« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 24 mars 2018

La Fed, les guerres commerciales et la récession

unnamed (3)guerre commerciale

« Dans des articles précédents, j’ai soutenu que si le coût d’emprunt augmentait alors que les profits et la rentabilité des entreprises diminuaient, la Fed pourrait provoquer une nouvelle récession, comme ce fut le cas en 1937 lors de la Grande Dépression des années 1930 lorsque l’autorité pensait que la dépression était terminée. Mais la rentabilité ne s’est pas rétablie, et l’augmentation des coûts d’emprunt n’a fait que réduire les recettes d’investissement et ainsi relancer l’économie.  Le risque est que cela puisse arriver à nouveau maintenant. »

https://thenextrecession.wordpress.com/2018/03/23/the-fed-trade-wars-and-recession/

******************************************************************************** Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 17 mars 2018

 SYRIE

« La possibilité pour le capitalisme de se dégager de la contradiction qui consiste à devoir reproduire en lui-même la force de travail (ce qui est la définition a minima de toute « société capitaliste ») tout en l’expulsant sans cesse du procès de valorisation pourrait consister à l’avenir dans l’expulsion effective dans des « zones grises » de masses de prolétaires surnuméraires, qui seraient seuls chargés de leur reproduction et auraient la liberté d’autogérer leur propre misère. La « déprolétarisation » à l’intérieur même du monde du capital se ferait alors sur le mode de l’extension du bidonville et de territoires en situation de guerre civile permanente. Il faut considérer ceci comme une hypothèse de sortie de crise pour le capital, à placer sur le long terme, mais dont les prémisses s’annoncent déjà, que ce soit en Syrie, mais aussi en Libye, au Mali, dans certaines zones d’Afghanistan, ainsi qu’aux marches de l’Europe, en Ukraine. »

https://carbureblog.com/2017/05/11/etat-societe-et-guerre-civile-en-syrie/
MASSACRE SANS FIN

Déclenchée il y a tout juste huit ans, le 15 mars 2011, à la suite de manifestations réclamant la démocratie, réprimées dans le sang par le régime de Bachar Al-Assad,la guerre de Syrie a fait plus de 350 000 morts

selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), organisme, proche de l’opposition. Dans cette guerre dévastatrice, les civils ont payé un lourd tribut. L’OSDH estime que près d’un tiers des personnes tuées sont des civils (106.390).

http://www.lefigaro.fr/international/2018/03/14/01003-20180314ARTFIG00343-guerre-en-syrie-sept-ans-apres-les-chiffres-chocs-d-une-tragedie-colossale.php Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 10 mars 2018

 « une situation pire que les niveaux d’avant 2008. » 

 » les crises financières mondiales passées indiquent qu’au cours de l’année 2018 ou peu après, il faut s’attendre à une  » correction  » du marché entraînant une baisse des prix des actions de 40-50 Si cela devait se produire, cela déclencherait une crise financière mondiale. »

CROLLO1

extraits en traduc google

Une analyse récente publiée sur le site Internet d’un think-tank de Londres, financé par les plus grandes institutions bancaires et financières du monde, donne l’alerte sur un accident imminent sur le marché boursier américain qui pourrait déclencher une nouvelle récession mondiale.

Le document, un expert de l’ économiste américain et ancien Houblon-Norman Fellow à la Banque d’Angleterre, est publié sur le site du Centre pour l’étude de l’ innovation financière (CSFI), qui organise chaque année une centaine de tables rondes invitant des experts en services financiers du Royaume-Uni et à l’étranger.

L’économie mondiale souffre d’une série de déséquilibres insoutenables qui ont été exacerbés par une expansion massive du crédit, ce qui a alimenté un excédent croissant de la dette qui est maintenant dans une situation pire que les niveaux d’avant 2008.

http://www.operaicontro.it/?p=9755750434

Lire la suite

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 3 mars 2018

le bilan humain du conflit syrien a été le pire au Moyen-Orient ces dernières décennies. 

Extraits en traduc google

En Syrie, la guerre qui a débuté à la mi-mars 2011 a causé des dommages physiques directs aux infrastructures et aux actifs productifs estimés à 68 milliards de dollars de 2011 à 2016. Le PIB syrien s’est contracté de 16% par an entre 2011 et 2015 et de 4% en 2016, ce qui signifie une perte cumulée de trois fois le PIB syrien en 2010 avant le début de la guerre.

Cette perte d’actifs et de production a coïncidé avec la perte de trois millions d’emplois, ce qui a porté le taux de chômage à 66% de la population active. En conséquence, 85,2% des Syriens sont tombés en dessous du seuil de pauvreté pendant le conflit armé et n’ont plus de besoins essentiels.

Outre les dommages physiques, le bilan humain du conflit syrien a été le pire au Moyen-Orient ces dernières décennies. Jusqu’à 460 000 personnes ont été tuées et 1,1 million blessées pendant la guerre. Le conflit a déplacé de force 11,5 millions de personnes, soit près de la moitié de la population du pays, laissant 2,8 millions d’enfants non scolarisés. On estime que l’économie syrienne a perdu au cours des années de guerre quelque 10,5 à 16,5 milliards de dollars de capital humain en raison de la seule perte d’années scolaires.

http://english.ahram.org.eg/NewsContentP/44/291877/Analysis/Costs-of-conflicts-in-the-Middle-East.aspx Lire la suite