« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 14 décembre 2019

oiseaux alger

***********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

********************************************************************************

FRANCE

« Fait marquant: des défilés ont rassemblé plusieurs milliers de personnes dans des villes moyennes, comme Valenciennes, Saint-Lô, Bergerac, Châteauroux, Charleville-Mézières, Bayonne, Montbéliard, Auch… Une mobilisation qui semble témoigner d’une colère très enracinée sur tout le territoire en résonance avec le mouvement des gilets jaunes »

http://alencontre.org/europe/france/de-saint-brieuc-a-draguignan-la-france-est-une-cocotte-minute.html

GREVES 95

« 5 DÉCEMBRE 2019, LES SOUVENIRS ME REVIENNENT »

Le mouvement défait contre la réforme des retraites de 2010.

« tout n’était sans doute pas possible au mois d’octobre 2010, mais autre chose était possible… »

C’est parti, la France vit un nouveau mouvement social. Pas de ceux qui ont marqué les années 2016 (contre la loi travail) ou 2018 (pour la défense du statut de cheminot). Un vrai, un gros, uni, qui réactive la mythologie de 1995 (les transports à l’arrêt, la grève par procuration, un front syndical fort et le retrait de la loi). D’autres souvenirs viennent ébrécher cette comparaison enthousiasmante, mais simpliste, ceux de deux autres mouvements massifs qui concernaient aussi la question des retraites : les défaites de 2003 et 2010. Un contributeur de lundimatin a eu la bonne idée de se replonger sur la généalogie et les formes du mouvement automnal de 2010 (qui, rappelons-le, détient les records à la fois du nombre de manifestants et du nombre de pompes à essences taries), pour tenter d’en tirer des leçons pour la lutte à venir.

https://lundi.am/5-decembre-2019-les-souvenirs-me-reviennent Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 7 décembre 2019

oiseaux-de-la-tempete

**********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

********************************************************************************

FRANCE

jamas

 « Blocage »

 Peut-on envisager le blocage comme une stratégie efficace dans les rapports de force actuels ? Quel est le rapport entre le mouvement qui va débuter le 5 décembre et ceux qui secouent le Moyen-Orient et l’Amérique latine ? Une tentative de qualification très générale des formes que peut prendre une crise mondiale du capital….

La gestion idéologique de la question par l’Etat se fait alors dans la seule perspective du retour à la fluide normalité de l’ordre circulant des choses : disqualification politique des positions, marginalisation sous la qualification d’extrémisme, dispersion immédiate de toute manifestation traitée comme un trouble à l’ordre public, « déblocage » instantané, mobilisation des personnels non-grévistes pour rétablir le fonctionnement normal, etc. La « normalité » apparaît ici pour ce qu’elle est, une violence permanente, mais elle n’apparaît ainsi qu’à ceux qui sont entrés en lutte parce qu’ils subissent cette violence. Pour les autres, la normalité, c’est la normalité, point. La question dès lors est : jusqu’où l’Etat, entouré de ceux pour qui la normalité est encore souhaitable, peut-il continuer à nier l’existence de ceux pour lesquels cette normalité devient de plus en plus insupportable ? ….

Le point commun entre la manière dont l’Etat français envisage le mouvement contre la réforme des retraites, et des mouvements comme ceux qui se déroulent au Moyen Orient ou en Amérique latine, c’est cette situation où l’Etat n’a plus rien à donner (et dans les cas précédents la crise de l’Etat rentier extractiviste et redistributeur ne fait que manifester de manière encore plus violente cette situation) et où on n’attend en réalité plus rien de lui, alors que cependant il reste la seule perspective des luttes : « le peuple veut la chute du régime », partout, à l’infini.

C’est peut-être là qu’est le véritable « blocage », dans ce face à face sans fin avec l’Etat…..

  Texte publié sur https://blogs.mediapart.fr/carbure  

English translation : 

https://static.mediapart.fr/files/2019/12/03/blocking-1.pdf Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 30 novembre 2019

oiseaux-de-la-tempete

************************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

*************************************************************************************

« Notes sur l’Iran »

IRAN REPRESSION illustration NOTES

« Le mouvement actuel, à beaucoup d’égards, nous fait remémorer la protestation de l’hiver 2017:

– Le fait qu’il n’y a pas de revendications spécifiques, même si les protestations ont commencé par une question de tarif des carburants, très vite Les slogans ont ciblé la totalité du système (le Nezam).

– Le mouvement n’as pas peur et n’hésite pas à employer la violence malgré toutes les conseils, les exhortations et les directives de la bien-pensante libérale.

– Cette violence n’était plus uniquement défensive; à plusieurs reprises ils n’ont pas hésité à attaquer les forces de l’ordre; il y a eu des militaires abattus par balle et aussi un religieux tué par arme blanche.

-les gens ont attaqué directement les banques mais aussi les institutions religieuses tout en faisant très attention de distinguer les centres religieux attachés au pouvoir et les symboles religieux populaires. D’ailleurs le régime à essayer de discréditer le mouvement en incendiant lui-même des mosquées et en brûlant des Corans; ils ont fait des reportages entières sur ces ”mécréants” à la radio et la télé nationale.

*In Fine  le point le plus important: il semblerait que la classe ouvrière en tant que telle ne participe que de façon dispersée et diluée dans le peuple. La raison tout d’abord est très certainement la situation réelle de l’appareil productif du pays qui notamment du fait des sanctions et de manque d’accessoires ou composants entrant dans le produit final est  à l’arrêt; un grand nombre d’usines et d’établissement  se trouvent en  situation de fermeture; »

http://dndf.org/?p=18168&fbclid=IwAR0W9zoUMD66OlPOfD-rUdl05nM7JExKtbZMjsGE4rNp-hf9Uso9P6faAJs Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 23 novembre 2019

normalité in english

HONG KONG Novembre 2019

**********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

*************************************************************************************

IRAN

IRAN 1

« Aujourd’hui, il y a plus de 200 morts, environ 3 000 blessés et plus de 5 000 arrestations. En ces temps de manifestations, une inscription est apparue sur un mur qui contient tout le sentiment que la population iranienne vit depuis 40 ans: « Nous n’avons plus rien à perdre, à l’exception de nos chaînes », pour paraphraser une phrase du Manifeste du Parti communiste du Marx »(T. Ciavardini, Il Fatto Quotidiano). »

« Malgré les assurances données par les autorités iraniennes selon lesquelles une aide supplémentaire serait versée à un nombre important de foyers modestes, les Iraniens craignent une dégradation de leur pouvoir d’achat. « Nous n’avons pas de voiture mais mon père est allé manifester parce qu’il s’est dit inquiet que le prix de toutes les denrées triple », explique Sima [tous les noms ont été modifiés], 35 ans, fille d’un chauffeur de camion aujourd’hui à la retraite. Jointe par téléphone, elle raconte que son père a été blessé par balle à la jambe lors d’une manifestation, samedi, à Malard, une ville ouvrière des environs de Téhéran. Leur famille de trois personnes ne gagne que 3 millions de tomans (230 euros) par mois, alors que le seuil de pauvreté est fixé 260 euros. »

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/20/en-iran-dans-la-terreur-et-l-incertitude-une-revolte-a-huis-clos_6019791_3210.html Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 16 novembre 2019

image.png
HONG KONG Novembre 2019
**********************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog
************************************************************************************

Des manifestations en Iran contre la hausse des prix à la pompe

« des gens ont attaqué un dépôt d’essence dans la ville et ont essayé d’y mettre le feu »

image.png

Le gouvernement iranien a annoncé vendredi une hausse d’au moins 50 % du prix de l’essence, suscitant une vague de mécontentement.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/16/des-manifestations-en-iran-contre-la-hausse-des-prix-a-la-pompe_6019401_3210.html

« Sur le transport urbain, les prix vont augmenter de 20 à 30 % mais sur le transport interurbain, il n’y aura pas d’effet car le prix du gasoil n’a pas augmenté et c’est seulement l’essence qui a augmenté. »

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20191115-gouvernement-iran-rationne-essence-contrebande-sanctions

************************************************************************
« Bolivie : Un soulèvement populaire exploité par l’ultra-droite »
 
image.png

 Ce 11 novembre 2019, Raùl Zibechi (journaliste et essayiste, spécialiste des mouvements sociaux sud-américains) écrivait ce texte pour le site desinformemonos, que nous avons décidé de traduire et de publier. Ce billet d’humeur, malgré qu’il porte en lui une certaine teneur démocratiste, ou du moins « légitimiste », avec ses appels à un « peuple » indéfini, nous permet de comprendre la conjoncture politique qui a mené au soulèvement bolivien de ces dernières semaines, et ce avec une clarté providentielle. La récupération du soulèvement bolivien par une droite dure et réactionnaire, relativement populaire au sein des classes moyennes boliviennes, et représentant le patronat agro-industriel du pays, s’explique avant tout par le musèlement (opéré par le gouvernement Morales) des organisations indigènes sur le territoire national. Aujourd’hui, le prolétariat et les peuples autochtones risquent de subir la politique d’un « mouvement civique » ayant pris le pouvoir avec l’appui de l’armée, et ne les représentant évidemment pas. Ils luttent, partout, et alors que la guerre est civile des drapeaux se dressent dans les rues d’El Alto : ils sont multicolores, ce sont des wiphalas. Les indigènes n’ont pas dit leur dernier mot.

https://agitationautonome.com/2019/11/13/bolivie-un-soulevement-populaire-exploite-par-lultra-droite/?fbclid=IwAR25YYN7esDvN_-dD7O2FGyaI-tOpNqxV5Jt0Qpo52aFnuq4sNejc2KpnIc

***********************************************************************************
FRANCE
 

A propos de la dernière manifestation contre l’islamophobie

image.png

Fil publié sur la page twitter d’AC le 12 novembre

La gauche demande quand même aux « musulmans » une sacrée dose de patience, à exiger d’eux qu’ils continuent à se réclamer d’une République qui ne veut manifestement pas d’eux, et le prouve encore à l’occasion de cette manifestation conspuée de toutes parts. Jusqu’à quand ?

Mais en réalité, la République et le Capital adorent les « musulmans » : 1) comme boucs émissaires 2) comme force de travail précaire, et qui doit le rester. Pour le reste, toutes les « Marseillaises » du monde ne sont qu’hypocrisie.

Et maintenant, le comble, on demande aux « musulmans » d’aimer la laïcité, qui aujourd’hui est le principal outil idéologique du véritable racisme d’Etat qui s’abat sur eux.

Parce que le vrai racisme d’Etat se manifeste par des lois, et pas par des propos racistes de ministres : et la laïcité est au fondement idéologique de ces lois.

Par conséquent, dénoncer d’un côté le racisme d’Etat et se réclamer de l’autre de la laïcité, c’est demander de maintenir intacts les outils de l’oppression à ceux qui la subissent directement.

Pas plus que la laïcité, on ne voit pas pourquoi les Français « musulmans » aimeraient la République : ce nom même de « Français musulmans » est celui sous lequel la République leur imposait le couvre-feu durant la guerre d’Algérie.

Dans ce contexte, la promotion des « valeurs républicaines » auprès des « musulmans » fait surtout état de la capacité de neutralisation des antagonismes de la gauche : on chante la Marseillaise main dans la main, et chacun retourne chez soi. Mais c’est où ça au juste, « chez soi » ?

Et qu’est-ce que c’est que cette manifestation contre l’islamophobie où tout manifestation d’être effectivement musulman est d’emblée aseptisée sous des flots de Javel laïque et républicaine ?

Toutes ces Marseillaises et ces revendications de laïcité au sein d’une manifestation contre l’islamophobie montrent ceci : la France, y compris et peut-être surtout à gauche, ne peut pas parler du racisme français tel qu’il existe, et qu’il est nécessaire à l’Etat et au capital.

La racisation des prolétaires issus des ex-colonies françaises est semblable à celle des Noirs américains : elle ne cessera jamais. Il n’y aura pas « d’intégration républicaine » des racisés, parce que la République et le capital les ont fait tels et les garderont tels.

La question n’est pas pour les racisés celle de leur acceptation par la France : ce n’est qu’en tant que dominés que la France les « acceptera ». La question est pour eux de se donner des armes pour résister et lutter contre cet Etat et cette République, et contre le capital.

Qu’on le veuille ou non, une lutte autonome des racisés devra aborder en son sein la question religieuse : mais c’est sous ses propres termes qu’elle devra le faire,  et non sous les injonctions laïcardes et/ou unifiantes de la gauche républicaine et/ou marxisante.

 

**********************************************************************************
A Hongkong, la police ouvre le feu contre des manifestants
image.png

« Un habitant de Sai Wan Ho a déclaré que les contestataires tentaient de bloquer une route en jetant des poubelles quand la police s’est précipitée sur les lieux. « Ils ne se sont pas affrontés, la police a accouru et a directement fait feu. Il y a eu trois bruits, ‘pan, pan, pan’ »

https://www.france24.com/fr/20191111-hong-kong-police-tire-manifestants-blesse

 

  Une vidéo, partagée massivement sur les réseaux sociaux, montre un policier tirant à balles réelles, lundi, dans le quartier de Sai Wan Ho.  

« Vous avez tiré trois coups de feu ! », un policier a répondu : « Trois ce n’est pas assez ! »

https://www.facebook.com/CupidProducer/videos/1145251132339068/?t=0

L’horizon indépassable du démocratisme !!!!!

« réouverture de l’autoroute pour promettre…… les élections »

« Lors d’une conférence de presse à trois heures du matin, des manifestants de l’Université chinoise de Hong Kong, l’un des principaux champs de bataille de la semaine dernière, ont annoncé la réouverture de l’autoroute de Tolo, une artère de circulation importante en dehors de l’école.

Les manifestants ont annoncé qu’ils donneraient au gouvernement jusqu’à 18 heures vendredi (10H00 GMT) pour promettre que les élections du district local prévues pour le 24 novembre se poursuivraient. »

https://www.theguardian.com/world/2019/nov/15/hong-kong-protesters-lift-highway-blockade-on-proviso-elections-proceed

image.png

 

Toutes les universités ont progressivement annoncé lundi matin la suspension des cours pour la journée. Le nouveau site du Lycée français international de Hongkong, à Tseung Kwan Ho, a également fermé ses portes. Les transports publics étaient fortement affectés, certaines lignes de train fermées, après que les rails ont été encombrés de débris ou à la suite d’actes de vandalisme dans les stations de métro. Des affrontements ont également eu lieu à l’université chinoise de Hongkong, à Shatin. A l’université de Hongkong, située sur l’île, la station de métro a été incendiée. Ailleurs des actes de vandalisme en tout genre ont eu lieu, graffitis, barrages, ouverture des lances à eau anti-incendie dans les stations de métro…

« À l’heure du déjeuner, des centaines de manifestants en tenue de bureau sont descendus dans les rues du centre, le quartier des affaires le plus prestigieux de la ville, pour la troisième journée consécutive. Des briques étaient éparpillées sur les voies de communication normalement passantes et encombrées de trafic alors que des cols blancs criaient des slogans. Certaines affichent des pancartes: « Ne tirez pas sur nos jeunes! » »

https://www.theguardian.com/world/2019/nov/13/hong-kong-student-protesters-bows-arrows-petrol-bombs-universities

************************************************************

UK

La Haute Cour du Royaume-Uni interdit la grève de 110 000 postiers du Royal Mail

Le mois dernier, 110 000 membres du Syndicat des travailleurs de la communication (CWU) ont voté à une majorité de 97% sur un taux de participation de 76% pour se mobiliser contre les attaques du Royal Mail Group (RMG) sur leurs conditions de sécurité et leurs conditions de travail……

Le Sunday Times a averti que  » le syndicalisme militant s’accélère à un moment crucial, tant sur le plan politique qu’économique. Pour la première fois depuis l’hiver du mécontentement, en 1978-1979, lorsque la Grande-Bretagne a été prise de grèves, les syndicats se préparent à une action industrielle de masse. Elle arrive au moment où les électeurs se rendent aux urnes et où la nation se débat avec Brexit.

« Les troubles se propagent, en particulier dans les anciennes entreprises publiques. »

Le Sun, qui appartient également à Rupert Murdoch, note que les grèves sont actuellement « au sixième plus bas niveau depuis le début des enregistrements en 1891″.

https://www.wsws.org/en/articles/2019/11/14/cour-n14.html

 
***************************************************************************
STATES
 

«Ce [contrat] n’est bon que pour… voyons, personne à part Ford et l’International [UAW]. »

image.png

 

Les Travailleurs unis de l’automobile (UAW) ont annoncé la ratification de l’accord national chez Ford dans une déclaration publiée sur son site web tard vendredi soir. Selon le décompte officiel, le contrat a été adopté avec une marge de 56-44……

« Le vote se termine vendredi sur l’accord de liquidation avec Ford négocié par United Auto Workers. Le contrat maintient le système de rémunération à deux niveaux détesté, introduit de nouvelles technologies pour surveiller les travailleurs et ouvre la voie à une utilisation plus large de travailleurs à temps partiel surexploités sous la fausse revendication d’un «parcours» vers des États à temps plein. »….

Une caractéristique importante du vote est le taux généralisé d’abstention dans les principales installations. Chez Dearborn Truck, où l’on croit généralement que l’UAW a bourré le bulletin de vote en 2015 pour assurer le passage du dernier contrat Ford, le taux d’abstention était de près de 50%. À l’Assemblée de Chicago, le taux d’abstention était encore plus élevé……

Le prochain contrat pour l’UAW est le contrat chez Fiat Chrysler. Les pourparlers finaux doivent commencer lundi, et un accord de principe devrait intervenir peu de temps après.

https://www.wsws.org/en/articles/2019/11/16/auto-n16.html

 
*************************************************************************
FRANCE
 

Philippe Martinez : « On peut éviter la grève du 5 décembre si le gouvernement agit »

https://www.bfmtv.com/economie/le-mouvement-de-greve-du-5-decembre-va-etre-tres-fort-previent-philippe-martinez-1805127.html

 

Rétropédalage

Philippe Martinez, au micro de Sud Radio. À la question de savoir s’il est encore possible d’éviter cette grève, il répond : «évidemment». «Il suffit de dire: « on remet les compteurs à zéro et on améliore le système actuel »», plaide-t-il

https://www.sudradio.fr/societe/philippe-martinez-on-peut-eviter-la-greve-du-5-decembre-si-le-gouvernement-agit/

« Retraites : il est «évidemment» encore possible d’éviter la grève du 5 décembre, clame la CGT

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez assure qu’il renoncera à la grève si le gouvernement se contente «d’améliorer» le système actuel. »

https://www.lefigaro.fr/social/retraites-il-est-evidemment-encore-possible-d-eviter-la-greve-du-5-decembre-clame-la-cgt-20191113

 

 « Si on avait été vraiment ‘enfoncés’ au niveau de l’Élysée, personne ne pouvait nous secourir. »

 
image.png
 
***********************************************************************

TURQUIE

GRÈVE SAUVAGE

« Les travailleurs de l’assainissement de la municipalité de Maltepe à Istanbul, où le Parti républicain du peuple (CHP), parti de l’opposition, a remporté la mairie lors des élections locales du 31 mars, ont lancé une grève illimitée sauvage le mois dernier. Les travailleurs ont déclaré que les dispositions de leur convention collective n’étaient pas appliquées et ont dénoncé les licenciements imposés par l’administration municipale.

Quelque 500 travailleurs, membres de la Confédération des syndicats révolutionnaires (DİSK) favorable à l’opposition, se sont mis en grève en réaction à la mise à pied de quatre travailleurs en octobre. Ils ont organisé un sit-in sur leur lieu de travail. Le maire de Maltepe, Ali Kılıç (CHP), a répondu en appelant la police pour attaquer les travailleurs à l’aide de gaz lacrymogène et de matraques. Trois travailleurs ont été arrêtés.

L’attaque de la police a eu lieu juste un jour après une violente attaque de la part d’une métallurgiste licenciée à Eskişehir.

Le PCH a fondé sa décision de licenciement sur un décret publié par le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdoğan lors de l’état d’urgence imposé après le coup d’État manqué de 2016. »

http://www.labourunity.org/wildcat-strike-by-sanitation-workers-against-chp-administration-in-maltepe-turkey/

 
**************************************************************************
VIETNAM
 

« Comprendre les manifestations des travailleurs dans les entreprises chinoises au Vietnam »

 Lorsque les coûts de main-d’œuvre ont commencé à augmenter en Chine au début des années 2010, de nombreux fabricants chinois et étrangers, en particulier dans les industries du vêtement et de la chaussure, ont cherché à s’établir dans des pays de l’Asie du Sud-Est tels que le Vietnam, dans l’espoir de reproduire le modèle à faible coût et à forte intensité de main-d’œuvre. modèle de production qui leur avait rapporté d’énormes profits au cours des deux dernières décennies ou plus. Comme en Chine, cependant, les travailleurs vietnamiens ont souvent réagi à l’exploitation de la direction par des grèves et des manifestations collectives……

image.png

 

nous pouvons constater que cette année encore, les entreprises à capitaux chinois ont connu leur part de controverses et de militantisme syndical. Mais — et c’est un gros problème — ces problèmes sont présents dans de nombreuses entreprises , quelle que soit leur nationalité. Les bas salaires, les longues heures de travail et les mauvaises conditions de travail sont des caractéristiques communes dans un certain nombre d’industries, quel que soit le propriétaire de chaque entreprise. Et les travailleurs se mettent en grève dans de nombreuses entreprises. Celles-ci sont concentrées dans des entreprises à capitaux étrangers, mais pas spécialement dans des entreprises chinoises; les rapports suggèrent que davantage de grèves se produisent dans les entreprises coréennes et taïwanaises.

Il existe certainement un sentiment anti-chinois fort et de longue date au Vietnam. En 2014, les tensions sur la mer de Chine méridionale ont entraîné des émeutes dans les usines à travers le pays . En 2018, un projet de création de trois zones économiques spéciales, interprété par de nombreux citoyens comme une vente du pays à la Chine par le gouvernement, a été marqué par de nombreuses manifestations et grèves dans les rues . Et on s’inquiète de la présence de travailleurs chinois sans papiers , en particulier de travailleurs de la construction, sur des projets de construction appartenant à des Chinois au Vietnam. Cependant, il existe peu de preuves permettant de penser que les conditions de travail et les droits des travailleurs sont nettement différents des entreprises chinoises aux entreprises étrangères. »

https://clb.org.hk/content/understanding-worker-protests-chinese-enterprises-vietnam

******************************************************************************
 

« Capital, plus-value, meurent avec la bourgeoisie » 

– A Quito (Équateur) durant les émeutes contre les réformes austéritaires du FMI, octobre 2019

https://twitter.com/agars_son/status/1182374875467517956/photo/1

image.png
*********************************************************************************

« Votre normalité m’a rendu malade » 

[ # ChileProtests nov. 2019]

image.png
 

CHILI

« le président conservateur Sebastian Pinera a annoncé dans un message à la nation depuis le palais de La Moneda le rappel de policiers retraités pour appuyer les forces de l’ordre……

Conséquence de la persistance de cette vague de contestation sans précédent dans un pays loué jusque-là pour sa stabilité en Amérique latine, la monnaie chilienne a chuté mardi à un plus bas historique (-3,1%), un dollar s’échangeant à 783 pesos à la clôture des marchés.

Le précédent record à la baisse remontait au 10 octobre 2002 »

https://www.ouest-france.fr/monde/chili/au-chili-la-mobilisation-reste-forte-et-pese-sur-l-economie-6605575

« Selon l’Institut national des droits humains (INDH), un organisme public indépendant, 197 personnes ont subi des blessures oculaires, « surtout de tirs de plombs, mais aussi d’autres armes, comme les bombes lacrymogène » depuis le début de la contestation le 18 octobre.

Un chiffre qui dépasse de loin le nombre de cas similaires survenus pendant la crise des « gilets jaunes » en France — 24 selon le décompte d’un journaliste indépendant — ou des manifestations massives à Hong Kong, soulignent l’ordre des médecins chiliens et plusieurs organisations locales de défense des droits humains. »

https://actu.orange.fr/monde/au-chili-les-innombrables-eborgnes-de-la-mobilisation-sociale-CNT000001liSeJ/photos/el-estudiante-chileno-carlos-vivanco-de-18-anos-perdio-la-vision-total-de-su-ojo-izquierdo-el-11-de-noviembre-de-2019-8445d576c54643fca6c70a53d235bbf2.html

 

**********************************************************************************
LIBAN
 

« Nous sommes désormais au cœur de la crise »

Les prix de certains aliments, à l’instar de la viande et des légumes, ont augmenté respectivement de 7% et 27% au cours des quatre derniers jours

https://actu.orange.fr/monde/craignant-les-penuries-les-libanais-fondent-sur-les-produits-de-base-CNT000001lcoAg/photos/un-libanais-fait-ses-courses-dans-une-grande-surface-de-la-capitale-beyrouth-le-9-novembre-2019-5c8a18f97e9abe36ddd09b8d6fa9e898.html

« Y-a-t-il une révolution sans leader ? » s’est emporté le chef de l’Etat.

Un mort par balle sur une route bloquée par des manifestants

Un homme a été tué par balle dans la nuit de mardi à mercredi au sud de Beyrouth alors que les contestataires coupaient plusieurs routes à travers le Liban, après des déclarations du président Michel Aoun qui ont attisé leur colère.

https://www.ouest-france.fr/monde/liban/liban-un-mort-par-balle-sur-une-route-bloquee-par-des-manifestants-6605583

*****************************************************************************

ALGÉRIE

«Une phase d’austérité sévère dans le très moyen terme»

image.png

 

Nous nous dirigeons vers une «phase d’austérité sévère dans le très moyen terme, c’est-à-dire dans une année et demie ou deux ans», avertit l’économiste Youcef Benabdellah en plaidant pour l’urgence d’aller vers des réformes sérieuses.

https://www.elwatan.com/edition/economie/youcef-benabdellah-economiste-une-phase-dausterite-severe-dans-le-tres-moyen-terme-13-11-2019

*********************************************************************

Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 9 novembre 2019

image.png
chili : « Nous sommes des prolétaires, pas des citoyens »
***********************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog
************************************************************************************
FRANCE
 

« Gilets jaunes » : plus de 3 000 condamnations par la justice entre novembre 2018 et juin 2019

« Il ne s’agit que d’un bilan provisoire couvrant une période allant du premier samedi de manifestations des « gilets jaunes » en novembre 2018, jusqu’au 31 juin.

Un des chiffres les plus importants qui ressort est celui du nombre de condamnations prononcées : plus de 3 100. Un record pour un mouvement social, même si la mobilisation des « gilets jaunes » a constitué, en soi, une première dans sa forme et dans sa durée. Autre donnée-clé : sur l’ensemble de ces condamnations, environ 400 ont donné lieu à des peines de prison ferme avec incarcération immédiate (dites « avec mandat de dépôt »). »

image.png

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/11/08/gilets-jaunes-plus-de-3-000-condamnations-par-la-justice-entre-novembre-2018-et-juin-2019_6018431_3224.html

**********************************************************************************

« La vague prolo : réchauffement climatique, luttes de circulation et l’horizon communiste »

image.png

« Maintenant, si le prolétariat du monde entier semble vouloir ardemment du carburant, et à faible coût, que devons-nous faire de la nécessité réelle de lutter contre le réchauffement climatique ? Le problème, tel nous le voyons, est que les individus et les groupes écologistes libéraux conçoivent généralement le réchauffement climatique de manière abstraite (pensez à toutes ces histoires d’extinction de l’humanité), alors que le prolétariat réagit au réchauffement climatique par ses manifestations matérielles. Pourquoi ? Parce qu’elle.il.s n’ont pas d’autre choix. Dans certaines parties du monde, les prolétaires sont directement confronté.e.s à la montée des mers, mais que signifie cette réalité pour les prolétaires de Forth Worth au Texas ? La même raison pour laquelle le prolétariat ne produit pas des communes ou du communisme à partir d’un idéal, mais à partir d’un besoin matériel réel. »

https://renverse.co/La-vague-prolo-rechauffement-climatique-luttes-de-circulation-et-l-horizon-2282?fbclid=IwAR0UHOGcuDVWTCT1P1PzjjEMQ0ID7XxnOm7O60vcOinzeL_1cfbTWhrtswU

 

*************************************************************************************
CHILI
 » On ne reviendra pas à la normale, parce que la normale était le problème. »
image.png

« En attendant au Chili … 23 morts. 18 plaintes pour abus sexuel. 162 plaintes de torture. 800 blessés par arme à feu. 157 personnes avec une blessure aux yeux. 475 enfants et adolescents détenus. 4300 arrêtés »

CeciliaHeyder @ceciliaheyder 

« Ça n’est pas fini ! »

« Une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes, parmi laquelle de nombreux étudiants, s’est rassemblée lundi soir à Santiago, sur la plaza Italia, lieu emblématique du mouvement de colère initié le 18 octobre….

Alors qu’un cortège tentait de s’approcher du palais présidentiel de la Moneda, la police a dispersé la foule en faisant usage des lances à eau, de gaz lacrymogènes et de tirs à balles réelles. »

https://www.ouest-france.fr/monde/chili/chili-affrontements-entre-forces-de-l-ordre-et-manifestants-pour-la-3e-semaine-de-contestation-6595039

 

« Jeudi après-midi, il (le président chilien, Sebastián Piñera)  a convoqué les chefs des forces armées, de la cour suprême et du congrès à une réunion urgente du conseil de la sécurité nationale et a appelé à l’adoption d’une législation d’urgence augmentant les peines de prison des manifestants qui portent des masques, construisent des barricades ou détruisent des biens.

Piñera a également appelé à la création d’un nouvel effort de renseignement pour renforcer la surveillance des Chiliens politiquement actifs……

lorsque son ministre de la Santé, Jaime Mañalich, est arrivé jeudi matin à l’hôpital Salvador de Santiago pour rendre visite à des civils blessés, une manifestation spontanée menée par des infirmières, des médecins et le personnel de l’hôpital a entraîné des scènes de chaos. »

https://www.theguardian.com/world/2019/nov/07/chile-protests-police-arrest-shooting-students

 

« Tout en durcissant le ton sur le thème de l’ordre public, Pinera n’a fait jeudi aucune annonce dans le domaine social pour répondre aux revendications de la rue sur le montant des pensions de retraite, la santé ou l’éducation.

Des manifestations ont aussi eu lieu vendredi dans d’autres villes du Chili, selon les médias. A Vina del Mar, près de Valparaiso, de violents affrontements avec la police se sont produits et des barricades ont été érigées dans le centre de la ville. »

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/chili-le-siege-d-une-universite-incendie-lors-d-incidents-a-santiago-afp-20191108

« Les protestations et les mobilisations de masse, ainsi que l’organisation territoriale autonome, ne garantissent pas à elles seules un avenir révolutionnaire. C’est la compréhension de ses limites qui ouvre la possibilité de ruptures ultérieures plus profondes et plus continues. »

Omnia Sunt Communia

Difundimos texto para la discusión redactado por un camarada:

« COMPRENDER LOS LÍMITES ES ENTENDER LAS TAREAS

-No tenemos un programa de transformación revolucionaria de las relaciones de producción.

-No hemos agitado de forma masiva y consistente, en los barrios pobres, la necesidad de inclinar a favor del movimiento a las familias de uniformados y conscriptos.

-No contamos con las mínimas condiciones de organización, seguridad, autodefensa y cobertura, como para poder agitar abiertamente la expropiación de los medios de producción y el armamento del pueblo, sin hacer caer sobre nosotros el peligro inmediato de aniquilación física.

-En este momento el proletariado no tiene ante sí más que dos opciones. La primera: seguir protestando por unas demandas que la burguesía promete satisfacer sin que nadie le crea, pero que tampoco el propio proletariado tiene cómo llevar a cabo. La segunda: dejar de protestar. En este escenario, la pura y simple negación del capitalismo, hecha en términos abstractos, sin programa y sin un plan para agitarlo, nos convierte en un elemento decorativo.

-Siendo la Asamblea Constituyente la carta más segura de la burguesía para sortear con éxito la crisis, y no existiendo por otra parte una fuerza capaz de agitar la perspectiva revolucionaria de expropiación y proletariado en armas, sólo queda asegurar la mayor coordinación y comunicación posible entre las asambleas, con especial énfasis en las de los barrios pobres. Es sobre todo ahí donde puede desarrollarse una fuerza capaz de seguir impulsando protestas y movilizaciones masivas, y procesos de organización autónoma, a pesar de la resolución institucional de la crisis.

– Las protestas y movilizaciones masivas, y la organización territorial autónoma, por sí solas, no aseguran ningún devenir revolucionario. Es la comprensión de sus límites lo que abre la posibilidad de rupturas posteriores más profundas y continuadas. »

*************************************************************************************
FRANCE
 
SNCF
 

« Il y a une spontanéisation de la colère dont on ne voit pas le débouché normal hors la violence ».

https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/reformer-quand-le-jaune-flotte-encore-1144426

Comme le dit Mediapart : « La grande grève de 2018, la plus longue de l’histoire de la SNCF, a laissé des traces dans toute l’entreprise. « Elle ne leur a rien apporté », constate un cadre dirigeant de la SNCF. Et cet échec a des effets à retardement. Sans le dire ouvertement, nombre de salariés remettent en cause la stratégie adoptée par les syndicats au printemps 2018. « Auparavant, les obligations de déclaration de grève étaient juste réservées aux roulants et aux contrôleurs afin d’assurer une continuité du service. Mais ces obligations ont été étendues à quasiment tout le personnel. Ce qui permet à la direction de s’organiser, de rendre les mouvements invisibles en en limitant l’impact. Alors, les salariés se mettent en grève sauvage, préférant prendre une sanction plutôt que de faire une grève qui ne sert à rien », reconnaît Bérenger Cernon, secrétaire général CGT à Paris, gare de Lyon. « 

 
 

 «….mettre ou remettre les organisations syndicales à bord….. » ça donne ça

« Pour « la suite du 5 décembre », il faudrait des « concessions importantes », poursuit-il, citant un éventuel report de la fin de l’embauche au statut de cheminot – prévue dès 2020 –, qui « serait un geste fort »…………..

« Probablement qu’en début de semaine nous allons organiser des débrayages dans les 11 technicentres de TGV, mais aussi dans ceux des TER et du fret », indique Laurent Brun, qui déplore qu’« on continue de payer les gens au Smic » alors que leur « technicité s’est accrue ». Ces débrayages « d’une heure » seront une « mise en garde » sans « impact sur le trafic », selon le secrétaire général de la CGT-Cheminots »

https://www.20minutes.fr/societe/2642575-20191102-sncf-greve-reconductible-dessine-decembre-previent-cgt-cheminots

image.png

Le nouveau patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, dit dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) vouloir « renouer le fil » avec les cheminots, insistant longuement sur sa volonté de « paix sociale » dans une entreprise secouée par de récentes mobilisations.

 L’« agitation » actuelle à la SNCF « témoigne de la préoccupation des salariés » alors que le groupe public a connu ces derniers temps « beaucoup de choses en matière de réorganisation et de réformes structurantes », reconnaît M. Farandou. « Je l’entends. » « Je veux renouer le fil. Il ne peut pas y avoir un bon service aux clients s’il n’y a pas une paix sociale dans l’entreprise », a-t-il relevé, annonçant des rencontres « au plus vite » avec les quatre principaux syndicats.

En revanche, « la loi s’impose à tous », a-t-il rappelé, jugeant « inacceptables » les récents mouvements qui ont débordé les organisations syndicales ……..

« Il faut mettre ou remettre les organisations syndicales à bord. Tout comme les salariés », a-t-il martelé, prônant une gestion plus décentralisée.  

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/03/sncf-farandou-veut-renouer-le-fil-avec-les-cheminots_6017835_3234.html

 

L’exploitation sans fin

 

« Déjà embouteillé, l’agenda parlementaire va s’enrichir d’un projet de loi « voiture-balai » qui sera présenté par Muriel Pénicaud en Conseil des ministres le 13 novembre pour un examen au Parlement visé au printemps. Dans l’entourage de la ministre du Travail, on explique que la quinzaine de mesures de ce texte répond à des remontées du terrain pour « franchir le dernier kilomètre » – autrement dit les manques non identifiés – de toutes les réformes sociales votées en deux ans.

La plus emblématique de ces mesures porte sur le travail de nuitLe projet de loi reprend un amendement à la loi Pacte (qui avait été censuré sur la forme) repoussant à minuit, contre 21 heures aujourd’hui, le déclenchement du travail de nuit dans les commerces alimentaires en dehors des zones touristiques internationales. Il faudra un accord d’entreprise définissant les contreparties pour les trois heures de travail supplémentaires. »

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/lexecutif-veut-assouplir-le-travail-de-nuit-dans-le-commerce-alimentaire-1144352

************************************************************************************

HAITI

une hausse du salaire minimum en trompe-l’oeil

image.png

 

« inflation qui a désormais dépassé les 20%….

Du côté des syndicats des travailleurs, la colère est tout aussi forte car la hausse ne suffit pas à couvrir les augmentations des prix de la nourriture, des transports et du logement. Et face à la rapide dépréciation de la gourde, la monnaie nationale, les salaires n’augmentent finalement pas.

En octobre dernier, pour une journée de 8 heures de travail en usine textile, un ouvrier touchait 420 gourdes, ce qui équivalait à l’époque à 5,20 euros. Avec cette hausse, son nouveau salaire journalier est désormais de 500 gourdes, ce qui ne représente plus que 4,65 euros. »

http://www.rfi.fr/ameriques/20191107-haiti-pleine-crise-hausse-salaire-minimum-passe-pas

************************************************************************************

LIBAN

«Pouvoir patriarcal, le droit des femmes c’est pas un détail, allez, allez, le changement!»

image.png

 

Ce mercredi soir, des milliers de femmes ont investi le centre-ville de Beyrouth dans le but de marquer le 21e jour d’une révolte inédite contre la classe au pouvoir.

https://www.lefigaro.fr/international/liban-les-femmes-investissent-le-centre-ville-de-beyrouth-20191106

 « La moitié de la population pourrait sombrer dans la pauvreté et le chômage « augmenter fortement »

Selon la Banque mondiale, environ un tiers des Libanais vit déjà sous le seuil de pauvreté.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/07/au-liban-le-mouvement-de-contestation-entre-dans-sa-quatrieme-semaine_6018385_3210.html

********************************************************************************

L’Irak en grève « jusqu’à la chute du régime »

image.png

Routes coupées, écoles et administrations à Bagdad et dans le sud de l’Irak fermées : la pression augmentait en Irak, dimanche 3 novembre, après un mois de manifestations réclamant « la chute du régime »…..

Signe que les autorités s’inquiètent d’un impact économique important, le premier ministre Adel Abdel Mahdi est sorti de son silence dimanche soir, assurant que « de nombreuses revendications ont déjà été satisfaites » et qu’il faut maintenant « retourner à la vie normale ». Mais les promesses d’élections anticipées, de réformes du système des embauches et des retraites, n’y font rien. 

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/03/l-irak-en-greve-jusqu-a-la-chute-du-regime_6017896_3210.html

« j’ai 19 ans et je travaille presque tous les jours depuis l’âge de 10 ans et je n’ai toujours pas plus de 5 000 dinars (4 dollars) dans ma poche. »

« Au cours des 10 derniers jours, des centaines de jeunes hommes et garçons – certains âgés de 12 ans à peine – ont campé sur le pont et sous celui-ci. Portant des casques de chantier, des masques à gaz et chantant la chute du gouvernement, ils s’appellent eux-mêmes « la ligne de front de la révolution ».

Le pont, qui mène de la place à la zone verte fortifiée de Bagdad, où se trouvent les bâtiments du gouvernement et les ambassades étrangères, a été le théâtre de violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité.

Les manifestants, armés de frondes, ont érigé des barricades en tôle de fer et en blocs de béton. Les forces de sécurité ont utilisé des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes, tirant des dizaines de coups sur les ponts adjacents de Jumhuriya et Sinak. »

http://english.ahram.org.eg/NewsContent/2/8/355302/World/Region/A-view-from-the-bridge-Iraqs-protesters-under-fire.aspx

*************************************************************************************

CHINE

« inquiétudes quant aux troubles sociaux potentiels et aux licenciements massifs »

Après des années de soutien financier visant à maintenir le rythme de l’économie et à rendre les travailleurs heureux, la Chine s’est lancée dans un calcul de sa dette . Pékin est en train de mettre en place un système de faillite pour faire face à une augmentation significative du nombre de défaillances d’entreprises…..

La Chine a adopté des lois officielles sur la faillite en 2007. Mais les tribunaux ont systématiquement rejeté les demandes des entreprises en difficulté et de leurs créanciers en raison d‘inquiétudes quant aux troubles sociaux potentiels et aux licenciements massifs….

L’an dernier, le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine a suscité des préoccupations croissantes . Du Wanhua, haut responsable de la Cour populaire suprême de Chine, a déclaré dans un article d’opinion publié dans un média d’Etat que la hausse des tarifs douaniers pourrait entraîner davantage de faillites.

https://www.wsj.com/articles/china-embraces-bankruptcy-u-s-style-to-cushion-a-slowing-economy-11573058567?shareToken=st4096006c5e924e59899d960a3eedbc53

**********************************************************************************

ALGÉRIE

image.png

« les syndicats autonomes, qui nous ont habitués à poser le problème des travailleurs juste avant le hirak, ont mis entre parenthèses la question sociale. Actuellement, ils sont dépassés par leurs bases qui réclament que la question sociale soit remise sur le devant de la scène. »

http://www.algerieinfos-saoudi.com/2019/11/noureddine-bouderba-les-droits-sociaux-sont-indivisibles-des-droits-politiques.html

**********************************************************************************

STATES

Les travailleurs de Ford Chicago rejettent l’accord UAW

7 novembre 2019

Près des deux tiers des travailleurs de production de l’usine de montage de Ford à Chicago ont voté contre l’accord de capitulation que le syndicat United Auto Workers cherche à imposer à 55 000 travailleurs de Ford. Dans la première grande usine d’assemblage Ford à avoir voté, 1 497 travailleurs (62 %) ont voté « non » à l’accord et 913 (38 %) ont voté « oui », selon les chiffres publiés par la section locale 551 d’UAW.

https://www.wsws.org/en/articles/2019/11/07/chgo-n07.html

L’accord UAW-Ford est «modelé» sur les conditions d’exploitation intensifiées acceptées par l’UAW dans le contrat GM…..

Aucune des aspirations des travailleurs – la conversion de tous les intérimaires en emplois à temps plein, la fin du système de salaire et d’avantages sociaux, et la suppression des 10 heures ou plus du « programme de travail alternatif » – n’a été satisfaite …..

Parallèlement à la «voie» fictive menant à un emploi à temps plein temporaire et à d’innombrables exceptions aux augmentations de salaire, les travailleurs de Ford se sont rendus sur Facebook pour dénoncer l’inclusion de politiques d’assiduité encore plus punitives. Les travailleurs ne seraient autorisés que sept absences non justifiées (AWOL) dans le nouvel accord, contre 9 dans le contrat précédent, et n’auraient pas le droit d’utiliser des «journées familiales» rémunérées après avoir reçu cinq AWOL.

https://www.wsws.org/en/articles/2019/11/04/ford-n04.html

**********************************************************************************

Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 2 novembre 2019

proletaires pas citoyens

chili : « Nous sommes des prolétaires, pas des citoyens »

**********************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

*************************************************************************************

« Cette vague de protestation mondiale est menée par les enfants du krach financier »

VAGUE ENFANTS KRACH

il est clair que nous assistons à la plus forte augmentation de l’activité de protestation mondiale depuis le début des années 2010, quand un « mouvement des places » a vu des rassemblements de masse dans les capitales du monde arabe, suivis par des manifestations d’occupation dans le Nord mondial. Historiquement parlant, la dernière décennie a vu plus de protestations qu’à tout autre moment depuis les années 1960. Malgré leurs griefs disparates, certains points communs relient les rébellions d’aujourd’hui…..

La politologue de Cambridge, Helen Thompson, a dit un jour : « Le monde de l’après 2008 est, dans un sens fondamental, un monde qui attend son heure de gloire. » Ce bilan commence à se dessiner à l’échelle mondiale. Ils peuvent venir d’horizons différents et se battre pour des causes différentes, mais les enfants menottés, en train de construire des barricades et de se frayer un chemin à travers les gaz lacrymogènes en 2019 sont tous entrés dans l’âge adulte après la fin de l’histoire. Ils savent que nous vivons l’un de ce que l’historien américain Robert Darnton a appelé des « moments d’incrédulité suspendue » : ces conjonctures rares et fragiles dans lesquelles tout semble concevable, et – loin d’être immuables – les vieilles règles sont prêtes à être réécrites. Tant qu’ils auront l’impression que leur vie dépend de leur victoire, le déluge continuera.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/oct/29/global-protest-children-financial-crash-hong-kong-london?fbclid=IwAR3sNzqbyGG40RUiVNG0ON_gRQBnYNYfsSxFY9kAsiPziu_rtnd8Ur-qico

********************************************************************************* Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 26 octobre 2019

image.png
chili : « Nous sommes des prolétaires, pas des citoyens »
*********************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog
***************************************************************************
 
STATES
 

“Sergio Leone : «Le monde se divise en deux catégories, ceux qui tiennent un pistolet chargé et ceux qui creusent.» Pour l’instant à la Général Motors, on creuse…”

« Les quelque 50 000 salariés américains syndiqués de General Motors (GM) ont approuvé vendredi à 57,2 % un accord salarial, valable pendant quatre ans et négocié avec difficulté avec la direction, qui met fin à la plus longue grève chez le constructeur automobile depuis 50 ans. »

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1362881/etats-unis-greve-gm-entente-syndicat-industrie-automobile

image.png

« En fait, le contrat jette les bases du remplacement sans restriction des travailleurs seniors par des intérimaires, qui seront étouffés par de fausses promesses de «voie d’accès» à un emploi régulier, tandis que l’UAW tente de servir d’agence d’intérim pour le secteur automobile. Grâce au développement de nouvelles organisations de travail et au maintien des organisations existantes, l’UAW sera, encore plus qu’avant, conjointement responsable avec GM pour une restructuration totale de la main-d’œuvre en vue d’un travail occasionnel à temps partiel. »

https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/25/auto-o26.html

 

Un plus grand nombre de travailleurs de GM refusent l’accord 

Les résultats ne sont pas disponibles dans plusieurs grandes usines de montage, notamment à Arlington, au Texas (5 078 travailleurs); Ft. Wayne, Indiana (4 231); Fairfax, Kansas (2 198); et canton de Delta, Michigan (2 350).

https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/25/auto-o25.html

image.png

Les travailleurs de GM à Rochester, New York, qui fabriquent des composants pour GM, ont voté massivement contre le contrat soutenu par l’UAW. Les résultats publiés sur la page Facebook de la section locale 1097 de l’UAW ont révélé mercredi que sur les 636 votes exprimés, 526 ont voté «non», soit 83%. Seuls 110 votes «oui» ont été exprimés……

Les travailleurs du GMCH à Lockport, dans l’État de New York, ont également rejeté le contrat à une écrasante majorité à 81%…….

À Bowling Green, dans le Kentucky, selon les résultats publiés par UAW 2164, les travailleurs de GM qui construisent la voiture de sport Chevrolet Corvette Stingray ont voté contre le contrat, avec une marge de recul de 55 à 45%. l’usine compte 888 employés horaires. « …

Les travailleurs de la production au centre de redistribution de Lansing, dans la capitale de l’État du Michigan, ont voté à 55% contre le contrat, selon les chiffres de l’UAW. Le centre compte 166 employés horaires.

Mercredi soir, l’UAW a déclaré que l’accord avait été passé à l’usine de Flint, le plus grand local d’UAW, à une marge de 61 à 39%. Les résultats officiels publiés par la section locale 598 de l’UAW ne peuvent pas être acceptés comme étant exacts. Le contrat suscite une vive opposition, en particulier parmi les travailleurs temporaires qui représentent plus de 1 500 des 4 800 travailleurs horaires de l’usine.

https://www.wsws.org/en/articles/2019/10/24/vote-o24.html

 
****************************************************************************
CHILI
 

le « délinquant » a pris la place du « communiste »

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/22/au-chili-le-soulevement-est-le-produit-de-quarante-ans-d-orthodoxie-neoliberale_6016433_3210.html

« Des hélicoptères cliquetaient au-dessus de la tête et des convois de camions de l’armée traversaient la ville, des hommes armés masqués parcourant les rues de Santiago lundi soir, tirant sur des manifestants défiant une quatrième nuit de couvre-feu soumis à la loi martiale…

«Je rentrais à la maison et la patrouille militaire m’a arrêté», a déclaré un homme meurtri et ensanglanté alors qu’il revenait à la maison mardi matin. «Ils m’ont mis dans le camion et – ‘Bang! coup! coup!’ – Ils m’ont brisé la tête avec la crosse d’un fusil. Je les ai suppliés de s’arrêter mais ils ont continué à me donner des coups de pied – et ils ont emmené mon ami. « 

https://www.theguardian.com/world/2019/oct/22/santiago-protesters-pinera-chile

image.png

« Ce sera probablement le plus grand rassemblement de tous les temps »  

« selon la police, « plus de 820 000 personnes » étaient rassemblées dans le centre de la capitale ( vendredi 25)

« Ce sera probablement le plus grand rassemblement de tous les temps », s’enthousiasmait Francisco Anguitar, 38 ans, un agent de développement en intelligence artificielle, dans le cortège de Santiago. « Nous demandons justice, honnêteté, éthique au gouvernement. Nous ne voulons pas le socialisme, le communisme, nous voulons moins d’entreprises privées, plus d’Etat »a-t-il ajouté……

Le mouvement « interpelle les dirigeants politiques pour qu’ils impulsent des changements profonds dans le modèle de développement capitaliste. Une sorte de deuxième transition » »

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/26/chili-plus-d-un-million-de-manifestants-mettent-le-gouvernement-sous-pression_6016979_3210.html

« Si on ne fout pas tout en l’air, on n’existe pas pour eux. »

 « l’année dernière, près de 27 000 Chiliens pauvres sont morts en attente des soins nécessaires dans le système public en ruine du pays.

Ceux qui sont consternés, surpris ou déplorant que les supermarchés et les pharmacies soient les principales cibles des manifestations opèrent simplement dans un univers social totalement séparé. »

https://www.newframe.com/if-we-dont-fuck-shit-up-we-dont-exist-to-them/

Si le retour à la normalité est un retour à la précarité … nous choisissons le chaos. »

image.png

Prolétaires, pour obtenir une augmentation de nos salaires et retraites, incendions et/ou pillons !!!

Plus efficace que les syndicats

« Piñera a appelé à augmenter les retraites mensuelles les plus basses de 118 USD à 151 USD, à porter le salaire minimum mensuel de 413 USD à 481 USD et à annuler la hausse de 92% des tarifs d’électricité programmée le mois prochain. Les propositions prévoyaient également une augmentation de l’impôt pour les personnes gagnant plus de 11 000 dollars par mois. »

https://www.theguardian.com/world/2019/oct/23/chile-unrest-president-sebastian-pinera-wage-rises-taxes-on-rich

« Cette explosion de colère sociale est avant tout liée à l’extrême privatisation de la vie quotidienne : la santé, l’éducation, les retraites, l’eau… Ici, le citoyen est de plus en plus considéré comme un consommateur….

Alors que le service de métro restait paralysé et que de nombreux établissements scolaires et universités avaient annoncé suspendre les cours jusqu’à mardi, le gouvernement chilien a appelé les entreprises à faire preuve de « flexibilité » vis-à-vis de leurs salariés.

  https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/21/au-chili-sept-morts-lors-de-violentes-emeutes-contre-les-inegalites-sociales_6016291_3210.html?fbclid=IwAR3AJKfviaGvWkKHeBIwRLkecjf-4XChz8qR3L4awSGvmXRPqya8RqKCTqU  

image.png

Couvre-feu, militaires dans les rues et plus de 1000 arrestations

Des affrontements ont eu lieu entre manifestants et policiers dimanche dans l’après-midi dans le centre de Santiago, tandis que des pillages se déroulaient dans plusieurs endroits de la capitale. Cinq personnes ont ainsi péri dans l’incendie d’une usine de vêtements en proie à des pillages. Deux personnes étaient déjà mortes dans la nuit de samedi à dimanche dans l’incendie d’un supermarché également pillé par des manifestants dans le sud de la capitale et une troisième avait été blessée, le corps brûlé ”à 75%”, selon les autorités.

Deux personnes ont également été blessées par balle et hospitalisées dans un état “grave” après un incident avec la police lors de pillages, également dans le sud de la capitale, selon la même source.

Près de 10.000 policiers et soldats ont été déployés. Les patrouilles de militaires dans les rues sont une première dans le pays depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990). Selon les autorités, 1462 personnes ont été arrêtées, dont 644 dans la capitale et 848 dans le reste du pays.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/le-president-du-chili-affirme-que-le-pays-est-en-guerre_fr_5dad16c8e4b08cfcc31deddf?utm_hp_ref=fr-international

.
image.png

Pendant la manifestation à Valparaiso, le 19 octobre. RODRIGO GARRIDO / REUTERS

Des manifestations ont aussi eu lieu dans des grandes villes au bord du Pacifique comme Valparaiso. Dans ce port, à 120 km a l’ouest de Santiago, des dizaines de manifestants ont incendié dans la nuit le siège d’El Mercurio, le plus vieux quotidien du pays, selon des images de télévision.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/20/chili-apres-de-violentes-manifestations-les-autorites-reviennent-sur-la-hausse-du-prix-des-transports_6016202_3210.html

L’état d’urgence a également été instauré dans la région de Coquimbo, dans le nord du pays, gagnée par les violences.

https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/chili-trois-morts-dans-un-supermarche-incendie-a-santiago-premieres-victimes-des-emeutes_3667621.html

Des manifestations ont également été signalées dans les villes de Concepción, Rancagua, Punta Arenas, Valparaiso, Iquique, Antofagasta, Quillota et Talca, selon le journal El Mercurio.

https://www.bbc.com/news/world-latin-america-50113090

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/22/derriere-le-miracle-economique-chilien-une-societe-profondement-inegalitaire_6016385_3210.html

« Au Chili, extension de la révolte »

image.png

 « Étant donné la situation exceptionnelle et insurrectionnelle au Chili, nous publions ici la traduction d’une analyse de nos camarades chiliens d’Agitacion Inmanente, parue ce 21 octobre. Le Chili vit en ce moment une période de rupture politique brutale, animée par la volonté de poursuivre ce qui, quelques jours plus tôt, avait débuté en Équateur. Car la crise chilienne, comme la crise équatorienne, ont un socle commun : l’impossibilité pour le prolétariat de reproduire sa force de travail, et par-là d’assurer sa survie. États d’urgence et états d’exception se succèdent, si bien que la situation au Chili nous rappelle le Caracazo vénézuélien de 1989 (immenses émeutes spontanées faisant suite à l’augmentation du prix des transports en commun), ou encore les manifestations de 2013 à São Paulo (revendiquant avec force la gratuité du bus). Aujourd’hui, les luttes du prolétariat mondial prennent moins la forme de luttes revendicatives pour la hausse des salaires que la forme plus radicale de luttes pour la dignité, significatives de la crise de la société salariale, et nous devons d’urgence en rendre compte pour soutenir nos camarades et notre classe outre-Atlantique. »

 

https://agitationautonome.com/2019/10/24/au-chili-la-revolte-setend/?fbclid=IwAR3iKLYtrmbZdnV8O_BbGYVIehryGnSm4X04qMFfDAKorHWRF9OL6xhH42k#ref1

 
**************************************************************************

BRÉSIL

réforme des retraites : Émeutes en vue ?

image.png

 Des policiers tirent des gaz lacrymogènes, le 6 février 2014 à Rio de Janeiro pendant une manifestation contre la hausse du prix du ticket de bus

[Vanderlei Almeida / AFP]

 

« Cette réforme est jugée cruciale par les marchés pour assainir les finances publiques. Elle est considérée comme la pierre angulaire d’un vaste plan d’austérité visant à attirer de nouveaux investisseurs pour relancer une économie moribonde……

La réforme prévoit de fixer l’âge minimum de départ à la retraite à 65 ans pour les hommes et 62 ans pour les femmes, moyennant une période de cotisation de 40 ans pour une retraite à taux plein pour les hommes, 35 ans pour les femmes. L’ancien système faisait du Brésil l’un des rares pays qui n’exigent pas d’âge minimum, permettant aux femmes qui ont cotisé pendant 30 ans et aux hommes pendant 35 ans de toucher leur pension

Quelques heures avant le vote des sénateurs, le sentiment que l’approbation de la réforme était imminent avait été accueilli avec euphorie à la Bourse de Sao Paulo. »

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/bresil-la-reforme-des-retraites-approuvee-haut-la-main-20191023

 
***************************************************************************

« Ce retour à l’ordre et la propreté, tant souhaité par ceux qui voulaient recommencer à travailler, qui exhortaient les indigènes à rentrer chez eux en « ramassant leur bordel » a un goût d’amertume. C’est aussi un retour à l’ordre social, à l’ordre capitaliste. »

« EQUATEUR : LE GOÛT AMER DE LA VICTOIRE »

image.png

 

L’AUTO-ORGANISATION SPONTANÉE, UNE LOGISTIQUE À TOUTE ÉPREUVE

« Petit à petit, les gens se sont équipés de casques, les vendeurs de rues ont troqué les bonbons pour les masques de pharmacie, les gens ont commencé à recycler les bouteilles de 5L pour éteindre les lacrymos, à se fabriquer des boucliers avec des couvercles de cuisine, des cartons, des tonneaux de plastique, bref tout ce qui était à portée de main, à faire des barricades, en mettant ingénieusement à profit le mobilier urbain. L’entraide sur le front est devenue quotidienne…..

Vendredi soir, tandis que la police lançait des lacrymos sur des milliers de personnes rassemblées en contrebas de l’assemblée nationale, les manifestants ont formé des chaînes humaines de plusieurs centaines de mètres pour acheminer des pavés aux camarades qui luttaient en première ligne. Ce furent des moments profondément émouvants, d’une solidarité incroyable.

J’ai aussi vu de plus en plus de jeunes avec des molotov à la main. Entre jeudi et vendredi, c’est-à-dire après la mort de 5 personnes, ces bouteilles se sont multipliées par dizaines dans les manifs. »

https://lundi.am/Equateur-le-gout-amer-de-la-victoire

 
**************************************************************************

IRAK

la mobilisation contre le gouvernement reprend dans le sang

image.png

« des heurts ont fait au moins 40 morts vendredi à Bagdad et dans le sud du pays. Ce Samedi, les forces de sécurité ont tenté de repousser les manifestants, majoritairement des jeunes et sans emploi, massés aux abords de la place Tahrir et du pont al-Joumhouriya qui mène à la Zone verte où siège le Parlement, en tirant des grenades lacrymogènes ou assourdissantes……

les expressions tout à fait nouvelles de la contestation actuelle, en particulier son caractère «spontané, rassembleur et indépendant de tout leadership politique ou communautaire». Les manifestants ont dénoncé les tentatives de récupération du mouvement par certains partis politiques. Ils ont chassé sur la place Tahrir de Bagdad, haut lieu de rassemblement, des militants d’un parti venus leur distribuer des bouteilles d’eau et de jus de fruit……

Autre différence, la participation remarquée pour la première fois de jeunes femmes dans les manifestations vendredi alors qu’elles sont remarquablement invisibles dans le très mâle espace public en Irak. Nouveau signe d’une révolution. »

https://www.liberation.fr/planete/2019/10/25/en-irak-une-journee-de-manifestation-sanglante_1759713

orphelins du mouvement ouvrier ? 
 

Une banderole posée sur des locaux syndicaux à Beyrouth

« Le pouvoir aux travailleurs. Que tombe l’État du capital »

image.png

« Nous ne manifestons par contre la taxe Whatsapp, mais pour de l’électricité, de l’eau, du pain. »

https://www.marxiste.org/international/moyen-orient/liban/2586-liban-la-revolution-enflamme-les-rues

« Les manifestants sont, dans leur très grande majorité, des jeunes de 20 à 30 ans, issus effectivement de la classe moyenne. C’est la génération post-Taëf, l’accord qui a mis un terme aux quinze années de guerre civile, en 1989. Des jeunes qui n’ont pas vécu ces déchirements et qui ont donc peut-être moins d’inhibitions que leurs aînés, moins de réticences à renverser la table, avec tous les risques que cela peut comporter, dans un pays aussi fragmenté que le Liban……

Ces jeunes n’imitent personne. Leurs doléances sont ancrées dans un vécu très particulier. Mais il est évident qu’il y a des résonances des printemps arabes de 2011, dont on retrouve les slogans (« le peuple veut la chute du régime »), mais aussi de mouvements de révolte plus récents, comme les manifestations en Irak, au début du mois. Là aussi, les gens protestaient contre la corruption, la déliquescence des services publics et le chômage.»

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/22/les-jeunes-libanais-ont-moins-de-reticences-que-leurs-aines-a-renverser-la-table_6016479_3210.html

« Depuis jeudi dernier, des milliers de femmes ont rejoint les rangs de la contestation pour dénoncer également les inégalités dont elles restent victimes dans le pays, notamment en raisons de lois communautaires (mariage, divorce, héritage, etc). »

image.png

 Des manifestantes se tiennent debout et alignées devant des soldats libanais, au septième jour de mobilisation contre la hausse des taxes et la corruption de la classe politique, dans le village de Zouk Mosbeh, au nord de Beyrouth, le 23 octobre 2019. JOSEPH EID / AFP

https://www.lefigaro.fr/international/liban-la-mobilisation-se-poursuit-malgre-le-deploiement-de-l-armee-20191024

 
************************************************************************
ALGÉRIE

 

Semi-paralysie des écoles primaires

image.png

« Le ton a ainsi été donné, hier, par le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (Snte), qui a appelé les enseignants du primaire à observer une journée de grève……

Il y a lieu de signaler que la grève du Snte intervient au moment où des enseignants sans aucune couverture syndicale ont entrepris d’entamer une grève cyclique, tenue chaque lundi, massivement suivie qui plus est !

…… impossible de dire si la levée de boucliers des syndicats autonomes a un quelconque rapport avec l’apparition de ce mouvement de protestation, à savoir celui émanant de ces enseignants qui n’adhérent à aucun syndicat. »

https://www.lexpressiondz.com/nationale/semi-paralysie-des-ecoles-primaires-322566

 
***************************************************************************
 
“Commentaires sur la Catalogne”
image.png

 « Voici ce qu’on pourrait appeler l’avis « libertaire » standard sur les contradictions de la mouvance independantiste et les événements des dernières jours á Catalogne : dans ce texte on combine une description bien précis des faits (depourvu, néanmoins, de toute spéculation sur, par exemple, qui pourrait être à l’origine du Tsunami Democrátic ou sur la niveau d’ « autonomie » réel des CDR), auquel on ajoute une dose d’espoir pas exempte de circonspection de que la situation actuelle pouvait prendre une autre direction du seul fait —évident— que les ingredients nécessaires pour une telle eventualité sont, ils-aussi, largement présents. »

http://dndf.org/?p=18099

*****************************************************************************

FRANCE
 

« Discontinuité ou fin du mouvement des Gilets Jaunes ? »

image.png

« Mais peut-être l’anti destin des gilets jaunes est-il de continuer à exister…avec d’autres luttes même si elles n’ont qu’un rapport ténu d’avec le mouvement d’origine des mois de novembre/décembre à proprement parler. Ceci signifie reconnaître une discontinuité, une « petite mort » de ce mouvement et sa transmutation possible sous l’effet de milliers de personnes ayant désormais à cœur de lutter3. Cette brèche qui s’est ouverte est bien sûr à prendre en compte et doit nous faire évaluer quand être à leur côté et quand déjouer quelques pièges bien connus notamment de la part de forces qui ne les ont jamais rejoints… mais n’ont cessé d’escompter en tirer profit. »

 http://blog.tempscritiques.net/archives/3212

***************************************************************************
HONG KONG
image.png

« Animés par la colère après les violentes agressions dont ont été victimes cette semaine deux militants prodémocratie, des dizaines de milliers de Hongkongais ont bravé dimanche 20 octobre l’interdiction de manifester pour descendre dans les rues. »

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/20/a-hongkong-la-foule-defie-la-police-apres-l-agression-de-deux-militants-prodemocratie_6016222_3210.html

 
****************************************************************************

Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 19 octobre 2019

oiseaux 2

****************************************************************************

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog

***********************************************************************************

En Asie, la crainte d’une crise financière

« Si elle n’est pas maîtrisée, l’accumulation de dettes menace la stabilité financière, particulièrement dans l’environnement actuel, où les risques de chocs externes sont élevés », a mis en garde la Banque asiatique de développement dans un rapport publié fin septembre.

Il faut dire que la dette privée dans les pays émergents asiatiques, y compris en Chine, a augmenté des deux tiers depuis la crise financière de 2008, pour atteindre environ 170 % de leurs PIB. En cas de baisse brutale de la croissance mondiale ou d’une aggravation du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis le poids de la dette risque de devenir d’autant plus insoutenable qu’elle sert parfois à maintenir en vie des entreprises fragiles……

Selon le cabinet de conseil Deloitte LLP, le montant des créances douteuses détenues par les banques asiatiques s’élevait à 640 milliards de dollars en septembre, soit une hausse de 23 % par rapport à 2018. La moitié d’entre elles sont détenues par des établissements en Chine, ce qui a incité Pékin à intervenir pour éponger leurs dettes. En mai, Baoshang Bank, un établissement de Mongolie-Intérieure (Nord), dont le patron avait été arrêté, en 2017, pour corruption, est passé sous la tutelle de la Commission de régulation de la banque et de l’assurance. Fin juillet, la première banque d’Etat en Chine, ICBC, renflouait les caisses de la Banque de Jinzhou, dans le Liaoning (Nord-Est), et en août, Hengfeng Bank, dans le Shandong (Est), était à son tour sauvée par le fonds souverain CIC.

Point commun entre ces établissements : ils sont situés dans des provinces dont l’économie repose largement sur l’industrie lourde, particulièrement touchée par la crise. Pour soutenir l’activité, la Chine a laissé filer sa dette : son endettement total atteignait 303 % de son PIB au premier trimestre, contre 297 % un an plus tôt, d’après un rapport publié, en juillet, par l’IFF. Une politique en contradiction avec l’objectif de désendettement et de lutte contre les surcapacités industrielles, martelé par les autorités centrales depuis 2017.

Pékin a d’ailleurs promis, en février, de fermer, d’ici à la fin de 2020, des milliers d’« entreprises zombies »ces sociétés qui, sans un soutien public ou bancaire, ne sont pas viables économiquement. Problème, la faillite de ces sociétés est risquée, car elles font souvent vivre des villes entières.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/10/17/le-fmi-alerte-sur-la-dette-des-entreprises-en-cas-de-ralentissement-economique_6015797_3234.html

******************************************************************************** Lire la suite

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 12 octobre 2019

image.png
*********************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog
***************************************************************************
 

« Comme un fantôme de récession »

La récession est, aujourd’hui, crainte partout, dans les salles de marché, les comités exécutifs des entreprises, les bureaux des décideurs publics. Mais il ne s’agit pour l’instant que d’un fantôme dans un brouillard d’incertitudes, sauf dans quelques pays où elle semble prendre corps, comme la Turquie et  l’Allemagne ….

Ce qui rejoint la seule certitude du moment dans l’économie mondiale : tout ralentit. Depuis un pic fin 2017, la plupart des grands indicateurs d’activité se replient. Dans ses prévisions parues en septembre,  l’OCDE a corrigé à la baisse ses prévisions de croissance en 2020 de pratiquement tous les pays suivis. Dans ses perspectives à paraître cette semaine, le FMI risque de faire de même. Le mouvement est particulièrement marqué dans l’industrie. La production manufacturière mondiale avance deux fois moins vite qu’il y a dix-huit mois.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/comme-un-fantome-de-recession-1137746#utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=re_8h-20191007

 
****************************************************************************
 

Toujours d’actualité, à voir ou revoir

« Crise capitaliste au moyen orient »

8 OCTOBRE 2018 / GUILLAUME DELOISON

image.png

« Ce qu’il nous faut tenter de saisir, c’est en quoi les conflits aux moyen orient s’inscrivent dans le moment présent de la crise mondiale du capital, comprise non seulement comme crise économique mais aussi comme crise sociale, dans les conditions particulières de ces société. Il nous faudra saisir les déterminations de cette crise, sans ramener à un seul facteur – que ce soit la religion ou le pétrole – l’explosion sociale généralisée qu’est toute guerre civile. Tentons de saisir en quoi ce moment est aussi le nôtre. »

https://youtu.be/eb1DkqrtVvM

 
****************************************************************************

FRANCE

Les coupures de courant décidées par les fournisseurs d’énergie ont grimpé de près de 20% au premier semestre quand celles de gaz s’envolaient de 10%. Le médiateur de l’énergie dénonce une situation inquiétante.

D’après l’observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), près de sept millions de ménages sont considérés comme étant en situation de précarité énergétique.

http://www.lefigaro.fr/conso/le-nombre-de-coupures-d-electricite-pour-facture-impayee-s-envole-20191008

« J’espère qu’un jour, on renversera tout ça. »

Logement, transport, alimentation… Difficile de finir le mois pour des étudiants qui n’ont que quelques centaines d’euros par mois. Pour s’en sortir, certains ont trouvé une solution : voler dans les magasins.

https://www.streetpress.com/sujet/1570808925-etudiants-obliges-voler-pour-manger-grande-distribution-vie-chere

 
image.png

Au sixième, tout au fond à gauche, une dizaine de manifestants passent en comparution immédiate. Arrêtés l’avant-veille, lors de la marche pour le climat (sévèrement réprimée) qui coïncidait avec le 45e acte des Gilets jaunes, ils vont faire face à une justice expéditive et méprisante…….

David, tourneur-fraiseur………….

Sylvie, 51 ans, femme de ménage en province, en mi-temps thérapeutique pour cause de dépression……………

Robert………artisan métallier de 59 ans

Christophe, chauffeur poids-lourd

http://cqfd-journal.org/Alors-vous-etes-Black-block

« Après l’orage »

« après 10 mois d’un effort exemplaire, la conscience croît tandis qu’en pratique la dynamique s’épuise. Ces derniers temps, les Gilets Jaunes se greffent, de manifestations en manifestations, sur les combats parcellaires qui ont cours, pour les hôpitaux, le logement, l’éducation, les victimes de la police, le climat, etc. Ils abandonnent leur position de pointe, ne représentent plus le dépassement de ces luttes »

http://www.lisez-veloce.fr/tracts-2019/apres-lorage/

Dernière brochure « Echanges et mouvement »

image.png

************************************************************************************

EQUATEUR

Guerre des classes en équateur :

C’est ainsi que l’équateur se lève aujourd’hui jeudi 10 octobre *

– 7 morts, dont 1 nouveau-né

– 95 blessés graves

– plus de 500 blessés légers

– 83 personnes disparues, dont 47 mineurs

– plus de 800 détenus, dont la plupart dans les commissariats de police et les militaires

– 57 journalistes agressés par la police

– 13 journalistes emprisonnés

– 9 moyens de communication à l’écoute

– 26 politiciens arrêtés

– en outre, on rapporte la détention arbitraire de 14 citoyens vénézuéliens qui ne participaient pas aux marches

Aidez-nous à diffuser

* Coordinatrice Équatorienne de contrainformación

~ ce que les médias taisent les réseaux parlent *~

image.png

«Notre drapeau est rouge, comme le sang de la classe ouvrière!», Ont scandé des manifestants dans le centre-ville de Quito, où des murs recouverts de graffitis anti-Moreno et anti-FMI.

https://www.theguardian.com/world/2019/oct/09/ecuador-strike-lenin-moreno-latest

Une guerre asymétrique, qui se déroule à l’entrée sud de Quito. Des manifestants désarmés prennent un char blindé de l’armée et le jettent dans un fossé.

image.png

https://twitter.com/i/status/1181315764801982464

la fin des subventions étatiques sur le prix du carburant, avec pour conséquence une augmentation de 123% du jour au lendemain. Celle-ci a un effet très sensible dans un pays comme l’Équateur puisque les subventions touchent non seulement le carburant servant au transport individuel, mais aussi au transport public et à celui des denrées alimentaires, qui ont subi une hausse de prix généralisée.

D’autre part, une réforme du droit du travail avec notamment la réduction des congés payés des fonctionnaires de 30 à 15 jours.

https://www.iris-france.org/140720-manifestations-en-equateur-symbole-dun-revirement-annonce%E2%80%89/

« Des personnes protestant contre la hausse des prix du carburant ont occupé trois puits de pétrole lundi et contraint les autorités à en suspendre l’activité »

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/troubles-en-equateur-blocage-de-puits-de-petrole-la-production-touchee-2e6b7171f290f1e78c751fbed56e1de4

image.png

le palais présidentiel évacué

« Le palais présidentiel de Carondelet a été évacué lundi 7 octobre devant l’avance de quelques milliers d’indigènes à Quito.

le président Lenín Moreno a décidé de quitter la capitale en avion. Il a transféré le siège du gouvernement à Guayaquil, une ville côtière où les organisations indigènes sont peu présentes. »

http://www.rfi.fr/ameriques/20191008-manifestations-equateur-le-palais-presidentiel-evacue

********************************************************************************

ALGÉRIE

La police réprime la 33e marche des étudiants

« Scènes surréalistes à la rue Ali Boumendjel, la police interpelle sans distinction des dizaines de personnes notamment des personnes âgées, même les manifestants qui ont quitté le cortège sont pourchassés et arrêtés »

https://www.tsa-algerie.com/la-police-tente-demecher-la-33e-marche-des-etudiants-a-alger/

« La brutalité policière a atteint un niveau jamais vu depuis le début des marches, selon plusieurs étudiants interrogés »

« C’est une première depuis le début, en février, du mouvement inédit de contestation en Algérie : mardi 8 octobre, la police a tenté d’empêcher les étudiants de manifester à Alger comme ils le font chaque mardi, selon des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP) et des témoins. »

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/10/08/alger-la-police-tente-pour-la-premiere-fois-d-empecher-un-rassemblement-etudiant_6014718_3212.html

http://alencontre.org/afrique/algerie/algerie-la-repression-se-dechaine-les-etudiants-la-brave.html

image.png

 « Grève anarchique des enseignants du cycle primaire »

« Nous avons décidé de nous démarquer de tous les syndicats de l’éducation car nous ne croyons plus au mouvement syndical et nous savons que toutes ces organisations sont incapables de défendre nos droits en tant que travailleurs »

Organisée hier en dehors des syndicats autonomes, cette journée de protestation nationale des enseignants du primaire a combiné grèves et rassemblements aux quatre coins du pays. Lancée à travers les réseaux sociaux, cette action défend une plateforme de revendications visant à revaloriser la situation des instituteurs du primaire, parents pauvres du système éducatif en Algérie. Rendant compte de l’évènement à Bouira, sous le titre « grève anarchique », le quotidien Liberté qui pense sans doute plaire au lecteur moyen, aligne dans son compte rendu les qualificatifs « grève surprise », « débrayage anarchique », « sans le moindre préavis ».

http://www.algerieinfos-saoudi.com/2019/10/education.les-instituteurs-ne-veulent-plus-etre-les-parents-pauvres.html

**********************************************************************************

HONG KONG

Un homme et une femme, arrêtés dimanche, ont comparu devant le tribunal après leur arrestation pour s’être couverts illégalement le visage

L’interdiction du masque a été introduite en vertu de l’ordonnance sur les règlements d’urgence de l’ère coloniale, qui confère à la directrice générale, Carrie Lam, un pouvoir pratiquement illimité.

https://www.theguardian.com/world/2019/oct/07/hong-kong-protests-charges-anti-face-mask-laws

image.png

https://www.theguardian.com/world/gallery/2019/oct/07/hong-kong-protesters-defy-the-mask-ban-in-pictures

********************************************************************************

Lire la suite