ils ne pourront peut-être pas contrôler cela. »

https://www.theguardian.com/world/2021/sep/02/can-taliban-revive-afghanistan-shattered-economy

*****************************************************************************************************************************

ALGÉRIE

« Reprise des émeutes à Kherrata »

«  Des affrontements violents ont opposé hier mercredi et aujourd’hui jeudi 2 septembre des centaines de manifestants et des forces anti-émeutes déployées en grand nombre pour empêcher et réprimer la moindre tentative d’une marche populaire dans les rues de cette ville qui a donné naissance le 16 février 2019 au fameux mouvement populaire algérien, le Hirak »

« Suite à la répression d’un rassemblement de soutien aux détenus d’opinion, les populations de Kherrata ont décidé ce jeudi 2 septembre de manifester. Cette nouvelle manifestation a encore été marquée par la répression des forces de l’ordre .

« Reprise des émeutes à Kherrata », a indiqué le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (Laddh)…

« C’est une véritable chasse à l’homme qui a été adressée à Kherrata, toute personne suspectée de prendre part au rassemblement de ce matin, violemment par la police, est systématiquement embarquée, on dénombre des dizaines d’ arrestations »

https://www.tsa-algerie.com/kherrata-reprise-des-heurts-entre-manifestants-et-forces-de-lordre/

*****************************************************************************************************************************

Les trois quarts de la population au Liban vivent désormais dans la pauvreté, selon l’Escwa

image.png

« Les personnes ayant les niveaux d’éducation les plus élevés, ainsi que celles ayant les taux les plus bas, ont maintenant des niveaux de pauvreté similaires« , indique l’agence internationale.

https://www.lorientlejour.com/article/1273678/les-trois-quarts-de-la-population-au-liban-vivent-desormais-dans-la-pauvrete-selon-lescwa.html

*****************************************************************************************************************************

BELGIQUE

Travail: les absences de plus d’un mois se multiplient

image.png

Parmi toutes les catégories d’âge, c’est chez les jeunes de moins de 25 ans que la croissance est la plus forte. L’absence de moyenne durée y a doublé en 30 mois. La tendance est la même pour les 25-29 ans (+33 %) et chez les 30-34 ans (+24 %).

https://www.lesoir.be/391961/article/2021-08-30/travail-les-absences-de-plus-dun-mois-se-multiplient

***************************************************************************************************************************

FRANCE

« On sait bien que… »

« la plus efficace parade aux infamies proférées impunément sur tous les écrans (plats ou non) n’est pas la contradiction frontale à la Hanouna, éructation contre éructation. C’est la question des sources, l’éternelle question des sources. »

https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/ecrans-plats-aux-sources

*****************************************************************************************************************************

ESPAGNE

 Les coursiers de Glovo se mettent en grève alors que les travailleurs indépendants européens se soulèvent-

image.png

« Le mouvement de grève des coursiers de Glovo est le dernier en date d’une série de protestations contre les plateformes de l’économie parallèle cette année, les travailleurs exprimant leur mécontentement face à la précarité du travail et aux bas salaires.

En mars, des livreurs de repas italiens ont organisé une « journée sans livraison » pour protester contre l’absence de congés payés, d’indemnités de maladie et d’indemnités de licenciement.

En avril, les coursiers de Deliveroo au Royaume-Uni sont descendus dans la rue pour protester contre les bas salaires et les conditions de travail.

En juin, les chauffeurs de Bolt au Royaume-Uni ont manifesté pour demander le statut de travailleur, la fin des licenciements abusifs et une rémunération supplémentaire de 2 £ par kilomètre, tandis que les chauffeurs de Gorillas se sont également mis en grève à cause des politiques de licenciement.

Au début du mois, des coursiers lituaniens ont organisé une manifestation contre Wolt, pour protester contre les changements apportés par l’entreprise à sa politique d’indemnisation. Et cette semaine, les chauffeurs de camions de Yodel votent une action industrielle, après que le syndicat britannique GMB n’a pas réussi à trouver un accord avec l’entreprise sur les salaires et les conditions de travail.

Ces protestations s’inscrivent dans le contexte d’une réaction de plus en plus vive à l’égard du travail dans l’économie des « gigs », les tribunaux européens et les gouvernements continuant à affirmer que les travailleurs des plateformes doivent bénéficier des garanties liées au plein emploi. Des alternatives au modèle à forte croissance des startups de livraison commencent également à apparaître. Ce mois-ci, Wings, une coopérative de livraison de nourriture appartenant à des cavaliers, a été lancée à Londres, rejoignant ainsi un nombre croissant de plates-formes de livraison appartenant à des travailleurs qui s’attaquent à des startups financées par des fonds de capital-risque. »

*****************************************************************************************************************************

Le Grand prix 2021 de l’obscénité publicitaire et journalistique est attribué à… RTLimage.png

*******************************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 28 août 2021

image.png

**************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

***************************************************************************************************************

Travailler à mort

– un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

À l’échelle mondiale en 2016, 488 millions de personnes ont été exposées à de longues heures de travail (≥ 55 heures par semaine). Cette exposition a eu 745,194 décès attribuables et 23.3 millions de DALYs à cause de maladies cardiaques ischémiques et d’accidents cérébrovasculaires. Ce sont 4.9 % de tous les décès et 6.9 % de tous les DALYs issus de ces causes. Le Pacifique occidental, l’Asie du Sud-Est, les hommes et les personnes âgées portent des charges plus élevées.

https://www.sciencedirect.com/…/pii/S0160412021002208…

 L’OMS est d’autant plus inquiète face à ce phénomène que le nombre de personnes travaillant de longues heures est en augmentation. Il représente actuellement 9 % du total de la population mondiale.

La pandémie ne devrait guère aider à renverser la tendance. Au contraire.

« Le télétravail est devenu la norme dans de nombreux secteurs d’activité, estompant souvent les frontières entre la maison et le travail. Par ailleurs, de nombreuses entreprises ont été contraintes de réduire ou d’interrompre leurs activités pour économiser de l’argent et les personnes qu’elles continuent d’employer finissent par avoir des horaires de travail plus longs »..

La pandémie a également accru l’insécurité de l’emploi, ce qui, en période de crise, a tendance à pousser ceux qui ont gardé le leur à travailler plus pour montrer qu’ils sont compétitifs

https://www.lapresse.ca/actualites/sante/2021-05-16/etude-de-l-oms/travailler-plus-de-55-heures-par-semaine-augmente-le-risque-de-deces.php

**************************************************************************************************************image.pngimage.png

*****************************************************************************************************************************

« Si cela persiste, l’Algérie ne sera pas loin d’une explosion sociale. » 

ALGÉRIE: LE PAIN SUBVENTIONNÉ EST INTROUVABLE, IL FAUT DÉBOURSER AU MOINS 50% DE PLUS

« La baguette subventionnée dont le prix est fixé à 10 dinars algériens n’est plus disponibles auprès des boulangeries depuis plusieurs semaines, selon le quotidien El Watan. Les ménages résignés ne trouvent à sa place que le pain de poids équivalent et qui est vendu 50%, voire 100% plus cher »

http://afrique.le360.ma/algerie/societe/2021/08/22/35233-video-algerie-le-pain-subventionne-est-introuvable-il-faut-debourser-au-moins-50-de-plus-35233

image.png

La crise du pain en Algérie risque de s’aggraver

« Cela va mener à une crise qui ne manquera pas de s’aggraver si l’État ne se penche pas dessus. Les citoyens, occupés par la crise sanitaire aggravée par le manque d’oxygène dans les établissements hospitaliers, n’ont pas encore réalisé que c’est une nouvelle crise qui pointe du nez. Parce que le pain normal n’a pas encore disparu des étagères des boulangeries.

Mais un jour, ils vont se réveiller avec une réelle incapacité d’offrir du pain pour leurs enfants. Surtout que certains commerçants ont déjà commencé à afficher la baguette de pain subventionné à 15 dinars. Ce qui est illégal et, ensuite, susceptible de provoquer la colère du consommateur dont le pouvoir d’achat chute continuellement depuis quelques années. »

https://observalgerie.com/2021/08/25/societe/algerie-apres-eau-oxygene-pain-touche-crise/

************************************************************************************************************************

EGYPTE

« augmenter le prix du pain subventionné »

« Le 14 août, lors de l’inauguration de plusieurs nouveaux projets de logement, le président Al-Sisi a déclaré qu’il était urgent de restructurer les subventions au pain….

image.png

Une décision hâtive sur les subventions au pain menace de provoquer des troubles civils de grande ampleur a déclaré Shaaban, un résultat qui pourrait être évité en lançant un débat national approfondi sur la manière dont les subventions peuvent être rationalisées sans nuire aux membres les plus pauvres de la société. »

https://english.ahram.org.eg/NewsContent/50/1201/419750/AlAhram-Weekly/Egypt/Subsidised-bread-sparks-controversy-in-Egypt.aspx

**********************************************************************************************************************

Les jours d’après…

Aux Etats-Unis, la Cour suprême lève le moratoire sur les expulsions de locataires

La Cour suprême des Etats-Unis a levé, jeudi 26 août, le moratoire sur les expulsions de locataires, pourtant prévu jusqu’en octobre…

image.png

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/27/aux-etats-unis-la-cour-supreme-leve-le-moratoire-sur-les-expulsions-de-locataires_6092490_3210.html

**************************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 14 août 2021

image.png

*****************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

*****************************************************************************************************************************

Les jours d’après !!

«  La reprise mondiale de l’emploi devrait s’accélérer au second semestre de 2021, à condition qu’il n’y ait pas de détérioration dans la situation globale de pandémie. Cependant, cela sera inégal, en raison de l’inégalité de l’accès aux vaccins et de la capacité limitée de la plupart des pays en développement et des pays émergents à soutenir de fortes mesures En outre, la qualité des emplois nouvellement créés risque de se détériorer dans ces pays.

La baisse de l’emploi et des heures travaillées s’est traduite par une forte baisse du revenu du travail et une augmentation correspondante de la pauvreté. Comparativement à 2019, 108 millions de travailleurs supplémentaires dans le monde sont maintenant classés comme pauvres ou extrêmement pauvres (ce qui signifie qu’ils et leurs familles vivent avec l’équivalent de moins de 3.20 $US par personne et par jour). ′′ Cinq années de progrès vers l’élimination de la pauvreté active ont été défaites, » dit le rapport, ajoutant que cela rend encore plus insaisissable la réalisation du but de développement durable de l’ONU visant à éliminer la pauvreté d’ici 2030

La crise du COVID-19 a également aggravé les inégalités préexistantes en frappant plus dur les travailleurs vulnérables, selon le rapport. Le manque généralisé de protection sociale – par exemple parmi les deux milliards de travailleurs du secteur informel du monde – signifie que les perturbations du travail liées à la pandémie ont eu des conséquences catastrophiques sur le revenu familial et les moyens de subsistance. »

image.png

https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_794834/lang–en/index.htm

Le personnel de Google pourrait voir son salaire baisser s’il choisit de travailler à domicile

« Il s’agit d’une expérience menée dans toute la Silicon Valley, qui définit souvent des tendances pour d’autres grands employeurs….

Des captures d’écran du calculateur de salaire interne de Google vues par Reuters montrent qu’une employée vivant à Stamford, Connecticut – à une heure de New York en train – serait payée 15 % de moins si elle travaillait à domicile, tandis qu’un collègue du même bureau vivant à New La ville de York ne verrait aucune réduction du travail à domicile. Les captures d’écran ont montré des différences de 5% et 10% dans les régions de Seattle, Boston et San Francisco.

Des entretiens avec des employés de Google indiquent des réductions de salaire allant jusqu’à 25 % pour le travail à distance s’ils quittaient San Francisco pour une région presque aussi chère de l’État comme le lac Tahoe. »

https://www.theguardian.com/technology/2021/aug/12/google-staff-could-see-pay-cut-if-they-opt-to-work-from-home

***************************************************************************************************************************

« Les robots menacent moins le travail que la crise du capitalisme »

Dans un ouvrage paru à l’automne 2020 en anglais, l’historien de l’économie Aaron Benanav déconstruit l’idée que les technologies vont rendre le travail obsolète. Mais la réalité qu’il décrit, celle d’un capitalisme à bout de souffle, n’est pas plus réjouissante.

Quel avenir pour le travail ? Cette question occupe les esprits depuis désormais plusieurs années. Avec la montée d’un discours qui peu à peu devient hégémonique : le travail deviendrait une rareté en raison des avancées technologiques…

image.png

L’illusion d’optique de la technologie destructrice d’emplois

Pour l’auteur, l’idée que la désindustrialisation et le sous-emploi endémique s’expliquent par une accélération de l’automatisation et la technologie ne résiste pas aux faits. Car si tel était le cas, les pertes d’emplois s’accompagneraient d’une hausse des gains de productivité puisque l’automatisation permettrait de produire davantage avec moins de main-d’œuvre.

Or c’est bien l’inverse que l’on observe : depuis quatre décennies, la croissance de la productivité ralentit dans des proportions considérables, y compris dans le seul domaine industriel. « Les taux de croissance de la productivité se sont effondrés précisément lorsque, selon les théoristes de l’automatisation, ils étaient censés augmenter rapidement en raison de l’avancée technologique », résume Aaron Benanav…

La réponse d’Aaron Benanav reprend en grande partie la thèse défendue par l’historien marxiste de l’économie Robert Brenner en 2005 dans son livre, également publié chez Verso, The Economics of Great Turbulences. Cet ouvrage, qui n’a pas été traduit en français, examinait l’évolution économique sur le temps long et arrivait à la conclusion que, depuis la fin des années 1960, l’économie mondiale connaissait une crise classique de surproduction.

Ce phénomène devient évident lorsque l’on observe dans le détail les causes de la perte d’emplois dans l’industrie dans un pays comme la France, que l’auteur utilise comme exemple. L’emploi augmente lorsque la croissance de la productivité est inférieure à celle de la production en volume. Alors, malgré la mécanisation de la production, cette dernière a besoin de davantage de force de travail.

Cela a été le cas en France entre 1950 et 1973 où, en moyenne, la production industrielle a progressé de 5,9 % par an et la productivité de 5,2 %, conduisant à une hausse de 0,7 % de l’emploi industriel chaque année. Mais depuis 1973, la croissance de la production n’a été que de 0,9 % par an. Dès lors, et même si la productivité annuelle n’a été que de 2,7 %, plus de moitié moins que sur la période précédente, l’emploi, lui, s’est contracté de 1,7 % par an. Cela permet de comprendre que la désindustrialisation de l’emploi est non pas produit par l’automatisation, mais par le ralentissement de la croissance de la production, autrement dit par une surproduction chronique.

https://www.mediapart.fr/journal/economie/100821/les-robots-menacent-moins-le-travail-que-la-crise-du-capitalisme

***************************************************************************************************************

IRAN

« Nouvelle traduction( en anglais) d’un article sur les manifestations en cours en Iran. Après la grève de masse des travailleurs du pétrole, maintenant un soulèvement contre la pénurie d’eau…

image.png

Nous documentons ce texte écrit par des camarades d’Allemagne, qui ont des relations étroites avec la situation en Iran. La situation est volatile, les luttes ouvrières se confondent avec les protestations sur divers problèmes sociaux. Comme le montre le texte ci-dessous, il existe également un risque que les mouvements se retrouvent dans des impasses régionalistes, étant donné le développement inégal au sein de la région au sens large. »

Par : kollektiv de Brême le 9 aout 2021

*****************************************************************************************************************************

les oiseaux reprennent leurs envoles jusqu’au 25 aout

image.png

**************************************************************************************************************************

« Ecologie-du-feu-et-apocalypse »

« Article initialement paru dans l’hebdomadaire The Nation suivi d’un entretien donné pour la revue américaine Jacobin (paru en 2018), le géographe marxiste Mike Davis spécialiste de l’urbanisme et des rapports de classe et de race en Californie revient sur les épisodes d’incendie qui ont ravagé plusieurs villes californiennes ces dernières années. Il décrit ici comment l’évolution de l’immobilier et de l’habitat, des villes vers l’arrière-pays, influe sur l’écosystème de la région, constituant ce qu’il décrit comme une nouvelle « écologie du feu » avec des épisodes comparables à un hiver nucléaire.

image.png

Davis y décrit comment l’évolution de l’immobilier et de l’habitat, des villes vers l’arrière-pays, influe sur l’écosystème de la région, constituant ce qu’il décrit comme une nouvelle « écologie du feu » avec des épisodes comparables à un hiver nucléaire. »

https://agitations.net/2020/10/01/ecologie-du-feu-et-apocalypse-la-seconde-nature-de-la-californie/

Traduction approximative d’une déclaration d’anarchistes sur les incendies de forêt dans le nord d’Eubée (territoire grec).

« L’attitude du Capital et par extension de la Nouvelle Démocratie (Le parti au pouvoir dans l’Etat grec ), qui en est l’expression politique, est connue depuis de nombreuses années. Les incendies criminels dans les zones forestières du pays se sont succédé afin de créer le cadre juridique approprié pour l’exploitation de la zone à travers la construction, l’exploitation minière, les sources d’énergie renouvelables, etc. Koulis avait même laissé échapper que « La forêt finira par brûler… » même devant les caméras. L’incendie dans cette zone particulière est un soulagement pour les capitalistes qui prévoyaient déjà d’installer des éoliennes dans les montagnes d’où l’incendie est parti. La même chose s’est également produite dans d’autres parties de la Grèce. Cette immense catastrophe qui a littéralement écrasé les communautés locales résonne comme une bonne nouvelle pour une partie de la capitale et l’indifférence des dirigeants au feu était la meilleure attitude qu’ils auraient pu avoir en tant que leurs loyaux serviteurs politiques. Mais ensuite, la situation est devenue incontrôlable et maintenant la catastrophe est sans précédent. Tout ce qu’ils essaient de faire maintenant, c’est de garder la façade, de convaincre les gens qu’ils ont essayé et échoué, qu’ils paieront une compensation et tout ça, pour qu’ils puissent échapper à la vague de colère qui va venir.

Ainsi, Alexis et Koulis se rendent tous les deux dans les zones touchées pour rassurer les pauvres et leur donner des perles et des chapelets pour les aider à oublier leur douleur. De telles visites peuvent être extrêmement fructueuses pour les militants de toutes les couleurs, surtout maintenant que nous entrons en période électorale. De cette façon, les élections sont une fois de plus destinées à servir de soupape pour soulager la société en donnant aux personnes concernées la fausse impression qu’elles peuvent faire quelque chose pour exprimer leur indignation. Mais les élections ne sont rien de plus qu’un mécanisme permettant au système de se renouveler, simplement en changeant le masque de l’oppression. Quel que soit le prochain gouvernement, l’État capitaliste grec aura exactement les mêmes besoins de croissance continue et continuera à laisser nos montagnes être ravagées par le feu. »

https://enoughisenough14.org/2021/08/07/the-apocalyptic-disaster-in-north-evia-greece/

****************************************************************************************************************************

TUNISIE : « NOUS AUTRES N’AVONS PAS DE PEUPLE »

image.png

« Nous autres n’avons pas de peuple, et nous ne croyons pas plus en un peuple numérique ou factice, ni en l’idée de la majorité et du troupeau. Notre peuple est encore à venir. Ce sont les masses se transformant en une société et en individus libres et devenant à nouveau en mesure de mettre à bas, par elles-mêmes et pour elle-mêmes, l’ensemble des fondements du système, de la politique et du pouvoir fondé sur l’autoritarisme et le système de classes.

Pour cela il n’est d’autre choix que de rejoindre la rue, d’être partie prenante de ses franges les plus radicales, de s’organiser afin d’impulser des dynamiques, de se coordonner, de pousser des revendications ouvrant un horizon plus large et vers l’auto-organisation. »

https://lundi.am/Tunisie-Nous-autres-n-avons-pas-de-peuple

****************************************************************************************************************************

un nouveau blog en allemand

« communaut.org » 


image.png

« Le samedi 21 août., la communauté sociale révolutionnaire sera mise en ligne. Il est exploité par Kommunist:innen anti-autoritaire, qui veulent lutter ensemble pour une société mondiale de classe et apatride.

À l’avenir, nous publierons une analyse des luttes, des interventions dans les débats, mais aussi des contributions pour promouvoir la clarification des questions fondamentales de la théorie, de la pratique et de l’organisation communistes.

Le personnel de rédaction participe actuellement aux groupes Ice Age (Zurich), La Banda Vaga (Fribourg), Translib (Leipzig), Likos (Osnabr ück), Vogliamo Tutto (Berlin), amis de la société sans classe (Berlin), critiques Antifa et lutte de classe (Frankfurt) et les individus. »

« communaut.org » (disponible à partir du 21. Août)

***************************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 31 juillet 2021

image.png

**********************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

***********************************************************************************************************************

UK

Les conditions qui ont conduit aux émeutes de 2011 existent toujours aujourd’hui, avertissent les experts

« Les conditions qui ont conduit à des émeutes à travers l’ Angleterre il y a 10 ans existent toujours aujourd’hui, ont averti les experts, car l’analyse des données a montré des réductions importantes des services à la jeunesse dans les zones touchées et une augmentation des disparités raciales dans les contrôles et les fouilles….

image.png

Dix ans plus tard , les chiffres les plus récents montrent que si le nombre d’interpellations et de fouilles a globalement diminué, les Noirs sont toujours beaucoup plus susceptibles d’être ciblés par la police que les Blancs…

La disproportion raciale dans le système a augmenté depuis 2010-11, selon les données recueillies par Stopwatch, une organisation qui surveille les pouvoirs de la police….

Un article de 2015 a révélé que les émeutiers « étaient le plus susceptibles de venir de quartiers économiquement défavorisés », mais bon nombre des zones les plus touchées par les émeutes de 2011 restent parmi les plus défavorisées du pays, selon l’analyse du Guardian… »

https://www.theguardian.com/uk-news/2021/jul/30/conditions-2011-uk-riots-still-exist-today-experts-warn

A lire ou relire

« A RISING TIDE LIFTS ALL BOATS CRISIS ERA STRUGGLES IN BRITAIN”

MONDAY, 8 AUGUST 2011

« …En soi, de telles émeutes ne constitueront jamais un défi significatif pour un État capitaliste dont l’appareil répressif hypertrophié n’est que l’anneau extérieur de structures sociales profondes de consentement qui se solidifient d’autant plus que leurs abjects luttent contre elles, reproduisant même la fonction de la police au niveau de l’auto-organisation communautaire. Néanmoins, ils peuvent nous donner une bonne impression de ce à quoi ressemble la « fine ligne bleue » en crise. Et ne faisons pas la morale sur ces émeutes à la manière d’un vénérable gauchisme qui aurait pu les considérer comme un retour au passé – avant que les travailleurs ne mûrissent et ne commencent vraiment à s’organiser pour gagner ; car le mouvement ouvrier n’est plus d’actualitéil a disparu depuis longtemps en tant que mesure normative. Et en reconnaissant la tristesse, la catastrophe de cette vague, ne prétendons pas qu’il y avait une autre façon évidente dont cela aurait pu se passer, si seulement nous avions eu le bon X – car si X avait vraiment été dans les cartes, il aurait presque certainement été repris. Les vagues de lutte passées n’ont pas besoin de généraux en fauteuil roulant. Mais si nous pouvons gratter les conneries dans lesquelles ces choses sont enrobées, et les regarder honnêtement, nous pouvons au moins espérer comprendre où nous en sommes maintenant. Coincés dans des modes de lutte qui rebondissent sur nous. Un résidu d’appartenance positive à une classe uniquement aux dépens de quelqu’un d’autre. Et pour eux, la classe est marquée au fer rouge sur leur être même, comme de simples objets de dégoût. Classe déclarée par la loi, appliquée par les patrouilles de police. Ainsi la classe, au moins, est mise en jeu. »

https://endnotes.org.uk/issues/3/en/endnotes-a-rising-tide-lifts-all-boats?fbclid=IwAR3VtXTikDvLnYMTtcCsftZDHVJqtBwbdJCPX51eBfyX5ost0JaUyop2UYk

*********************************************************************************************************************

Les oiseaux prennent quelques jours de repos, retour le 15 août

image.png

***********************************************************************************************************

STATES

« 3,6 millions de locataires estiment qu’ils risquent de se faire expulser dans les deux mois »

image.png

« Des millions de familles américaines qui n’ont pas pu payer leur loyer depuis des mois à cause de la crise, risquent d’être expulsées de leur logement à partir de samedi, alors qu’expire le moratoire qui les protégeait. Les élus de la Chambre des représentants ont échoué vendredi à se mettre d’accord pour accorder un délai supplémentaire aux locataires en difficulté. Il y a pourtant urgence, d’autant plus que le variant Delta fait de nouveau flamber les cas de Covid-19.

Une commission parlementaire avait proposé d’aller jusqu’au 31 décembre, mais le soutien n’était pas suffisant, y compris dans les rangs démocrates….

Plus de 10 millions de personnes sont en retard sur le paiement de leur loyer, a calculé le CBPP, un institut de recherche indépendant. Et quelque 3,6 millions de locataires estiment qu’ils risquent de se faire expulser dans les deux mois, selon une étude du bureau des statistiques (Census) réalisée début juillet auprès de 51 millions de locataires. »

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/des-millions-d-americains-menaces-d-expulsion-en-pleine-flambee-du-variant-delta-20210731

 **********************************************************************************************************************

Cuba. «L’agitation sociale comme crime politique»

« Des dizaines, voire des centaines de jeunes Cubains ont été emprisonnés depuis le 11 juillet. Les responsables du système judiciaire de l’île ont expliqué qu’ils seront poursuivis pour trouble à l’ordre public. Etant donné que le débordement est compris non pas comme un débordement mais comme une tentative de coup d’Etat, une autre piste d’enquête cherchera à établir des liens entre ces jeunes et des groupes extérieurs à l’île, notamment à Miami, que le gouvernement rend responsable des manifestations.

image.png

La criminalisation de la protestation prend ainsi sa forme la plus complète. La manifestation est criminelle parce qu’elle s’inscrirait dans le cadre d’un acte d’agression étrangère contre le régime politique, et parce qu’elle ferait appel à des délits de droit commun contre l’ordre public. En Amérique latine, nous avons assisté à ce type de criminalisation, tant dans les gouvernements de gauche que de droite. Le système politique cubain, qui se légitime constamment sur la base d’un discours renvoyant à un état d’exception, ne dévie pas d’un millimètre du modus operandi régional lorsqu’il s’agit de judiciariser une protestation…

Comme en 2003, la justice serait rendue contre un groupe de Cubains que le gouvernement considère comme des pions de l’impérialisme. Les poursuivre comme complices de l’hostilité de Washington permettrait de focaliser le conflit au sein de Cuba non pas sur l’accumulation des griefs internes (contagion accrue du Covid-19, pénuries de médicaments et de nourriture, coupures d’électricité, répression et privation connues par les jeunes pauvres, parmi lesquels de nombreux Afro-Cubains) qui ont provoqué l’explosion, mais sur les sanctions des Etats-Unis.

Ces sanctions, qui devraient être levées en raison de leur injustice implicite, finissent par devenir l’excuse parfaite pour la répression sur l’île. A toutes les objections possibles contre l’embargo commercial des Etats-Unis, on pourrait ajouter qu’il fait partie de la structure juridique de l’état d’exception à Cuba. L’embargo est déjà une composante organique de la machine répressive de l’État cubain et un argument en faveur de la criminalisation de la protestation sur l’île. »

***********************************************************************************************************

Des manifestations à travers la Tunisie alors que le COVID-19 augmente et que l’économie souffre

« Des centaines de manifestants se sont rassemblés dimanche dans la capitale tunisienne et dans d’autres villes pour exiger la démission du gouvernement après un pic de cas de COVID-19 qui a aggravé les troubles économiques…

image.png

Des manifestants à Sousse ont tenté de prendre d’assaut le siège local du plus grand parti au parlement, l’islamiste modéré Ennahda. A Touzeur, des manifestants ont incendié le siège d’Ennahda*…

« Notre patience est à bout de souffle… il n’y a pas de solutions pour les chômeurs », a déclaré Nourredine Selmi, 28 ans, une manifestante au chômage. « Ils ne peuvent pas contrôler l’épidémie… Ils ne peuvent pas nous donner de vaccins. »

https://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/417670/World/Region/Protests-across-Tunisia-as-COVID-surges-and-econom.aspx

 *parti islamiste modéré, Ennahda, première organisation politique au Parlement.

D’après l’agence Reuters, des témoins ont affirmé que « des manifestants ont tenté de prendre d’assaut voire occupé les bureaux d’Ennahda à Monastir, Sfax, El Kef et Sousse, tandis qu’à Touzeur ils ont incendié le siège local du parti ».


image.png

« Les jeunes des quartiers populaires sont omniprésents au cours des récents développements de la situation politique en Tunisie. Pour justifier ses récentes mesures de chamboulement institutionnel, l’actuel président de la république se réfère explicitement à leurs revendications.

Héla Hedi écrivait en janvier dernier:

« Ces jeunes rappellent que la marginalisation n’est pas une fatalité, affirment collectivement leur force et, surtout, démontrent brillamment que la dignité ne peut être offerte par un simple jeu électoral – elle ne peut être que conquise – et offrent ainsi encore une fois une nouvelle opportunité d’une réanimation vitale du corps politique ». »

https://theconversation.com/la-revolution-au-quotidien-en-tunisie-ou-la-puissance-des-fragiles-153917

A lire ou relire

Ménage à trois: Episode 7 – Tunisie 2011 : entre révolte fiscale et droit au développement

« il est clair que ce type d’explosion est destiné à se reproduire, et que le gouvernement aura de moins en moins de marges de manœuvre pour y répondre de façon autre que répressive. Le problème n’est donc pas de savoir si « ça va péter » ou non en Tunisie : c’est sûr, et de toute façon on peut dire que depuis 2011 ça ne s’est jamais vraiment arrêté. Le problème est plutôt de savoir quand et à quelles conditions une crise sociale en Tunisie pourrait échapper à l’isolement national et donc à une répression sanglante, voire à un retournement en guerre civile barbare. En tout cas, c’est probablement à la sortie d’un tel isolement national que l’on verrait disparaître les velléités du droit au développement. »

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/menage-a-trois-episode-7-tunisie-2011-entre-revolte-fiscale-et-droit-au-developpement?fbclid=IwAR1jm4Af1sgQiCveCtY-hElPKgJCEfDWt5WUflGVohC0rPgBKkxVw5pFcnc

*************************************************************************************************************

un incendie qui génère son propre climat

Les feux ont déjà ravagé 3 fois plus de végétation cette année qu’ils ne l’avaient à cette époque en 2020, pourtant la pire année de l’histoire de Californie en termes d’incendies.

https://www.anti-k.org/2021/07/26/les-pompiers-de-californie-face-a-un-incendie-qui-genere-son-propre-climat/

**************************************************************************************************************

La production automobile britannique s’effondre

« Le nombre de voitures sortant des chaînes de production britanniques le mois dernier est tombé à son plus bas niveau en juin en près de 70 ans, les constructeurs automobiles étant frappés par une pénurie de personnel et de semi-conducteurs. »

image.png

https://www.theguardian.com/business/2021/jul/29/uk-car-production-slumps-to-lowest-june-level-in-almost-70-years

***********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 24 juillet 2021

image.png

**************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

**************************************************************************************************************

« Le stalinisme de la canne à sucre »

image.png

« Capitalisme d’État et développement à Cuba »

Le dimanche 11 de ce mois, une vague de protestations a débuté dans différentes villes cubaines. L’appauvrissement général, le manque de vaccins, les pannes d’électricité constantes, la situation sanitaire et la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus sont quelques-uns des facteurs les plus visibles à l’origine de ces journées de manifestations. Les secteurs de droite, surtout en dehors de l’île des Caraïbes, se précipitent pour tenter d’hégémoniser le mécontentement. Une grande partie de la gauche, pour sa part, soit condamne les masses qui sont descendues dans la rue, achetant en fait la version de droite, soit aussi, plus ou moins timidement, appelle à « plus de démocratie » et à une plus grande libéralisation de l’économie. Mais ce qui se passe à Cuba n’est pas étranger à la scène mondiale. Les révoltes sociales surgissent partout, car ce sont les conditions de vie imposées par la société capitaliste qui sont contestées par ces mouvements. Et, bien sûr, Cuba est aussi capitaliste que n’importe quelle région du monde.

Le texte suivant, publié à l’origine en anglais sur le site « Ritual » (qui n’est plus disponible), puis repris dans d’autres médias (voir : https://mcmxix.org/2018/07/09/sugarcane-stalinism/)   traite de la nature capitaliste du régime imposé à Cuba et démonte la mythologie gauchiste qui veut voir dans son histoire le développement d’une forme de socialisme. 

Son auteur, Emanuel Santos, cubain né à La Havane,  a partagé cette version au castillan que nous avons légèrement modifiée dans quelques petits détails. La trajectoire politique d’Emanuel va d’un premier rapprochement à l’anarchisme, pour montrer ensuite un intérêt croissant pour l’œuvre de Marx, motivé précisément par le débat au sein des initiatives sociales et des groupes anarchistes. Par la suite, il s’est approché des positions et groupes de la gauche communiste d’orientation ′′ bordiguiste ′′ et ′′ conseilliste « 

« Allons vers la vie »

« L’économie capitaliste, qu’elle soit privée ou étatique, exige une croissance économique sans fin, qui ne peut toutefois être obtenue que par une augmentation du taux d’exploitation ou une réduction de la consommation de la classe ouvrière. La bourgeoisie d’État cubaine a expérimenté les deux stratégies, avec des résultats désastreux pour les travailleurs, qui ont vu leur niveau de vie absolument décimé au cours des six dernières décennies. Dissidents de droite et activistes de gauche, sur l’île et à l’étranger, ont proposé leurs solutions, certaines plus dignes de discussion que d’autres, mais toutes souffrant du même défaut : elles ne remettent nullement en cause les fondements de la société capitaliste. Le consensus général à droite est que l’appareil de commandement devrait être démantelé en faveur d’un système de libre-échange et que les biens de l’État devraient être vendus aux enchères à des entreprises privées ou à des particuliers. En revanche, les avis sont beaucoup moins partagés sur la rapidité avec laquelle il convient de procéder à la dénationalisation (les expériences de la Russie et des pays de l’ancien bloc soviétique sont censées avoir servi d’avertissement contre les dangers d’une « privatisation irréfléchie ») et sur les programmes sociaux qui seront épargnés par la guillotine. Les propositions émanant de la gauche vont de l' »autogestion » à la yougoslave, dans laquelle les entreprises gérées par les travailleurs sont en concurrence dans une économie de marché, au capitalisme d’État « démocratisé ». En effet, l’une des critiques les plus fréquentes de la gauche à l’égard du castro-stalinisme est qu’il exclut injustement toutes les personnes, sauf une poignée, du processus décisionnel. En d’autres termes, il est autoritaire et antidémocratique. Cependant, cette critique confond les symptômes avec la maladie. Le caractère rigide et hiérarchique de l’économie cubaine est un effet secondaire de la propriété étatisée. Sa transformation en propriété privée individuelle ou sa décentralisation par des moyens légalistes ne modifierait en rien son contenu. La seule chose qui changerait dans ce cas serait la forme institutionnelle spécifique du capitalisme. En réalité, toutes les solutions proposées ne sont guère plus que des modifications superficielles du système actuel, tandis que ses piliers essentiels – le travail salarié et l’accumulation du capital – restent fermement en place. Il est révélateur que tous les facteurs cités pour justifier de tels changements – par exemple, l’amélioration de la qualité du retour d’information, l’élimination des gaspillages, l’augmentation de la productivité, la rationalisation des entreprises, etc. En fin de compte, le dualisme gauche-droite ne représente rien de plus que différentes alternatives pour gérer le capitalisme ».

image.png

« Nous avions tellement faim que nous avons mangé notre peur »

« Maintenant, ce sont eux qui ont peur de nous »

« Le texte ci-dessous, que l’on doit à Yoani Sánchez, opposante de longue date au régime dictatorial cubain, a été publié sur le site d’opposition en langue espagnole « 14yMedio ». Il me semble parfaitement refléter la situation actuelle et l’espoir d’un changement né ce dimanche 11 juillet à Cuba. »

https://florealanar.wordpress.com/2021/07/17/maintenant-ce-sont-eux-qui-ont-peur-de-nous/

« La rébellion du 11/07/2021, la dévaluation monétaire a été l’étincelle. »

« Parce qu’il n’est pas possible d’augmenter cinq fois les prix de la nourriture, de l’électricité, des transports et tout le reste, même si les salaires sont augmentés cinq fois, si t’as un pays où seulement 3 millions de personnes gagnent un salaire, et 500 000 sont des « cuentapropistas » (sorte d’auto-entrepreneurs, notamment dans le petit commerce ou les services) et peuvent répercuter l’augmentation du coût de la vie sur leurs prix, mais il y a 3,5 millions de travailleurs informels ou au chômage qui ne pourront rien faire contre les augmentations de prix, et penser que le pays ne va pas exploser dans 6 mois ? »

https://blogs.mediapart.fr/patricio-paris/blog/220721/cuba-la-rebellion-du-11072021-la-devaluation-monetaire-ete-l-etincelle

***********************************************************************************************************

À Ghardaïa, en Algérie, des chômeurs incendient des bâtiments administratifs

« De nombreux étudiants et jeunes dans la misère participent à ces manifestations que les forces de l’ordre dispersent à coups de matraques ou de gaz lacrymogènes dans un pays où le coût de certaines denrées a plus que doublé ces derniers mois alors que le chômage explose

Ces dernières années, les habitants des régions dites pétrolières, majoritairement situées dans le centre et le sud de l’Algérie, ont régulièrement manifesté pour contester l’absence de développement, le manque cruel d’emplois et la concurrence de travailleurs venus du nord du pays, voire de l’étranger. Plus de la moitié de la population algérienne a moins de 30 ans (54 %), et un quart d’entre eux est au chômage selon les chiffres officiels. »

https://www.barlamane.com/fr/a-ghardaia-en-algerie-des-chomeurs-incendient-des-batiments-administratifs/

« La contestation sociale arrive à Tindouf. Hier incendies, émeutes ravageaient la ville, dans le sillage des manifestations quotidiennes qui ont commencé deux semaines seulement après la nomination d’un nouveau gouvernement »

https://www.barlamane.com/fr/algerie-la-contestation-sociale-fait-de-tindouf-un-brasier-a-ciel-ouvert/

*****************************************************************************************************************

Des graffitis disent : « Ne teintez pas l’eau de sang »

« Don’t tint water with blood » « Khuzestan is thirsty for freedom»

image.png

« Nous sommes assoiffés ! » : face à la crise de l’eau en Iran, la police tire à balles réelles

« Depuis le 16 juillet, de nombreuses villes de la province iranienne du Khouzestan, dans le sud-ouest du pays, sont le théâtre de multiples grèves, sit-in et manifestations qui ont déjà fait au moins deux morts. La raison du ras-le-bol : le manque d’eau pour la consommation quotidienne, mais aussi pour l’agriculture et l’élevage. Selon notre Observateur, un expert de l’eau en Iran, ces pénuries risquent de s’intensifier dans les années à venir…

Depuis le mois de mai et le début des fortes chaleurs, les rassemblements contre les pénuries d’eau se multiplient en Iran. Dans plusieurs régions, dont le Khouzestan, des sit-in, grèves et manifestations sont ainsi organisés par des citoyens n’ayant plus de source dans leur ville ou village, ou par des agriculteurs qui manquent d’eau pour irriguer leurs exploitations. Mais c’est seulement mi-juillet que ces manifestations ont pris de l’ampleur. »

https://observers.france24.com/fr/moyen-orient/20210720-iran-crise-eau-manifestations-khouzestan

« Soulèvement d’Al-ahwaz : Les habitants de Susangard ont incendié le char que le régime avait amené pour les réprimer. »

« Les tuyaux sont soudés avec notre sueur »

« Des dizaines de milliers d’ouvriers sont en grève dans les centres pétrochimiques. Ils réclament de meilleurs salaires et des conditions de travail décentes. Leur mobilisation entre dans son deuxième mois de lutte.

Un premier coup de semonce avait été donné en août de l’année dernière. Une vague d’actions de grève menées pendant un mois par plus de 10 000 salariés des champs pétroliers et gaziers de South Pars (mégagisement de gaz que l’Iran partage avec le Qatar, où il est nommé North Field) avait forcé les ­sociétés sous-traitantes des grandes compagnies pétrolières à lâcher du lest. Ces actions s’étaient propagées aux complexes industriels de Mechhed, Tabriz, Ourmia, Ispahan et d’autres villes d’Iran, touchant des usines pétrochimiques autant que des raffineries et des centrales électriques. Une expérience de lutte victorieuse – une partie des revendications, notamment salariales, avaient été exaucées dans certains endroits – qui est repartie de plus belle en juin dernier. Selon nos informations, les ouvriers de 114 sociétés différentes sont en grève un peu partout dans le pays, malgré les tentatives des autorités et des compagnies ­pétrolières pour briser le mouvement.

Sous-traitance et contrats à court terme

Les syndicats indépendants étant interdits en Iran, c’est un « conseil d’organisation des grèves des travailleurs du secteur ­pétrolier » qui établit le lien entre les différents secteurs géographiques, publiant, via l’application Telegram, des communiqués réguliers pour alerter et informer des avancées du mouvement.

Tout est parti de ces milliers de personnes employées par des entreprises de sous-traitance qui fournissent de la main-d’œuvre pour des projets de développement dans les champs pétroliers et gaziers. Ce qui permet aux compagnies de faire de grasses économies. Les sous-traitants ne proposent que des contrats à court terme et renouvelables, les installant dans le rôle de tampon entre les compagnies et les travailleurs, mais surtout, ils fixent les salaires et définissent les conditions de travail. Celles-ci sont consternantes. Les centres d’exploitation étant loin des centres urbains, les salariés sont éloignés de leurs familles et sont logés sur les sites, dans des dortoirs communs très peu confortables et d’où l’hygiène est souvent absente. »

https://www.humanite.fr/iran-les-tuyaux-sont-soudes-avec-notre-sueur-715211

lire les déclarations du « Conseil d’organisation des mobilisations de protestation des travailleurs contractuels du pétrole » 

 http://alencontre.org/moyenorient/iran/iran-la-mobilisation-et-la-greve-des-travailleurs-du-petrole-a-un-tournant.html

***********************************************************************************************************************

L’oracle a parlé !!!

« Le krach approche »

« Pour l’investisseurs britannique, Jeremy Grantham, la situation est pire que celles de 1929 et de 2000….

image.png

Jeremy Grantham affirme qu’un krach est proche même s’il ne s’avance pas sur une date et sur la raison de ce krach. « Cela pourrait être lié au virus, à l’inflation ou encore à quelque chose auquel on n’a pas pensé », explique-t-il »

https://www.lalibre.be/economie/conjoncture/2021/07/22/un-celebre-investisseur-met-en-garde-contre-une-bulle-economique-le-krach-approche-MXIHLVVGJVHBLGNFWXTJTGZUSU/

********************************************************************************************************************

STATES

« Le discours sur le travail des immigrés, le travail pénitentiaire, tout tourne autour de l’exploitation, rien d’autre »

« Les entreprises prétendent qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre. Leur solution ? Les prisonniers

Cela n’a pas empêché les employeurs et les groupes d’entreprises d’utiliser les pénuries de main-d’œuvre perçues comme prétexte pour rechercher des sources de main-d’œuvre bon marché ; les employeurs embauchent des adolescents pour pourvoir des postes vacants, automatisent certains postes pour éviter d’augmenter les salaires, font pression sur le Congrès pour doubler le plafond des visas d’immigration de travail et étendent le recours au travail pénitentiaire. »

https://www.theguardian.com/us-news/2021/jul/20/companies-claim-theres-a-labor-shortage-their-solution-prisoners

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis atteignent leur plus haut niveau en deux mois

Au moins 12,6 millions de personnes recevaient des prestations dans le cadre de tous les programmes début juillet, en baisse de 1,263 million par rapport à la fin juin. La dernière résurgence des infections à coronavirus pourrait aiguiser les critiques des États qui ont mis fin aux prestations fédérales.

 « Les entreprises des zones durement touchées pourraient être contraintes de réduire leurs opérations et de supprimer des postes si de nouvelles restrictions sont nécessaires », a déclaré Andrew Stettner, chercheur principal à la Century Foundation. « Qu’arrivera-t-il aux près de quatre millions de travailleurs dont les allocations de chômage ont été interrompues prématurément ? »

https://www.reuters.com/business/us-weekly-jobless-claims-unexpectedly-increase-2021-07-22/

********************************************************************************************************************

UK

« étagères vides attribuées à une pénurie de travailleurs »

image.png

https://www.theguardian.com/business/live/2021/jul/23/uk-retail-sales-rise-in-july-helped-by-euro-2020-food-and-drink-spending-business-live

Le nombre d’ouvriers d’usine britanniques augmente au rythme le plus rapide depuis près de 50 ans

« Le groupe de pression des entreprises a déclaré que les emplois, les investissements, la production, les coûts et les prix augmentaient tous rapidement au cours de la plus forte période de croissance depuis le début jusqu’au milieu des années 1970…

L’enquête sur les tendances industrielles de la CBI a signalé que les nouvelles commandes augmentaient à leur rythme le plus rapide depuis 1974, l’emploi augmentait à son rythme le plus rapide depuis 1973 et des pressions sur les coûts sans précédent depuis 1980. »

https://www.theguardian.com/business/2021/jul/22/number-uk-factory-workers-rising-fastest-50-years-cbi

*************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 17 juillet 2021

image.png

**************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

************************************************************************************************************

« Je suis ici à cause de la faim, parce qu’il n’y a pas de médicaments, à cause des coupures de courant – parce qu’il y a un manque de tout »

« Des milliers de personnes défilent à Cuba lors de rares manifestations de masse en pleine crise économique

Les plus grandes manifestations de masse depuis trois décennies se sont propagées à Cuba , alors que des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes de toute l’île, manifestant contre les pénuries alimentaires, les prix élevés et le régime communiste…

image.png

Des voitures de police ont été renversées dans la rue à La Havane, à Cuba, dimanche lors de manifestations contre le président Miguel Diaz-Canel. Photographie : Yamil Lage/AFP/Getty Images

 « Nous sommes ici parce que nous avons faim et que nous sommes pauvres. Nous n’avons pas de nourriture. Nous n’avons rien. »…

Les manifestations étaient concentrées dans les municipalités les plus pauvres de La Havane. Le grief sous-jacent des personnes interrogées était la pénurie et les privations de longue date… »

https://www.theguardian.com/global-development/2021/jul/12/thousands-march-in-cuba-in-rare-mass-protests-amid-economic-crisis

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/11/cuba-manifestations-antigouvernementales-alors-que-les-cas-de-covid-19-se-multiplient_6087934_3210.html

« Au moins 140 Cubains auraient été détenus ou disparus après des manifestations historiques

Carolina Barrero, une militante basée à La Havane, a déclaré que la vague d’arrestations visait à « effacer » les manifestations de dimanche et à garantir qu’il n’y ait pas de répétition. « [Ceci] est une dictature – c’est ce qu’ils font » »

https://www.theguardian.com/world/2021/jul/13/cuba-protests-activists-journalists-protesters-detained

**************************************************************************************************************

AFRIQUE DU SUD

« Que se passe-t-il en Afrique du Sud ? »

Nous reproduisons une déclaration du groupe Abahlali baseMojondolo datée du 13 juillet 2021. Abahlali est une organisation populaire qui représente les habitants des cabanes, les squatters et les pauvres dans et autour du port de la côte est d’eThekwini (Durban) dans la province du Kwazulu-Natal.

« Mais les pauvres resteront pauvres après les émeutes. En fait, nos vies seront probablement bien pires. Si vous demandez aux gens ce qu’ils mangeront une fois les émeutes terminées, ils vous répondront qu’ils ont faim maintenant. Ils diront que la faim est plus mortelle que le Covid. Si vous leur posez des questions sur les personnes qui perdront leur emploi, ils répondront qu’en est-il de nos enfants qui ont obtenu leur diplôme mais n’ont pas d’emploi ? Les gens ne regardent que le présent et non l’avenir. C’est parce qu’ils ne sentent pas qu’ils ont un avenir. »

« Bien que certaines des manifestations semblent avoir été déclenchées par la détention de 15 mois de Zuma pour outrage au tribunal , elles sont liées à des difficultés économiques et à des restrictions renforcées provoquées par une troisième vague de la pandémie de Covid-19…. »

image.png

« Les incendies criminels et les pillages se poursuivent pour le quatrième jour après l’emprisonnement de Zuma

Des bâtiments ont été incendiés et des propriétés pillées en Afrique du Sud alors que les troubles déclenchés par l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma la semaine dernière se sont poursuivis pour un quatrième jour.

 Le KwaZulu-Natal a été durement touché par les manifestations ce week-end et lundi, des flammes ont pu être vues du toit d’un centre commercial de la capitale provinciale, Pietermaritzburg, alors que des hordes de personnes se précipitaient pour piller.

A Eshowe, une ville proche du domicile de Zuma à Nkandla, la police a ouvert le feu pour disperser la foule après le saccage d’un supermarché lundi matin… »

https://www.theguardian.com/world/2021/jul/12/arson-looting-fourth-day-jacob-zuma-jailing-south-africa

« Ces troubles suscités par le sort de M. Zuma, intègrent le désespoir économique ressenti par une large frange de la population privée d’emploi alors que le pays subit de nouvelles restrictions liées à une troisième vague du Covid-19….

A Johannesburg, où des démunis mendient à chaque carrefour en cet hiver austral confiné, des rassemblements, interdits, ont dégénéré en violences et pillages, donnant lieu à 25 arrestations. A Jeppe, la police dit avoir dispersé une foule de 300 personnes qui avaient érigé des barricades sur un axe routier majeur, avant de piller des commerces.»

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/07/11/agitation-en-afrique-du-sud-apres-l-incarceration-de-l-ancien-president-jacob-zuma_6087932_3212.html

« ces émeutes relèvent désormais davantage de la délinquance et du désespoir économique… »

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/quatrieme-jour-de-violences-en-afrique-du-sud-les-pillages-s-etendent-20210712

VIDÉO « En Afrique du Sud, 212 morts lors d’une vague de pillages sans précédent »

https://www.lemonde.fr/afrique/video/2021/07/13/en-afrique-du-sud-45-morts-lors-d-une-vague-de-pillages-sans-precedent_6088175_3212.html

« Il y a comme une vague, et la foule aux milliers de jambes qui courent, aux milliers de bras dressés ou tenant des pierres, reflue dans un vacarme de cris. Le résultat des coups de feu, balles en caoutchouc ou balles tout court, qui ont éloigné, l’espace d’une course jusqu’au coin de la rue, la masse humaine de pillards devant le centre commercial de Phumula. Lundi matin 12 juillet, la police tient l’enceinte aux grilles déjà enfoncées depuis quelques heures, avec une poignée de gardes de compagnies privées, attendant l’assaut final, celui que mènent hommes, femmes et un certain nombre d’enfants pour investir le « mall » (centre commercial) de Phumula, à l’est de Johannesburg, la plus grande ville d’un pays, l’Afrique du Sud, où les pillages se répandent comme un incendie. »

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/07/13/une-vague-de-pillages-fait-craindre-pour-la-stabilite-de-l-afrique-du-sud_6088097_3212.html

Des groupes de vigilance se forment en Afrique du Sud pour lutter contre le pillage et la violence

À Port Edward, une petite ville de l’ouest du KwaZulu-Natal, les habitants ont érigé des barricades pour protéger les maisons. Munis d’armes à feu, de bâtons, de gaz poivré et de couteaux, ils ont interrogé de près toute personne cherchant à entrer ou à sortir de leur quartier, avertissant que ceux qui le feraient ne seraient pas autorisés à rentrer.

« Nous voulions aller faire les courses mais ils nous ont dit de rentrer chez nous et d’y rester. Ils n’étaient pas ouvertement hostiles, mais cela ressemblait à du profilage racial. »

https://www.theguardian.com/world/2021/jul/14/vigilante-groups-form-south-africa-tackle-looting-violence

***********************************************************************************************************************

BANGLADESH

« empêcher les travailleurs de s’échapper »

9 juillet 2021

« DHAKA, Bangladesh – Au moins 51 personnes sont mortes dans un incendie jeudi soir dans un bâtiment industriel à l’extérieur de la capitale bangladaise, Dhaka, la dernière catastrophe dans un pays avec une longue histoire de conditions de travail dangereuses dans ses usines…

On ne sait pas quelles étaient les conditions à l’intérieur du bâtiment, mais certaines des plus grandes catastrophes passées du Bangladesh ont eu lieu dans des usines où les portes étaient enchaînées pour empêcher les travailleurs de s’échapper. »

**************************************************************************************************************

LIBAN

Le gouvernement augmente une fois de plus le prix du pain de base au Liban

image.png

« Pour la septième fois en un an, le ministère libanais de l’Économie a annoncé samedi de nouveaux prix pour le pain, supprimant lentement les subventions alors que le pays s’enfonce de plus en plus dans une grave crise économique et politique.

Il s’agit de la deuxième hausse des prix ce mois-ci. Le ministère a augmenté le prix d’un sac de pain plat, un aliment de base au Liban, de 6%, le faisant désormais vendre à 4 000 livres libanaises (ou 2,7 $ au taux officiel). La décision comprenait également une nouvelle réduction de la taille du sac de pain, cette fois de 5%. »

https://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/416908/World/Region/Government-raises-price-of-staple-bread-once-more-.aspx

« Il nous a tués une autre fois »

« La police anti-émeute libanaise a tiré des gaz lacrymogènes et s’est battue avec des manifestants et des proches de ceux qui sont morts dans l’explosion du port de Beyrouth l’année dernière au milieu de la colère croissante face à ce qu’ils appellent l’obstruction d’une enquête sur l’une des plus grandes explosions non nucléaires de l’histoire.

Les troubles ont eu lieu mardi après que des centaines de manifestants se soient rassemblés devant le domicile du ministre de l’Intérieur par intérim du Liban, Mohamed Fehmi, à quelques semaines du premier anniversaire de l’ explosion de Beyrouth …

« Il nous a tués une autre fois », a déclaré Tracy Naggear, dont la fille de trois ans était l’une des plus jeunes victimes de l’explosion. Elle faisait référence à la décision de Fehmi de rejeter une demande du juge chargé de l’enquête sur l’explosion d’interroger l’un des plus hauts généraux du Liban, le chef de la sécurité générale, le général de division Abbas Ibrahim. »

https://www.theguardian.com/world/2021/jul/14/beirut-lebanon-police-fire-teargas-at-protest-by-relatives-of-blast-victims

*************************************************************************************************************

« Parler aux murs »

image.png

« La théorie s’attaque aux complexités de la réalité concrète, en mettant à l’épreuve ses concepts pour qu’ils aient un certain pouvoir explicatif ; l’idéologie affirme l’immuabilité des concepts en simplifiant la réalité pour la faire entrer dans ces derniers. .. »

http://dndf.org/?p=19634

************************************************************************************************************

BELGIQUE

Grève sauvage chez Volvo à Gand

« …des centaines d’employés de Volvo Cars à Gand ont spontanément cessé le travail ( le jeudi 9 juillet). La grève a eu lieu après l’adaptation du calendrier de travail des employés : le nombre d’heures de travail hebdomadaire à effectuer passera de 37,5 à 40 à partir du début de l’année prochaine.

Il a été convenu avec les syndicats que les employés de Volvo Cars Gand, qui travaillent en trois équipes, effectueront davantage d’heures par semaine à partir de 2022. »

https://gocar.be/fr/actu-auto/actualite/greve-chez-volvo-a-gand

«C’est dans l’air depuis un moment. Depuis des semaines, il y a des ragots sur l’introduction de la semaine de 40 heures chez Volvo…. »

« La grève de Gand s’est développée comme une action sauvage de rébellion contre un accord conclu entre la direction de l’entreprise et le syndicat. L’accord signifiait que 6.000 des 6.500 travailleurs seraient contraints de travailler 2,5 heures de plus par semaine, passant de 37,5 à 40 heures. La grève a débuté après que la société eut envoyé cette semaine un avis aux employés les informant du changement. »

https://www.wsws.org/fr/articles/2021/07/12/gand-j12.html

*************************************************************************************************************

UK

 Les jours d’après…

« Plus d’un million d’enfants issus de familles de travailleurs clés vivant dans la pauvreté

Plus d’un million d’enfants issus de foyers en première ligne de la lutte contre la pandémie de coronavirus vivent dans la pauvreté, selon une nouvelle étude publiée par le TUC .

L’étude a révélé qu’un enfant sur cinq de travailleurs clés en Angleterre, en Écosse et au Pays de Galles vivait en dessous du seuil de revenu officiel – passant à près d’un sur trois dans la région la plus touchée, le nord-est. »

https://www.theguardian.com/inequality/2021/jul/14/more-than-1m-children-from-key-worker-families-living-in-poverty-says-tuc

Semaine de quatre jours ? Pas si cela signifie une baisse de salaire, disent les travailleurs britanniques

« Un essai de la semaine de travail réduite en Islande a été considéré comme un « succès écrasant » par les chercheurs, les participants faisant état d’un bien-être accru, tandis que la productivité sur les lieux de travail inclus dans l’essai est restée la même, voire s’est améliorée…

L’amélioration de la productivité pourrait jouer un rôle, bien que le SMF ait constaté que le travailleur moyen devrait augmenter sa productivité de 16 % pour éviter une baisse de la production.

Le SMF a conclu que la semaine de quatre jours ne serait viable que grâce à une combinaison de facteurs, notamment des entreprises prêtes à accepter des bénéfices inférieurs, des consommateurs acceptant des prix plus élevés et des contribuables la subventionnant d’une manière ou d’une autre. »

https://www.theguardian.com/business/2021/jul/12/four-day-week-not-if-it-means-a-pay-cut-say-british-workers

***********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 10 juillet 2021

image.png

*****************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

*****************************************************************************************************************************

FRANCE

image.png

« Il y aura une réforme des retraites. La question n’est pas si, mais quand », a résumé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, le 1er juillet, dans Les Echos« à savoir à l’automne ou l’année prochaine », après l’élection présidentielle de 2022.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/07/05/retraites-l-opportunite-de-relancer-une-reforme-avant-la-presidentielle-divise-la-majorite_6087006_823448.html

***********************************************************************************************************************

« Et la situation pourrait vite s’enflammer.» Au propre comme au figuré !

image.png

« l’OCDE craint l’apparition de mouvements sociaux dans les pays émergents »

« Depuis 2008, le nombre de mouvements sociaux dans le monde a été multiplié par deux. La confiance dans les institutions et entre personnes, la foi dans la démocratie ont reculé. L’abstention aux élections, elle, a tendance à augmenter…

Certes, pendant la crise, les populations ont pu bénéficier d’un certain niveau de protection sociale. Mais cela ne peut durer éternellement. « Les Etats se sont endettés et ils savent qu’il va falloir gérer cet endettement. Ils pourraient chercher à augmenter les recettes fiscales et cela pourrait contribuer à des tensions sociales »…

«  La pandémie a aussi renforcé la croyance que le progrès s’est arrêté », explique Alexander Pick, chef de l’unité « nouvelles politiques de développement » de l’OCDE. Bref, c’est un véritable affaiblissement de la société civile qui a lieu dans de nombreux pays. Et la situation pourrait vite s’enflammer. »

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/covid-locde-craint-lapparition-de-mouvements-sociaux-dans-les-pays-emergents-1330082

***********************************************************************************************************************

UK

« La reprise de l’emploi au Royaume-Uni pourrait bégayer jusqu’à fin 2023, selon l’OCDE

L’analyse suggère que la récente hausse de l’emploi s’inversera au cours des six prochains mois »

« Tout cela suggère que la crise du Covid-19 risque d’amplifier la tendance de longue date à l’augmentation des inégalités économiques dans de nombreux pays de l’OCDE. Au cours des décennies avant 2020, les revenus réels des ménages ont divergé, ayant augmenté, en moyenne, de 63 % pour les 10 % des ménages les plus riches, et seulement de 20 % pour les 10 % les plus pauvres, depuis 1985. »

https://www.theguardian.com/business/2021/jul/07/uk-jobs-recovery-could-stutter-until-end-of-2023-says-oecd

Les employeurs britanniques sont aux prises avec la pire pénurie de main-d’œuvre depuis 1997

« Tirant la sonnette d’alarme sur les risques pour la reprise économique dus à de graves pénuries de main-d’œuvre, la Confédération pour le recrutement et l’emploi (REC) et le cabinet comptable KPMG ont déclaré que le nombre de travailleurs disponibles avait chuté en juin au rythme le plus rapide depuis 1997….

On estime que 1,3 million de travailleurs non britanniques ont quitté le pays pendant la pandémie. »

https://www.theguardian.com/business/2021/jul/08/uk-employers-struggle-with-worst-labour-shortage-since-1997

« Les commentateurs ont décidé que le marché du travail est en plein essor, signalant que les entreprises ont du mal à embaucher des personnes. Certains ont prédit l’aube d’une nouvelle ère de pouvoir des travailleurs qui fera grimper les salaires, tandis que d’autres craignent que les pénuries de main-d’œuvre freineront notre reprise…

Mais creusez sous ces nouvelles et il est clair que le marché du travail est très loin d’être tendu. Le nombre total d’heures travaillées est toujours en baisse de 5% par rapport aux niveaux normaux – une statistique que nous verrions normalement dans une récession, pas un boom. Le « vide d’emploi Covid » – du personnel en congé, auquel s’ajoute la baisse du nombre d’employés et d’indépendants pendant la pandémie – s’élève à environ 2 millions de personnes . Et 10 % de ceux qui étaient indépendants avant la crise ne travaillent pas aujourd’hui.

En ce qui concerne les salaires, les augmentations salariales globales sont très trompeuses. Alors que la croissance moyenne des salaires est forte, ce qui compte, ce sont les augmentations de salaire, et les données surestiment énormément à quel point cela se produit. C’est parce que les travailleurs faiblement rémunérés ont été beaucoup plus susceptibles d’arrêter de travailler pendant la crise que les travailleurs mieux rémunérés, ce qui fait augmenter le salaire moyen sans que personne ne gagne réellement plus. »

https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jun/30/employers-jobs-uk-labour-market-pandemic

************************************************************************************************************************

Les inscriptions au chômage aux États-Unis augmentent de manière inattendue

« Le nombre d’Américains déposant de nouvelles demandes d’allocations de chômage a augmenté de manière inattendue, ce qui pourrait alimenter les inquiétudes quant à l’ essoufflement du rebond de la croissance.

Il y a eu 373 000 demandes initiales d’aide au chômage la semaine dernière, plus que prévu (mais toujours proche d’un creux pandémique) et une augmentation de 2 000.

Le total de la semaine précédente a également été révisé à la hausse, passant de 364 000 à 371 000.

Les économistes s’attendaient à ce que les inscriptions au chômage tombent à environ 350 000 (ces chiffres sont corrigés des variations saisonnières), alors que la reprise du marché du travail se poursuivait et que le déploiement du vaccin aidait les entreprises à rouvrir. »

https://www.theguardian.com/business/live/2021/jul/08/china-tech-crackdown-growth-worries-markets-ecb-strategy-inflation-us-jobs-ftse-sterling-business-live

**************************************************************************************************************

FRANCE

« être «raisonnable». «On peut imaginer des choses», comme un congé sans solde »

« le changement dans la relation des syndicats avec les salariés au « bas de l’échelle »…dans l’article ci-dessous !!!

« Le gouvernement envisage une vaccination obligatoire »

Le gouvernement envisage la vaccination obligatoire au-delà des seuls soignants, pour «le champ du soin au sens large», a-t-on appris vendredi auprès de responsables syndicaux, à l’issue d’une réunion entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux….

Cyril Chabanier (CFTC) ne voit pas pour sa part «comment on fait l’obligation sans les sanctions»… tout en appelant à être «raisonnable». «On peut imaginer des choses», comme un congé sans solde, mais «de là à aller au licenciement de la personne, je ne pense pas que ça le mérite»

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-gouvernement-envisage-une-vaccination-obligatoire-au-dela-des-seuls-soignants-20210709

Les élections professionnelles, autre visage de la société abstentionniste

« Lors de ces élections professionnelles, l’abstention se manifestait déjà avant la crise sanitaire. Sont en cause les mutations qui ont affecté le salariat mais aussi les syndicats, mutations assez comparables à celles des partis…

image.png

Le 26 mai dernier, le ministère du Travail a présenté la « mesure d’audience des organisations syndicales » dans le secteur « privé » pour la période 2017-2020. Sur les 14,1 millions d’électeurs, 5,4 millions ont voté. Soit un taux d’abstention de 62 %. Pour la période précédente (2013-2016), elle était de 57 %…

L’abstention est maximale dans les grands établissements (500 salariés et plus) et c’est là qu’elle a augmenté le plus vite…

la montée de l’abstentionnisme est particulièrement forte chez les ouvriers et les employés : + 20 % entre 1995 et 2016. Dans ce décrochement, on peut lire l’influence de deux changements fondamentaux. D’une part, la précarité et l’anomie qui touchent une proportion importante des salariés sans qualification, notamment les jeunes. D’autre part, le changement dans la relation des syndicats avec les salariés au « bas de l’échelle »…

Depuis 70 ans, la participation des fonctionnaires aux élections professionnelles est passée de plus de 80% en 1953-1954 à un peu moins de 48% lors de la collecte de données de 2018….

Un premier décrochage s’est produit en 2003-2005, suivi par un véritable effondrement à partir de 2009-2011. Parmi les raisons conjoncturelles de ces deux tournants, on peut mentionner les mouvements contre la réforme des retraites qui augmentait la durée de cotisation (2003) puis repoussait l’âge de liquidation des pensions (2010). Ces mouvements ont été coûteux pour les grévistes de la fonction publique et se sont soldés par des échecs…

Dans la fonction publique hospitalière, les élections se sont tenues avant la crise sanitaire. Déjà, la proportion des inscrits qui ont exprimé un suffrage était faible (42 %), après un recul d’ampleur historique durant la dernière décennie (- 14 %). Cette participation s’est même effondrée dans les principaux ensembles hospitaliers du pays, notamment les deux plus grands : Paris (28 % des inscrits ont voté en faveur d’un syndicat) et Lyon (27 %). Résultats pour le moins contre-intuitifs lorsque l’on connaît le malaise des personnels de santé… »

https://theconversation.com/les-elections-professionnelles-autre-visage-de-la-societe-abstentionniste-163907

*************************************************************************************************************************

IRAN

Colère et protestation de la population contre les coupures de courant répétées aux cris de « A bas Khamenei ! », « A bas le dictateur ! »

Hier soir, en raison de coupures répétées de courant, les Téhéranais (des quartiers Tehran-Pars et Saadat-Abad) et les habitants de nombreuses autres villes comme Kazeroun, Kordkoy, Gonbad-Kavous, Hamedan, Pakdacht, Aq-Qala et Bouchehr sont descendus dans la rue aux cris de « A bas Khamenei ». Dans certaines villes, les gens se sont rassemblés devant le gouvernorat ou l’agence de l’électricité. A Kordkoy, des manifestants ont bloqué la rue menant au gouvernorat. Ce matin, les fabriquants de plastique à Kahrizak ont protesté à l’intérieur de l’agence locale de l’électricité contre les coupures de courant répétées.

Les pannes de courant dans tout le pays, qui durent depuis longtemps, se sont généralisées ces deux derniers jours, et dans de nombreuses villes, dont Téhéran et Karadj. Les coupures interviennent sans préavis et durent pendant des heures, ce qui provoque de nombreux problèmes, en particulier pendant les heures de pointe. Le cinquième pic du coronavirus couvre une grande partie de l’Iran et les coupures présentent de grands risques pour les patients et les personnes en soins intensifs

***************************************************************************************************************************