« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 25 septembre 2021

image.png

***************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

***************************************************************************************************************

STATES

risque de « crise financière historique »

image.png

Dans une tribune publiée dans le Wall Street Journal, Mme Yellen prévient : « Le défaut pourrait déclencher une flambée des taux d’intérêt, une chute brutale des cours des actions et d’autres troubles financiers », écrit la ministre des finances de Joe Biden…

« En quelques jours, des millions d’Américains seraient à court de cash (…). Près de 50 millions de personnes âgées ne recevraient plus leur chèque de retraite et les soldats ne seraient plus payés »

Même si les Etats-Unis n’ont jamais fait défaut – « pas une fois », insiste Mme Yellen –, elle rappelle l’épisode de 2011, « qui a conduit l’Amérique au bord de la crise »

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/20/la-secretaire-americaine-au-tresor-met-en-garde-contre-le-risque-de-crise-financiere-historique_6095274_3210.html

***************************************************************************************************************

CHINE

« Quels sont les risques d’une faillite d’Evergrande ? »

«Selon une information du Wall Street Journal publié jeudi, les autorités centrales ont demandé aux gouvernements locaux et aux entreprises d’État de se préparer à une « possible tempête ». Il leur aurait été demandé de prévenir d’éventuels problèmes d’ordre public, mais aussi de prendre des mesures économiques de compensation en termes d’emplois et de transferts monétaires pour ceux qui seront les plus touchés par la faillite…

image.png

En réalité, au-delà même de cette crise, Evergrande apparaît comme un symptôme d’une économie chinoise qui, déjà, n’est plus capable, sauf à se lancer dans des bulles, de dégager une croissance forte. Elle est confrontée, après 30 années de croissance, aux mêmes problèmes que les économies occidentales : une incapacité de dégager des gains de productivité suffisants pour un développement capitaliste équilibré. Même si Pékin a les moyens de modérer les effets de cette crise sous-jacente, le pouvoir chinois n’a guère plus de solutions à ce problème structurel du capitalisme contemporain que ses pairs occidentaux ou japonais. Cette convergence signe sans doute la fin d’une époque. Désormais, les relais de croissance vont être faibles ou très risqués. Un nouveau régime de croissance faible s’annonce où la pression sur le travail et la nature va nécessairement s’accentuer. L’instabilité menace sans doute la Chine, mais pas seulement la Chine. »

« Evergrande, rends mon argent que j’ai gagné avec du sang et de la sueur ! »

« Ces dernières semaines, Xu Jiayin, qui a fondé Evergrande en 1996 dans la ville méridionale de Guangzhou, a exhorté ses 123 276 employés à s’unir et à « travailler dur face à l’adversité ». Dans une note envoyée en début de semaine, Xu a déclaré que l’entreprise allait bientôt « sortir de l’obscurité ».

Mais la perte de confiance en Evergrande et Xu, autrefois l’homme le plus riche d’Asie, a également conduit le personnel du conglomérat à rejoindre des membres ainsi que des acheteurs de maison à manifester devant le siège de la société dans le sud de la Chine.

« Evergrande, rends mon argent que j’ai gagné avec du sang et de la sueur ! » a crié un manifestant. »

https://www.theguardian.com/world/2021/sep/24/eerie-silence-as-evergrande-misses-payment-deadline

***************************************************************************************************************

ESPAGNE

L’oracle a parlé !

« Il y a une bombe sociale en Espagne qui va exploser si l’aide échoue »

« Il y a beaucoup de gens qui ont perdu leur emploi et qui auront beaucoup de mal à les retrouver. De nombreuses entreprises ont fermé et ne rouvriront pas. Ces réalités sont là et ne peuvent être ignorées. Attention car il y a une bombe sociale qui peut exploser si l’aide n’est pas bien gérée. »

https://www.lavanguardia.com/politica/20210919/7730883/juan-jose-omella-hay-bomba-social-espana-estallara-fallan-ayudas.html

***************************************************************************************************************

Des rues d’Athènes…

« Le 15 septembre, Efood, l’une des principales entreprises de livraison de nourriture en Grèce, a envoyé un message de chantage aux travailleurs dans lequel le passage à un contrat en tant qu’indépendant a été imposé, sous peine de perte de travail… de la musique qui a déjà été entendue à travers le monde mais qui joue pour la première fois en Grèce..

.image.png

La réponse des travailleurs masculins et féminins et de la partie de la société qui ne tolère pas les injustices ne s’est pas fait attendre : dans les jours qui ont suivi la publication du journal sur le passage du travail subalterne au travail indépendant, un boycott a fait chuter les revenus des efood et les critiques sur Google mettent des années et des années de publicité obsessionnelle d’Efood sur le tapis.

Aujourd’hui pourtant, les livreurs, principalement d’efood mais aussi de Wolt ou des employés de restaurants individuels, sont descendus dans les rues dans un serpent très bruyant et interminable de mobylettes (mais il y avait aussi quelques *temerar* à vélo !) qui ont traversé la centre d’Athènes pour rejoindre les bureaux d’Efood en banlieue. Convoquée par Sveod (Σ.Β.Ε.Ο.Δ.), un syndicat de base autonome basé à Exarcheia avec une nette majorité dans le secteur de la livraison et par Setxa (syndicat des travailleurs du tourisme lié au PAME), la marche d’aujourd’hui a suscité colère et solidarité sur les places et les boulevards d’Athènes. »

https://www.chicago86.org/lotte-in-corso/europa/grecia/1374-dalle-strade-di-atene

***************************************************************************************************************

ALGÉRIE: PLUS DE 1.000 HARRAGA ALGÉRIENS DÉBARQUENT EN ESPAGNE EN MOINS DE 3 JOURS

Plus de 1.000 migrants clandestins en moins de 3 jours, c’est le nouveau record d’arrivée d’Algériens sur les côtes espagnoles. Un chiffre qui atteste une tendance lourde de la jeunesse algérienne qui a perdu tout espoir d’un avenir meilleur face à la crise multidimensionnelle que traverse le pays…

image.png

de nombreux facteurs poussent davantage d’Algériens à prendre le risque de la migration clandestine.

D’abord, il y a la crise économique aiguë que traverse le pays à cause notamment des politiques économiques des dirigeants qui, au lieu de soutenir les entreprises durant cette période de Covid-19, ont beaucoup contribué à la faillite de nombre d’entre elles avec des mesures qui ont entrainé de nombreuses faillites, notamment au niveau des secteurs des BTP, automobile, électroménager…, avec à la clé des centaines de milliers d’emplois perdus et donc une hausse notable du nombre de chômeurs

Ensuite, les pénuries et flambées des prix qui touchent de très nombreux produits dont ceux de première nécessité ont appauvri davantage les familles algériennes. Cette paupérisation pousse certaines familles à encourager leurs enfants à tenter l’aventure face au désespoir qui prévaut en Algérie. Par ailleurs, la répression et la terreur, qui s’abattent sur de nombreux Algériens revendiquant tout simplement le changement du système à l’origine de tous leurs maux, poussent nombre d’entre eux à quitter le pays par tous les moyens. En outre, l’illusion d’un eldorado européen à quelques kilomètres des côtes algériennes motive les jeunes à tenter le pari, si périlleux soit-il.

http://afrique.le360.ma/algerie/societe/2021/09/22/35517-algerie-plus-de-1000-harraga-algeriens-debarquent-en-espagne-en-moins-de-3-jours-35517

« Des tentatives d’émigration clandestine avortées en forte hausse depuis la fin du mois d’août. En effet, 96 candidats à l’immigration clandestine ont été arrêtés durant la période s’étalant du 1er au 7 septembre, tandis que 196 autres ont été interceptés alors qu’ils tentaient de traverser la méditerranée, et ce, pour la seule période allant du 25 au 31 août. »

https://www.tsa-algerie.com/emigration-clandestine-les-algeriens-partent-par-centaines/

« L’Algérie est en situation de stagflation »

« si on analyse bien la situation du cas Algérie, à mon avis, parler d’inflation serait une erreur,  mais il s’agit plutôt de stagflation qui est à vrai dire, une équation paradoxale d’une croissance faible et d’une forte inflation.

En plus simple, c’est la combinaison d’un fort chômage et d’une stagnation économique accompagnée de façon paradoxale par de l’inflation. C’est le cas de notre pays dont la situation est caractérisée par un fort taux de chômage qui ne cesse d’augmenter avec une stagnation économique qui perdure avec une forte inflation non contrôlée. »

https://www.tsa-algerie.com/entretien-smain-lalmas-lalgerie-est-en-situation-de-stagflation/

***************************************************************************************************************

« Les jeunes ont faim et les riches sont au menu. »

Cette friandise est apparue pour la première fois au XVIIIe siècle, lorsque le philosophe Jean-Jacques Rousseau aurait déclaré : « Quand le peuple n’aura plus à manger, il mangera les riches ! » Mais aujourd’hui, cette phrase est partout sur Twitter et d’autres médias sociaux…

image.png

Selon un rapport publié en juillet par le groupe de réflexion de droite Institute for Economic Affairs (IEA), les jeunes Britanniques ont pris un virage résolument à gauche. Près de 80 % blâment le capitalisme pour la crise du logement, tandis que 75 % pensent que l’urgence climatique est « spécifiquement un problème capitaliste » et 72 % soutiennent une nationalisation radicale. Au total, 67% veulent vivre dans un système économique socialiste …

Plus d’un tiers des travailleurs sous contrat zéro heure – souvent sans savoir combien ils seront payés de semaine en semaine – ont moins de 25 ans , tandis que de nombreux autres sont dans un « faux travail indépendant », où ils sont enregistrés comme travailleurs indépendants. mais travaillent en réalité à contrat pour un employeur tout en étant privés de droits tels qu’un salaire minimum ou une indemnité de vacances. Le marché libre leur apporterait la liberté, leur a-t-on dit ; au lieu de cela, cela leur a donné de l’insécurité

Cela ne veut pas dire que les jeunes se sont transformés en socialistes révolutionnaires engagés, mais parmi les millennials familiers de Karl Marx, la moitié a une opinion positive de lui, contre 40 % de la génération X et seulement 20 % des baby-boomers . »

https://www.theguardian.com/politics/2021/sep/20/eat-the-rich-why-millennials-and-generation-z-have-turned-their-backs-on-capitalism

*****************************************************************************************************

UK

Les jours d’après….

« temps très, très difficiles à venir pour des centaines de milliers de personnes dans ce pays »

le choc des prix de l’énergie pourrait déclencher une semaine de trois jours pour les usines et de nouvelles lacunes dans les rayons des supermarchés…

image.png

« Maintenant, nous voyons que les prix de l’énergie vont augmenter, et nous avons déjà vu que la croissance de l’inflation est plus rapide qu’elle ne l’a été pendant une génération. Il y a la possibilité de temps très, très difficiles à venir pour des centaines de milliers de personnes. »

https://www.theguardian.com/politics/2021/sep/20/no-10-warned-energy-crisis-and-cuts-could-plunge-households-into-hardship

***************************************************************************************************************

« Les loyers, c’est la grande question sociale aujourd’hui »

https://www.bastamag.net/Referendum-Berlin-crise-du-logement-augmentation-des-loyers-socialiser-les-groupes-immobiliers

Le leader du syndicat allemand Ver.di a qualifié le loyer d’équivalent au 21e siècle du prix du pain, le déclencheur historique des troubles sociaux

.image.png

La dette immobilière existante pourrait semer les graines de la prochaine crise économique si les coûts d’emprunt commencent à augmenter. Niraj Shah de Bloomberg Economics a compilé un tableau de bord des pays les plus menacés d’une bulle immobilière, et affirme que les indicateurs de risque sont des « avertissements clignotants » à une intensité jamais vue depuis la crise financière de 2008.

https://www.bloomberg.com/news/features/2021-09-19/global-housing-markets-are-hurting-and-it-s-getting-political

***************************************************************************************************************

ITALIE

«  Insurgeons-nous pour revoir les étoiles »

« Le samedi 18 juillet, une grande manifestation est organisée à Florence. Ils sont 25 000 venus de toute l’Italie et emmenés par les occupants de l’usine. Il y a des lustres que l’on a vu une telle mobilisation. En tête du cortège une grande banderole : «  Insurgeons-nous pour revoir les étoiles ». Elle résume mieux que tout l’état d’esprit des manifestants et le sens de leur combat. On ne vit pas innocemment à Florence : Dante écrit dans le dernier vers de L’Enfer dans la Divine comédie «  Nous nous sommes levés pour voir les étoiles »…

 image.png

Ici et maintenant, le Collectif a lancé un appel pour la manifestation : « Ne descendez pas dans la rue pour nos problèmes de travail, venez y avec vos problèmes et que notre lutte ouvre la voie à un fleuve plein de revendications ». La manifestation ne concerne pas que la GKN, elle est placée sous le signe d’une réforme générale des règles sur le travail. Dans la rue et sur les places, les habitants de Florence applaudissent les manifestants. »

https://blogs.mediapart.fr/hugues-le-paige/blog/210921/italie-une-insurrection-pour-revoir-les-etoiles

***************************************************************************************************************

Hic Salta – Communisation

Travail productif, question féminine et autres problèmes fâcheux. Réponse à «Temps Libre»image.png

La revue québécoise « Temps Libre » (TL) consacre son numéro deux à la question de l’analyse de classe. Dans ce cadre, elle consacre toute une section à notre livre Le Ménage à trois de la lutte de classe (Éd. L’Asymétrie, 2019). Après quelques brefs compliments, TL s’efforce de montrer que notre théorie de la classe moyenne n’est pas correcte. Voyons ce qu’il en est. Lire la suite…

http://www.hicsalta-communisation.com/accueil/travail-productif-question-feminine-et-autres-problemes-facheux-reponse-a-temps-libre

***************************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 18 septembre 2021

image.png

**************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

************************************************************************************************************

Faux dieux, nouveaux horizons

« Les théoriciens de l’automatisation pensent que l’accélération du rythme de la productivité a été la principale raison de la baisse de la demande de main-d’œuvre. Les outils automatisés et les ordinateurs prennent nos emplois parce qu’ils deviennent exponentiellement meilleurs que nous. Dans « Automatisation », Benanav réfute catégoriquement cela. La productivité a augmenté ces dernières années, mais à un rythme beaucoup plus lent qu’au cours du boom manufacturier d’après la Seconde Guerre mondiale. La baisse de la demande de main-d’œuvre, affirme-t-il, est principalement due à la stagnation mondiale de la croissance économique depuis les années 1970…..

image.png

L’afflux de travailleurs dans le secteur des services et dans d’autres secteurs instables sous la pression de la détérioration des conditions économiques conduit Benanav à définir notre époque comme celle d’un sous-emploi généralisé, et non du chômage. Les travailleurs ne disposent généralement pas des réserves financières qui leur permettraient de vivre un certain temps sans un revenu stable. S’ils perdent leur emploi, ils doivent se démener pour en trouver un nouveau. Mais comme de nombreux emplois actuels assurent à peine la subsistance, les personnes sous-employées se retrouvent dans une situation de double contrainte. Benanav explique de manière convaincante que les emplois de merde sont une caractéristique du capitalisme contemporain, et non un défaut. »

https://www.laidoffnyc.com/false-gods-new-horizons/

**********************************************************************************************************************

Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

Ces dernières semaines, les preuves se sont multipliées que le marché boursier américain – et donc la plupart des marchés boursiers mondiaux des pays développés, à l’exception de la Chine – sont dans une bulle. De plus, cette bulle serait dans un état avancé et constituerait probablement la plus grosse bulle d’actions de tous les temps…

image.png

Ces obligations d’État sont aujourd’hui l’actif le plus senior du système financier américain. Leurs rendements représentent le taux de rendement « sans risque » par rapport auquel tous les actifs risqués (y compris les actions) sont évalués. Ainsi, lorsque la Fed a généré cette bulle sur le marché du Trésor, elle a ouvert la voie, et a par la suite déclenché, une bulle sur tous les autres grands marchés d’actifs financiers et réels (dans ce dernier cas, nous nous référons notamment aux matières premières) …

afin d’avoir un effondrement, il est nécessaire que les actions avec un poids plus important montrent des échecs graves, brisant la tendance favorable précédente. Même si la plupart des 500 entreprises du marché global étaient dans une tendance baissière, si les actions les plus pondérées NE changent PAS de pitch, il est pratiquement impossible que le marché dans son ensemble (représenté par l’indice S&P500) s’effondre. D’autres signaux particulièrement pertinents sont plus techniques et nous ne les aborderons donc pas ici, il suffit de noter qu’un indicateur en particulier, le soi-disant. « Hindenburg Omen » (qui est lui-même composé d’une série de conditions spécifiques), présent avant tous les krachs boursiers des 40 dernières années, a été déclenché à plusieurs reprises ces derniers mois.

Dès lors, les conditions d’un effondrement sont là…

Naturellement, la question pratique immédiate, qui se pose spontanément, est : …… quand cette bulle va-t-elle éclater ? 

La secrétaire d’État au Trésor Janet Yellen prévient que sans relèvement du plafond de la dette, le gouvernement américain pourrait manquer d’argent

«Une fois que toutes les mesures disponibles et les liquidités en main seront entièrement épuisées, les États-Unis d’Amérique seraient incapables de faire face à leurs obligations, pour la première fois de notre histoire»

En Australie, dans un article publié vendredi dernier, le commentateur financier du Sydney Morning Herald, Stephen Bartholomeusz, a averti que les États-Unis pourraient être à quelques semaines seulement d’un défaut de paiement de la dette qui plongerait «l’économie américaine et les marchés financiers mondiaux dans le chaos».

https://www.wsws.org/fr/articles/2021/09/16/eurf-s16.html

***************************************************************************************************************************

ALLEMAGNE

 Des grèves ont lieu dans les hôpitaux publics de Berlin

L’hôpital berlinois de la Charité, le plus grand d’Europe avec 15.000 salariés

« Des grèves ont lieu dans les hôpitaux publics de Berlin. Outre les demandes adressées aux employeurs pour plus de personnel, pour des allégements de charges et pour l’intégration des employés des filiales de Vivantes dans le TVöD, le mouvement insiste également sur des changements plus profonds : Couverture autonome au lieu d’un financement forfaitaire, remunicipalisation et système de santé fondé sur les besoins. Cependant, l’impressionnante capacité d’auto-organisation et de coordination des travailleurs hospitaliers, sur laquelle s’appuient les luttes actuelles (cf. notre entretien avec une infirmière de soins intensifs à Vivantes), montre qu’il existe un potentiel dans les luttes pour développer un horizon qui dépasse le bricolage immanent d’un système de santé dans une société malade du capital…

image.png

comment des perspectives de transformation plus larges, littéralement radicales, peuvent-elles être développées au sein des conflits actuels, parallèlement aux revendications liées à la négociation collective, et comment peuvent-elles être incluses dans l’action pratique ? L’inclusion de la revendication d’une répartition équitable du travail de soins entre les sexes dans son ensemble et la tentative d’établir des liens avec le mouvement pour le climat (cf. l’entretien avec la soignante) montrent qu’il y a déjà des développements dans cette direction. Comment les pousser plus loin et dans quelles formes pratiques de lutte commune peuvent-ils s’exprimer ?

Deuxièmement, quel potentiel les luttes actuelles ont-elles pour aller au-delà du donné ? Comme le montre l’entretien avec l’infirmière, ce potentiel est évident dans les expériences de mise en réseau, de coopération et de coordination avec les travailleurs de la santé sur leur propre lieu de travail et sur d’autres. La coordination du débrayage à la base et la capacité exprimée avec assurance de le modeler selon les critères de la sécurité des patients indiquent la possibilité réelle de pouvoir organiser des soins orientés vers les besoins sur l’ensemble de soi-même et de supprimer les patrons – peu importe qu’ils soient fournis par une société privée ou l’appareil d’État municipal. Il serait fatal que ces expériences et capacités, acquises et développées dans la lutte, ne soient considérées qu’à la lumière de leur importance pour la mise en œuvre des exigences de la convention collective et qu’elles soient ainsi appropriées d’une manière quasi immanente au système syndical.4 De tels moments de dépassement devraient plutôt être sauvés, nommés, rendus visibles et renforcés en vue de la possibilité réelle et de la nécessité d’une transformation radicale à partir d’une canalisation conforme au système. Il faudrait les mettre en relation avec la question qui a déjà été soulevée ici par un kinésithérapeute :  » comment construire une pratique collective qui vise à mettre le système de santé entre nos mains, c’est-à-dire entre les mains des personnes qui y travaillent et des patients « .

https://communaut.org/de/den-moeglichkeitssinn-schaerfen?fbclid=IwAR1ULq2rJAcLInohgiGoYNDxpphKumxXr09CtpeXt59GmvvCOlUdUUldq3s

**********************************************************************************************************************

STATES

« LE COVID ET « LA GRANDE DÉMISSION » »

Charles Reeve

image.png

Depuis quelques mois, un étonnant phénomène social accompagne l’épidémie de Covid 19 aux États-Unis. Des centaines de milliers de salariés quittent leurs emplois, le chiffre dépassait, en avril 2021, les quatre millions et continue depuis d’augmenter à un rythme soutenu. On appelle désormais le phénomène : « La grande démission ». Au pays de la « libre entreprise » et de la « main invisible », les motivations ne sont pas faciles à cerner et son ampleur questionne. Charles Reeve essaye de creuser ici ce que peut signifier cette vague de démissions. Son introduction est suivie de la traduction d’un entretien réalisé par le site américain Hard Crackers avec une psychothérapeute ayant démissionné cet été…

 « Un ressort s’est cassé, jusqu’à quel point ?  »

« Qu’est donc « la grande démission » ? Une addition multiple, massive, d’attitudes individuelles, liées les unes aux autres, engendrées par une situation commune. Expression d’un refus qui, s’il reste non collectif, possède une force de dérangement qui ne peut pas être ignorée, sous-estimée. Il s’agit, dans un premier temps, d’un moment de rupture, comme un arrêt sur image dans le film d’horreur où nous sommes des figurants. Un moment d’arrêt positif, qui implique, nécessairement, une réflexion sur soi, sur la place de l’individu social dans la machine. La reproduction du capitalisme continuant, cette rupture est vouée à l’impasse. Pour qu’une suite se profile, il faudrait qu’une réponse collective prenne forme, ouvrant la voie à un projet social de réorganisation du monde, vers une autre vie, vers un autre sens. Un inconnu à inventer. Nous n’en sommes pas là. »

https://lundi.am/Le-Covid-et-la-grande-demission

***********************************************************************************************************************

UK

« l’utilisation des banques alimentaires va monter en flèche »

« La Resolution Foundation affirme que le gouvernement s’engage dans la plus grande réduction des aides sociales du jour au lendemain de l’histoire moderne, la comparant à la réduction désastreuse de l’aide au chômage pendant la Grande Dépression de 1931.»

https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/sep/14/the-guardian-view-on-benefit-cuts-the-fight-against-poverty-is-on

https://www.ft.com/content/ea096afa-7747-4763-811f-46e79dd41990

« plus de douleur à venir »

Yael Selfin, économiste en chef chez KPMG UK, a déclaré qu’il y aurait probablement « plus de douleur à venir » une fois le congé terminé, et alors que les entreprises ont du mal à embaucher du personnel….

https://www.theguardian.com/business/2021/sep/14/uk-payrolls-covid-job-vacancies-hotels-pubs-restaurants-staff

image.png
l’emploi total, selon l’enquête sur la population active, est toujours inférieur à ses niveaux d’avant la pandémie – et que le chômage de longue durée (ceux qui sont sans travail depuis au moins un an) est en augmentation….

«La création d’emplois se poursuit à un rythme soutenu au Royaume-Uni, mais on ne sait pas encore combien de temps cela peut durer. La fin de ce mois voit le retrait du régime de congé, et avec 1,6 million de personnes dont le salaire est toujours subventionné d’une manière ou d’une autre, il est malheureusement peu probable que toutes ces personnes soient maintenues dans un emploi à temps plein. »

https://www.theguardian.com/business/live/2021/sep/14/uk-payrolls-pre-pandemic-levels-record-vacancies-unemployment-jobs-oil-us-inflation-business-live

**************************************************************************************************************

ALGÉRIE

le salarié algérien en mode survie

L’érosion du pouvoir d’achat des Algériens se constate au quotidien. La hausse constante des prix des produits de consommation couplée au chômage mettent à rude épreuve leurs portefeuilles. En dix ans, la valeur du salaire moyen en Algérie a été divisée par deux, alors que les prix n’ont pas cessé de grimper. Les couches sociales défavorisées n’en peuvent plus…

La classe moyenne, colonne vertébrale de toute économie florissante et garante de la stabilité sociale, a quasiment disparu en Algérie, sous le double effet de la hausse des prix et la fermeture d’entreprises privées…

« Nous sommes en stagflation » 

Selon Mohamed Achir, docteur en économie, l’Algérie se trouve « carrément dans une situation de stagflation » qui décrit une conjoncture économique associant « une augmentation galopante des prix des produits de consommation de base » et « un taux de chômage très important »…

https://www.tsa-algerie.com/erosion-du-pouvoir-dachat-le-salarie-algerien-en-mode-survie/

« Les autorités algériennes accentuent la répression contre les militants du Hirak en Kabylie, où les arrestations de citoyens et journalistes se multiplient….

Outre les citoyens, les hommes de médias sont aussi ciblés par cette nouvelle vague d’arrestations que les autorités souhaitent orientées vers ceux qui continuent à résister face au régime, après l’arrêt des manifestations du Hirak à Alger et dans certaines régions du pays. En effet, la contestation reste vivace au niveau de la Kabylie…

Actuellement, plusieurs centaines de personnes en lien avec le mouvement de protestation prodémocratique Hirak ou accusées d’être des sympathisants du MAK sont en prison »

http://afrique.le360.ma/algerie/politique/2021/09/14/35451-algerie-arrestations-la-chaine-de-citoyens-et-de-journalistes-la-junte-veut-installer-la

***************************************************************************************************************

CHILI

[Santiago, Chile. September 11, 2021]


image.png

*****************************************************************************************************************

FRANCE

À la fête de l’Huma, «tout le monde déteste la police»

la Fête de l’Huma qui se tenait de vendredi à ce dimanche, a commencé comme à l’accoutumée par une succession de concerts. C’est au cours de l’un d’entre eux que vendredi soir, les participants se sont mis à scander tous en chœur le slogan désormais bien connu : «Et tout… le monde… dé-teste la po-lice !»..

C’est le rappeur marseillais Soso Maness, sur scène à ce moment-là, qui a encouragé le public à exprimer son animosité à l’égard des forces de l’ordre, en critiquant ouvertement entre deux de ses chansons le film Bac Nord, qu’il accuse de donner une image méliorative de la police, éloignée selon lui de la culpabilité des policiers marseillais dont l’histoire est mise en scène. Ce film, tiré d’une histoire vraie, s’inspire partiellement de faits réels ayant conduit à de nombreuses gardes-à-vue au sein de la Brigade anti-criminalité de Marseille, mais la plupart des policiers ont ensuite été relaxés en première instance

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/a-la-fete-de-l-huma-tout-le-monde-deteste-la-police-20210912

Le secrétaire national du PCF « ne cautionne pas du tout » les propos anti-police tenus au concert de Soso Maness

https://www.bfmtv.com/politique/le-secretaire-national-du-pcf-ne-cautionne-pas-du-tout-les-propos-anti-police-tenus-au-concert-de-soso-maness_VN-202109120127.html

***************************************************************************************************************************

AFRIQUE DU SUD

« Même sans le virus, la situation serait terrible »

« Déjà très élevé avant la pandémie, le taux de chômage a continué de progresser et a atteint 34,4 % au deuxième trimestre, 44,4 % en incluant ceux qui ont abandonné l’idée de chercher un travail. L’économie s’est contractée de 7 % en 2020, en raison de la crise sanitaire. »

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/09/15/meme-sans-le-virus-la-situation-serait-terrible-le-coup-de-grace-du-covid-sur-l-economie-sud-africaine_6094743_3234.html

*****************************************************************************************************************

GRECE

Le chômage grimpe, la pauvreté s’étend

La cohue lors des actions solidaires le prouve actuellement : la pauvreté fait des ravages et cela ne cesse d’empirer. Des familles entières de Grecs précaires se retrouvent à la rue ou hébergées chez des proches, dans l’impossibilité de joindre les deux bouts. Le chômage a explosé, même si les chiffres officiels ne montrent pour l’instant qu’une partie de cette hausse, ne prenant pas en compte les nombreuses catégories non indemnisées. Cette semaine, Eurostat vient d’annoncer que la Grèce bat tous les records de chômage des jeunes en Europe pour le mois de juillet 2021.image.png

Forte hausse du prix des produits de première nécessité.

Dans ce contexte de paupérisation galopante, l’augmentation annoncée des aliments de base risque d’être une catastrophe pour beaucoup. On parle, par exemple, d’un bond du prix du pain, alors que les Grecs sont parmi les principaux consommateurs en Europe, ou encore des pâtes, du café… de 20 à 40% !

Les factures d’électricité augmentent de 50% ! Au niveau de l’énergie aussi, de nombreuses hausses sont apparues dès le mois d’août et inquiètent fortement les plus pauvres. La Grèce peine à se fournir en électricité et le coût global de son approvisionnement a augmenté de 70% depuis début 2021. Elle est désormais le marché le plus cher de l’électricité en Europe, avec un prix de 157 euros le mégawattheure. Non seulement, c’est un problème immédiat pour les classes populaires, mais cela amplifiera aussi la hausse générale des prix qui a déjà commencé ces derniers mois.

http://blogyy.net/2021/03/15/nombreuses-manifestations-contre-la-societe-autoritaire/

*********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 11 septembre 2021

image.png

***************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

************************************************************************************************************************

Afghanistan Papers : superbe exposé d’une guerre bâtie sur des mensonges

« un récit édifiant sur la façon dont une guerre peut durer des années, longtemps après qu’elle n’a plus de sens. »

image.png

https://www.theguardian.com/books/2021/sep/05/the-afghanistan-papers-review-craig-whitlock-washington-post

************************************************************************************************************************

Les nôtres

je viens d’apprendre coup sur coup les décès de deux camarades, Alan et Gilles, à qui je faisais parvenir ma petite chronique du samedi

************************************************************************************************************************

Entretien avec un travailleur radical thaïlandais

« Une nouvelle faction radicale de la classe ouvrière a émergé le mois dernier au milieu du mouvement démocratique thaïlandais. Connu sous le nom de Thalugaz , le groupe est nettement plus audacieux, plus violent et virulent anti-État que le reste du moment jusqu’à présent. Gabriel Ernst fait le point sur la situation actuelle à Bangkok et interviewe un coordinateur principal de Thalugaz..

.image.png

Au cours des dernières semaines, il y a eu des manifestations violentes constantes dans le quartier de Din Daeng à Bangkok. Din Daeng est un quartier extrêmement défavorisé de la capitale, en particulier après la mise en place de mesures de confinement strictes lors de la dernière vague de la pandémie de Covid, sans pratiquement aucune aide économique. Depuis la mi-août, des jeunes majoritairement locaux de la classe ouvrière combattent la police avec des armes improvisées comme des feux d’artifice, des petites bombes artisanales, des lance-pierres et des cocktails Molotov. Cette série de combats a été particulièrement différente des précédentes manifestations du mouvement démocratique thaïlandais, car elles sont nettement plus violentes et leur fréquence augmente…

En quoi n’êtes-vous pas représenté par d’autres groupes de protestation ?

Ce sont des intellectuels de la classe moyenne. Nous ne sommes pas des intellectuels. Nous sommes la classe ouvrière, il y a un fossé là-bas. Ils ont ce concept de lutte contre la police, qu’ils attendent que la police frappe d’abord et qu’ils réagissent ensuite. Pour nous, nous sommes agressés par la police toute notre vie, ils ont toujours frappé en premier, ils nous traitent comme des merdes, c’est notre justification.»

« Des centaines de manifestants ont défilé, samedi 7 août, dans les rues de Bangkok…Les défilés ont donné lieu à des heurts, la police tirant avec des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes, alors que des manifestants armés de lance-pierres et de cocktails Molotov ont incendié un fourgon des forces de l’ordre. »

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/09/a-bangkok-les-thailandais-reclament-des-vaccins-et-la-democratie_6090974_3210.html

************************************************************************************************************************

VIETNAM

« ce sont les pauvres qui ont été les plus durement touchés »

image.png

« Alors que des restrictions plus strictes ont été progressivement introduites depuis le début du mois de juin, ce sont les pauvres qui ont été le plus durement touchés. Les usines et les marchés ont reçu l’ordre de fermer, et avec eux des milliers d’emplois. Les chauffeurs de taxi, les vendeurs de nourriture dans la rue, les ouvriers d’usine et les ouvriers du bâtiment, qui étaient déjà proches du seuil de pauvreté, n’ont pas pu gagner de l’argent pendant des mois et sont coincés dans des logements précaires et surpeuplés dans les points chauds du Covid. 

Les statistiques officielles indiquent que 3 à 4 millions de personnes à Hô Chi Minh-Ville ont plongé dans des difficultés financières en raison de la pandémie.»

https://www.theguardian.com/global-development/2021/sep/08/hunger-was-something-we-read-about-lockdown-leaves-vietnams-poor-without-food

***********************************************************************************************************************

VACCINATION ET PASS SANITAIRE

Signalé par Faber X-Ram

[Un article de Michele Castaldo sur la question de la vaccination et du Green Pass, qui contient des pistes intéressantes, notamment la tentative d’aller au-delà de la fausse opposition entre les deux intégrismes ′′ pro-vax ′′ et ′′ anti-vax ′′ en plaçant la question à l’examen intérieur d’une critique du mode de production capitaliste et de l’individualisme libéral plus ou moins camouflé.]

image.png

 « […] Or, le mode de production capitaliste vit sur des lois simples : production et consommation ; augmentation de la production et de la consommation ; et encore augmentation de la productivité et de la consommation de toutes sortes de marchandises, y compris les marchandises de la santé, inanimées et animées, c’est-à-dire les infirmières, les médecins et les scientifiques […].

[…] Cependant, comme il s’agit d’un mécanisme qui englobe la production d’une infinité de biens, beaucoup d’entre eux sont contradictoires. Je vous donne un exemple : vous avez besoin d’un chauffeur routier très efficace et lucide et en même temps, pour qu’il puisse faire face au super travail qu’il doit faire, il doit prendre des amphétamines et des sédatifs, et vous le rendez stupide, avec tous les désastres que cela peut entraîner.

D’un autre côté, une industrie a besoin que ses travailleurs soient en bonne santé afin d’être aussi performants que possible plutôt que de tomber malade et de mettre la production en crise, donc si une pandémie est en cours, l’industriel veut que son travailleur soit protégé, non pas parce qu’il l’aime, non, mais parce que cela sert ses profits.

Une pandémie sévit depuis environ deux ans et le chaos règne parmi tous les acteurs concernés, non seulement en raison d’analyses différentes de ses origines, mais aussi de sa gravité et, par conséquent, de la manière d’y faire face.

Les politiques se tournent vers le monde scientifique pour trouver une solution, et la plus immédiate, outre la mise en soins intensifs des personnes les plus touchées, est de [promouvoir] la nécessité de vacciner la population afin d’obtenir une immunité de groupe. Les grands groupes produisant les vaccins interviennent immédiatement et proposent des contrats capestro aux Etats afin de pouvoir commencer à vacciner.

Le vaccin ne s’attaque donc pas à la nature de la maladie, c’est-à-dire aux causes de la fameuse propagation des virus d’autres espèces animales à l’homme, mais tente de courir après eux pour empêcher leur propagation. On ne demande donc pas aux entreprises pharmaceutiques de faire une révolution sociale, mais de remédier à un mal. On demande la même chose aux infectiologues, aux épidémiologistes et aux autres personnes sur le terrain, à savoir [développer] des mesures telles que l’espacement individuel, le masquage, la désinfection des mains, etc. Les gouvernements sont invités à prendre les mesures appropriées pour sortir [la population] de la pandémie. […]

Comment [la population] a-t-elle réagi ? De la manière la plus composite, c’est-à-dire en fonction de ses caractéristiques mûries au cours de plusieurs siècles du mode de production actuel, et des coûts immédiats à payer pour les restrictions que les gouvernements ont tenté d’imposer. Il ne fait aucun doute que parmi les secteurs les plus touchés figure la classe moyenne productive et distributive qui, déjà décimée par la crise, se frappe la tête contre le mur parce qu’elle est poussée au bord du gouffre, tandis que les grandes puissances économiques pressent les forces politiques de gouvernement et d’opposition, ainsi que les syndicats de travailleurs, pour uniformiser une attitude nationale et surmonter une phase compliquée.

Si l’on pose la question de cette manière, comment essayer de démêler l’écheveau par rapport à la pointe de l’iceberg que représente la question des vaccins, qui est l’élément qui a totalement désorienté l’ensemble de la gauche, y compris les plus extrémistes ? Vaccins oui, vaccins non, vaccins « ni », jusqu’à mettre en jeu le droit individuel, ou le libre arbitre de décider de se faire vacciner ou non. […]

Le principal problème qui est apparu jusqu’à présent est qu’il n’y a pas eu de réelle mobilisation pour dénoncer les origines de l’épidémie […] En bref, le Covid-19 a été accepté [par les populations] comme un événement naturel qui est arrivé aux humains, c’est-à-dire de manière totalement passive, où donc la meilleure solution semblait être celle des vaccins, c’est-à-dire une solution capitaliste à un dommage causé par le mode de production capitaliste. Le vrai drame, c’est donc celui-ci, dont on ne parle pas.

Par conséquent, si la seule solution contre le Covid-19 est le vaccin, celui qui le refuse est soit un idiot, soit un criminel […] En d’autres termes, une foi aveugle dans la science, parce qu’elle est neutre, donc au-dessus des partis, et donc la seule capable de nous sortir de la pandémie et de nous remettre sur les rails pour surmonter une crise économique qui risque de devenir sociale et aux conséquences imprévisibles.

A cette avalanche politique et culturelle écrasante qui avance, derrière laquelle se déplacent les lois de l’économie, en Occident et dans le monde entier, sans se faire d’illusions sur les pays ex-communistes de l’Est, la pire façon de s’opposer est de revendiquer le droit individuel au libre arbitre.

[…]

Après avoir répété que nous vivons dans un mode de production capitaliste et que, par conséquent, toute solution ne peut qu’avoir les caractéristiques du capitalisme, c’est-à-dire l’extraction du profit maximum, nous nous demandons : à quelle logique sont appelés à répondre les grands groupes pharmaceutiques pour produire des vaccins ? La logique est double : a) faire un maximum de profits ; b) produire un médicament qui permettra d’enrayer la pandémie et de remettre le capital sur les rails. De nombreux autres facteurs jouent un rôle dans l’un et l’autre, mais l’un n’exclut pas l’autre […] et vouloir forcer le contraire est une erreur, parce qu’on nie non pas l’éthique wébérienne du capitaliste bourgeois ou du capitaliste bourgeois, mais parce qu’on nie le caractère tout à fait objectif de devoir tenir ensemble les deux facteurs : enrayer la pandémie et extraire le maximum de profit. Les droits individuels font donc partie de l’équation au même titre que le chou dans la boîte à biscuits, et le fait de les revendiquer favorise la complémentarité des deux facteurs que sont la science et l’économie et rend la science de plus en plus fonctionnelle pour l’économie. Ce qui manque dans tout cela, c’est une vue d’ensemble, une vue qui fait que la valeur d’un tout est supérieure à la somme de ses parties. Cela signifie que l’État peut agir contre les imbéciles qu’il veut utiliser comme cobayes, mais qu’il doit m’accorder la liberté de ne pas être vacciné. Si les intérêts économiques d’une classe moyenne commerciale, comme les restaurateurs, sont à l’origine de cette revendication, c’est de bonne guerre. Il s’agit, à y regarder de plus près, d’une attitude individualiste et égoïste qui a beaucoup de choses de libéral et peu ou rien d’anticapitaliste, même si elle est revendiquée par la gauche.

Essayons donc de clarifier notre point de vue : c’est une chose d’être conscient des difficultés face à un énorme problème historique, c’en est une autre de s’aligner derrière les troupes chamelières de la bourgeoisie et de son gouvernement en Italie, en Europe et dans le reste du monde.

Posons-nous la question suivante : face au fait que la Confindustria demande au gouvernement [l’obligation] le laissez-passer vert pour que les travailleurs puissent se rendre au travail, et si le gouvernement le promulgue, quel sens cela aurait-il d’invoquer le droit à la liberté contre l’obligation de vacciner ? Mais pourquoi, alors, regarder la réalité depuis son propre nombril, depuis son propre individualisme plutôt que d’essayer d’aborder les questions telles qu’elles se posent d’un point de vue objectif ? Pourquoi espérer qu’un groupe de « personnes » s’organise et agisse comme un embryon, voire grandisse pour s’opposer au refus de la vaccination obligatoire ? En bref : pourquoi toujours faire référence à l’individu – même à gauche – plutôt qu’à des facteurs objectifs ? […]

Comment tracer – en tant que communistes – une ligne de dénonciation du mode de production en crise à ce stade ? Certainement pas en faisant la chasse à l’individualisme et au droit à la liberté individuelle, non et encore non, mais en invitant les travailleurs à prendre en charge le contrôle de la chaîne des vaccins, étant donné que c’est nous qui dirigeons le mode de production et donc : a) qui produit ; b) ce qui produit ; c) comment il produit ; d) à quel coût il produit ; e) comment il distribue ; f) à quel coût il distribue ; g) par quels canaux il distribue. Et, si vous le voulez bien, nous aimerions avoir des scientifiques à notre service pour nous soutenir dans une bataille dont les protagonistes ne sont sinon pas complètement passifs, du moins pas du tout. Voulez-vous l’appeler le contrôle des travailleurs ? Donnez-lui le nom que vous voulez, pourvu que nous sortions de l’individualisme et du subjectivisme politique en appelant les travailleurs à se mesurer aux intérêts de leur propre santé, plutôt que de se dépouiller de leurs bras et de les offrir à la bonté de l’État par l’injection de l’infirmière de service. Est-ce que cela est censé construire je ne sais quels fronts anticapitalistes pour la révolution ? Pas du tout, nous voulons simplement faire preuve de bon sens : puisque vous devez injecter un liquide dans notre corps, nous voulons au moins comprendre de quoi il s’agit. D’un autre côté, ne serait-ce pas l’attitude la plus logique du patient envers le médecin ? […]

Les travailleurs ne nous écoutent pas ? Patience pour eux, mais nous avons rempli le rôle que nous devions jouer, car la volonté des opprimés et des exploités ne se développe que par nécessité obligatoire et non par la transmission de vagues idéaux, et encore moins par conviction individuelle sur la validité ou non des vaccins et du Pass Vert. »

***************************************************************************************************************************

FRANCE

Pauvreté : un Français sur quatre ne mange pas à sa faim, selon le Secours Populaire

Selon un sondage mené par le Secours Populaire via Ipsos, 27% des Français ne mangent pas à leur faim. Un quart de la population française est contrainte de réduire les quantités de les assiettes et un Français sur cinq saute même des repas. Thierry Robert, directeur général du Secours Populaire, tire la sonnette d’alarme au micro de RTL….

Ce sondage met également en avant d’autres chiffres alarmants : 42% des parents se privent pour offrir de meilleures conditions de vie à leurs enfants. « On a vu cette souffrance à la fois des parents et à la fois des enfants pendant toute la durée de cette crise sanitaire »

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/pauvrete-un-francais-sur-quatre-ne-mange-pas-a-sa-faim-selon-le-secours-populaire-7900070355

« Bon sang ne saurait mentir »
image.png

********************************************************************************************************************

STATES

Le taux de chômage est passé de 5,4 % à 5,2 %, mais uniquement parce que des personnes ont complètement quitté la population active.  Le taux de participation à l’emploi (personnes employées par rapport à la main-d’œuvre potentielle) est à son plus bas niveau depuis 1977.

GRAPHIQUE 1image.png

Et la part des personnes en chômage de longue durée (plus de six mois) est à son plus haut niveau depuis la Grande Récession de 2009.

GRAPHIQUE 2image.png

https://www.facebook.com/Michael-Roberts-blog-925340197491022/

la classe dirigeante supprime l’aide de pandémie aux chômeurs

« Trois programmes ont pris fin lundi. L’un d’eux prévoyait le versement de prestations aux travailleurs indépendants, aux travailleurs à domicile et aux gardes d’enfants, qui n’avaient auparavant pas droit à l’aide au chômage. Un autre programme augmentait la durée de versement des prestations. Un troisième prévoyait le versement d’un montant supplémentaire de 300 dollars par semaine en complément de l’aide aux chômeurs, fournie par les États.

Près de 7,5 millions de personnes seront privées de tout revenu de chômage dû à l’expiration des deux premiers programmes ; 3 millions de personnes supplémentaires perdront le supplément hebdomadaire de 300 dollars, ne leur laissant que l’aide des États, grossièrement insuffisante. Dans les États le plus durement touchés par la pandémie récemment, comme le Mississippi et la Louisiane, le versement hebdomadaire maximal de l’aide aux chômeurs est même inférieur au salaire minimum fédéral dérisoire de 7,25 dollars.

La réalité est qu’un grand nombre des chômeurs actuels ne seront tout simplement pas en mesure de trouver un emploi quelconque dans un avenir prévisible. Les économistes estiment qu’il manquera entre 6,6 et 9,1 millions d’emplois par rapport à février 2020. Selon le dernier rapport du Bureau des statistiques du travail sur le chômage, 8,4 millions de personnes étaient au chômage en août et 5,7 millions d’autres ne faisant pas partie de la population active voulaient un emploi…

Des millions de personnes perdent leur seule bouée de sauvetage économique moins de deux semaines après que la Cour suprême a annulé le moratoire sur les expulsions locatives. Elles menace environ 11 millions de personnes qui sont déjà en retard sur leur loyer. Un autre moratoire sur les expulsions pour saisie immobilière doit expirer le 30 septembre.»

https://www.wsws.org/fr/articles/2021/09/08/pers-s08.html

********************************************************************************************************************

« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 4 septembre 2021

image.png

******************************************************************************************************************************
« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

****************************************************************************************************************************

« LES MANIFESTATIONS CONTRE LE PASSE SANITAIRE : un non-mouvement ? »

[Temps Critiques]

image.png

« Si le mouvement des Gilets jaunes, nous l’avons déjà dit, a tenté une transcroissance de ses motivations d’origine, nous sommes aujourd’hui dans une tout autre situation, bien significative de ce qu’est la société capitalisée. Les manifestations ne manifestent aucun après et pire que cela ce sont les pouvoirs en place et surtout les médias qui ont osé poser la question du « monde d’après » parce qu’effectivement l’arrêt du premier confinement strict ouvrait la possibilité de poser autre chose ce qui est même venu à l’esprit de ceux qui gouvernent. Dans les manifestations d’aujourd’hui, qu’on y soit favorable ou pas, il ne s’agit pas de ça, mais seulement, éventuellement, de résister à ce qui pourrait advenir de pire. »

https://lundi.am/Les-manifestations-contre-le-passe-sanitaire

*****************************************************************************************************************************

CHINE

« L’état de la peste »

image.png

Traduction d’un article publié dans la revue « Brooklyn Rail »

« Chuang est un collectif communiste international qui publie une revue éponyme et un blog. Leur contenu comprend des interviews, des traductions et des articles originaux sur l’ascension de la Chine à travers les décombres de l’histoire et les luttes de ceux qui y sont entraînés. Grâce à des années de recherche sur le terrain, le collectif a développé une analyse communiste incisive qui met l’accent sur les dimensions globales de l’expérience chinoise, sans être obscurcie par les débats du 20e siècle et soutenue par une attention constante aux conditions changeantes de la lutte prolétarienne en Chine et au-delà. Dans leurs interventions théoriques pertinentes et dans les ouvertures sur la vie quotidienne, visibles sur leur blog, le collectif a toujours mis l’accent sur les leçons pratiques pour les nombreuses batailles menées par les prolétaires à travers le monde aujourd’hui et dans un avenir proche. »

http://dndf.org/?p=19685

**************************************************************************************************************************

AFGHANISTAN

« L’Afghanistan, contrairement à l’Irak, manque de produits de base désirables (en dehors du pavot à opium, déjà exporté en quantités suffisantes). L’intervention américaine elle-même est devenue sa principale ressource économique, les milliards de dollars d’aide qui ont afflué ont été engloutis, comme dans d’autres États Potemkine similaires, par toutes les personnalités politiques qui se sont hissées au sommet. La guerre a peut-être été, comme l’a affirmé le comité éditorial du New York Times, « une histoire … de la foi durable des Américains dans les valeurs de la liberté et de la démocratie ».3 Mais il s’avère que cette foi n’est pas assez puissante pour inspirer une lutte jusqu’au bout. En fin de compte, ce que la guerre d’Afghanistan avait en commun avec celle du Vietnam, c’était son caractère ingagnable. Tant dans ses 20 années de mort et de destruction que dans son abandon final, la laideur et la stupidité de cette guerre n’ont été qu’un symptôme du déclin continu du capitalisme américain. S’il y a quelque chose de positif à tirer de cette expérience, c’est la pensée que quelque chose d’aussi puissant peut être aussi faible. »

https://brooklynrail.org/2021/09/field-notes/Stirred-Up

Les talibans peuvent-ils relancer l’économie dévastée de l’Afghanistan ?

Pour de nombreux Afghans, c’est moins la restriction de leurs libertés personnelles que ces sombres nuages économiques qui les empêchent de dormir la nuit. « C’est la question que tout le monde se pose ici »…

image.png

« Les talibans sont pleinement conscients qu’ils auront besoin d’accéder au système financier mondial », a déclaré Fung Siu, économiste principal pour l’Asie à l’Economist Intelligence Unit. « Ils savent qu’ils ont besoin d’une aide internationale pour empêcher un effondrement complet de l’économie, car s’il s’effondre, il y aura des troubles sociaux dans le pays et ils ne pourront peut-être pas contrôler cela. »

https://www.theguardian.com/world/2021/sep/02/can-taliban-revive-afghanistan-shattered-economy

*****************************************************************************************************************************

ALGÉRIE

« Reprise des émeutes à Kherrata »

«  Des affrontements violents ont opposé hier mercredi et aujourd’hui jeudi 2 septembre des centaines de manifestants et des forces anti-émeutes déployées en grand nombre pour empêcher et réprimer la moindre tentative d’une marche populaire dans les rues de cette ville qui a donné naissance le 16 février 2019 au fameux mouvement populaire algérien, le Hirak »

« Suite à la répression d’un rassemblement de soutien aux détenus d’opinion, les populations de Kherrata ont décidé ce jeudi 2 septembre de manifester. Cette nouvelle manifestation a encore été marquée par la répression des forces de l’ordre .

« Reprise des émeutes à Kherrata », a indiqué le vice-président de la Ligue algérienne des droits de l’homme (Laddh)…

« C’est une véritable chasse à l’homme qui a été adressée à Kherrata, toute personne suspectée de prendre part au rassemblement de ce matin, violemment par la police, est systématiquement embarquée, on dénombre des dizaines d’ arrestations »

https://www.tsa-algerie.com/kherrata-reprise-des-heurts-entre-manifestants-et-forces-de-lordre/

*****************************************************************************************************************************

Les trois quarts de la population au Liban vivent désormais dans la pauvreté, selon l’Escwa

image.png

« Les personnes ayant les niveaux d’éducation les plus élevés, ainsi que celles ayant les taux les plus bas, ont maintenant des niveaux de pauvreté similaires« , indique l’agence internationale.

https://www.lorientlejour.com/article/1273678/les-trois-quarts-de-la-population-au-liban-vivent-desormais-dans-la-pauvrete-selon-lescwa.html

*****************************************************************************************************************************

BELGIQUE

Travail: les absences de plus d’un mois se multiplient

image.png

Parmi toutes les catégories d’âge, c’est chez les jeunes de moins de 25 ans que la croissance est la plus forte. L’absence de moyenne durée y a doublé en 30 mois. La tendance est la même pour les 25-29 ans (+33 %) et chez les 30-34 ans (+24 %).

https://www.lesoir.be/391961/article/2021-08-30/travail-les-absences-de-plus-dun-mois-se-multiplient

***************************************************************************************************************************

FRANCE

« On sait bien que… »

« la plus efficace parade aux infamies proférées impunément sur tous les écrans (plats ou non) n’est pas la contradiction frontale à la Hanouna, éructation contre éructation. C’est la question des sources, l’éternelle question des sources. »

https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/ecrans-plats-aux-sources

*****************************************************************************************************************************

ESPAGNE

 Les coursiers de Glovo se mettent en grève alors que les travailleurs indépendants européens se soulèvent-

image.png

« Le mouvement de grève des coursiers de Glovo est le dernier en date d’une série de protestations contre les plateformes de l’économie parallèle cette année, les travailleurs exprimant leur mécontentement face à la précarité du travail et aux bas salaires.

En mars, des livreurs de repas italiens ont organisé une « journée sans livraison » pour protester contre l’absence de congés payés, d’indemnités de maladie et d’indemnités de licenciement.

En avril, les coursiers de Deliveroo au Royaume-Uni sont descendus dans la rue pour protester contre les bas salaires et les conditions de travail.

En juin, les chauffeurs de Bolt au Royaume-Uni ont manifesté pour demander le statut de travailleur, la fin des licenciements abusifs et une rémunération supplémentaire de 2 £ par kilomètre, tandis que les chauffeurs de Gorillas se sont également mis en grève à cause des politiques de licenciement.

Au début du mois, des coursiers lituaniens ont organisé une manifestation contre Wolt, pour protester contre les changements apportés par l’entreprise à sa politique d’indemnisation. Et cette semaine, les chauffeurs de camions de Yodel votent une action industrielle, après que le syndicat britannique GMB n’a pas réussi à trouver un accord avec l’entreprise sur les salaires et les conditions de travail.

Ces protestations s’inscrivent dans le contexte d’une réaction de plus en plus vive à l’égard du travail dans l’économie des « gigs », les tribunaux européens et les gouvernements continuant à affirmer que les travailleurs des plateformes doivent bénéficier des garanties liées au plein emploi. Des alternatives au modèle à forte croissance des startups de livraison commencent également à apparaître. Ce mois-ci, Wings, une coopérative de livraison de nourriture appartenant à des cavaliers, a été lancée à Londres, rejoignant ainsi un nombre croissant de plates-formes de livraison appartenant à des travailleurs qui s’attaquent à des startups financées par des fonds de capital-risque. »

*****************************************************************************************************************************

Le Grand prix 2021 de l’obscénité publicitaire et journalistique est attribué à… RTLimage.png

*******************************************************************************************************************************