« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 26 mars 2022

image.png

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable.» Carbureblog
**********************************************************************************************************

« UNE AUTRE GUERRE »

« Le patriotisme veut imposer l’image d’un peuple uni dans sa résistance, mais cette opération se produit au détriment de celles et ceux qui n’ont pas envie de mourir pour la patrie. Les classes et leur lutte continuent d’exister : nous nous intéresserons ici à ce qui, en Ukraine et en Russie, ne participe pas à la communion héroïque. »

 image.png

« Entretien avec A., 23 mars 2022 »

« Pour ce qui est d’une « économie de guerre », je suis très sceptique quant à la capacité du gouvernement ukrainien à l’imposer, en partie à cause de l’expérience actuelle du « contrôle des prix ». On pourrait voir se développer un travail forcé : ceux qui veulent prétendre aux aides promises aux réfugiés devant participer à du travail « socialement utile », mais je ne peux pas faire de prédictions à ce propos.

[…] C’est vrai que l’Ukraine n’a pas de « parti social-démocrate » ou de « parti de la classe ouvrière » important. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment comment ça se fait ! Cet état de fait modèle le mouvement antiautoritaire en Ukraine : il est clair qu’une insurrection devra se produire en dépit de l’absence d’un « mouvement de gauche », et les gens qui voudraient simplement bâtir une social-démocratie ne sont pas pris au sérieux. Je pense qu’une des raisons de l’absence d’émergence de tels partis est que chaque mouvement les voyait comme un élément négatif du passé soviétique. D’autre part, l’émergence du nationalisme sur la dépouille de la République soviétique d’Ukraine et la polarisation de la population qui en a découlé n’ont pas plus favorisé l’émergence d’une « gauche ». Alors qu’en Russie de tels partis ont gagné en popularité ces dernières années, dans l’économie ukrainienne stagnante il n’y a guère de place pour un État-providence de quelque type que ce soit, même théoriquement, et des politiques d’austérité pour s’adapter aux nécessités du marché ont été mises en œuvre par tous les gouvernements. »

***************************************************************************************************************

 LETTRES D’UKRAINE // PARTIE 2 


image.png

« Nous ne pouvons pas continuer à analyser la situation en nous contentant de considérer uniquement les symboles et les slogans, en ne voyant le fascisme que lorsqu’il porte une croix gammée ou encore en faisant l’éloge de certaines brigades parce qu’elles arborent des drapeaux noirs. Dans le premier cas, certains pourraient être motivés par une incapacité à voir le fascisme comme une composante nécessaire des techniques de gouvernement libérales, dans le second, par le désir d’un sujet révolutionnaire stable et pur. Un sujet déjà conscient ne peut pas se former, même si certains tentent de contourner le problème de la composition en proclamant la venue du Messie dans la percée de luttes sans revendication, alors que d’autres espèrent encore voir surgir une hégémonie démocratique révolutionnaire sur les bases politiques du XXe siècle. Les révolutionnaires ne représentent encore qu’une goutte d’eau dans l’océan porté par chaque soulèvement. Notre tâche présente tient aussi au fait de faire en sorte que nos faiblesses deviennent des forces au cours des prochaines insurrections qui surgiront. »

https://tousdehors.net/Lettres-d-Ukraine-partie-2

***********************************************************************************************************

« Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la commission parlementaire des politiques sociales et le ministère de l’Économie ont fait des propositions tout aussi radicales pour modifier le droit du travail en faveur des employeurs et pour restreindre considérablement les droits des syndicats. »

« Le gouvernement ukrainien démantèle les droits du travail pendant la guerre »

« La nouvelle loi restreint considérablement les droits des employés (sur les heures de travail, les conditions de travail, le licenciement et l’indemnisation après le licenciement) et augmente l’influence des employeurs sur leur main-d’œuvre…

Les employeurs peuvent augmenter la semaine de travail de 40 heures à 60 heures, raccourcir les vacances et annuler des jours de vacances supplémentaires. Ils ont également une plus grande flexibilité dans l’embauche d’employés…

 certains craignent que le projet de loi ne serve de base à une transformation plus radicale de la législation du travail et des syndicats. Plusieurs mois avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la commission parlementaire des politiques sociales et le ministère de l’Économie ont fait des propositions tout aussi radicales pour modifier le droit du travail en faveur des employeurs et restreindre considérablement les droits des syndicats

https://www.opendemocracy.net/en/odr/ukraine-suspends-labour-law-war-russia/


image.png

« 21 avril, 2021

Les syndicats ukrainiens s’inquiètent d’au moins sept projets de loi anti-ouvriers et anti-syndicats qui violent la constitution nationale et les normes internationales du travail, notamment des conventions de l’OIT et des directives de l’UE. »

https://www.industriall-union.org/fr/lukraine-doit-abandonner-sa-reforme-legislative-anti-ouvriere

***********************************************************************************************************

11 partis politiques suspendus en Ukraine

« Parmi les partis et coalitions suspendus ont retrouve les principaux partis représentatifs des russophones de l’Est de l’Ukraine comme la « Plateforme d’opposition – Pour la vie » et le « Bloc d’opposition ». Des partis représentés à la Rada et dans les oblasts qui connaissent la guerre depuis 2014.

Mais aussi les dernières organisations de centre-gauche comme le « Parti Socialiste d’Ukraine », « Les socialistes » où de gauche comme « l’Opposition de gauche », « l’Union des forces de gauche » et le « Parti Socialiste Progressiste d’Ukraine ». »

https://www.editoweb.eu/nicolas_maury/11-partis-politiques-suspendus-en-Ukraine_a15983.html

**********************************************************************************************************

Et si seulement c’était vrai !

« Des troupes russes mutinées ont écrasé leur propre commandant, selon des responsables occidentaux.

Le signalement initial de la mutinerie a été fait mercredi sur Facebook par un journaliste ukrainien, Roman Tsymbaliuk, qui a déclaré qu’elle était survenue après que l’unité, qui combattait à Makariv, à l’ouest de Kiev, avait perdu « environ 50 % de son personnel »…

« Le commandant russe qui a été délibérément écrasé par un char conduit par ses propres soldats mécontents pour protester contre le nombre élevé de morts dans son unité est décédé ». »

https://www.theguardian.com/world/2022/mar/25/russian-troops-mutiny-commander-ukraine-report-western-officials

« Combien de soldats russes sont morts dans la guerre en Ukraine ? »

« lundi, le tabloïd russe Komsomolskaïa Pravda, qui publie fréquemment des reportages pro-Kremlin, a publié une bombe enfouie profondément dans un reportage sur la guerre : « Selon les données du ministère russe de la Défense… 9 861 soldats russes avaient été tués au combat et un autre 16 153 avaient été blessés. »

https://www.theguardian.com/world/2022/mar/22/how-many-russian-soldiers-died-ukraine-losses

**********************************************************************************************************

BIELORUSSIE

image.png

« Le chef des chemins de fer ukrainiens, Alexander Kamyshin, a confirmé qu’il n’y avait pas de liaison ferroviaire entre l’Ukraine et la Biélorussie « grâce aux cheminots biélorusses ». Ils ont en effet lancé ce qu’ils ont appelé « une guerre des chemins de fer » avec de nombreux actes de sabotage pour stopper les équipements russes »

****************************************************************************************************

RETOUR VERS LE FUTUR !

« ils survivaient à peine avant, et maintenant ils vont passer des jours dans les files d’attente »

« Nous retournons en URSS »: de longues files d’attente reviennent pour les acheteurs russes

« Alors que les troupes russes avançaient en Ukraine, les magasins de certaines grandes villes ont signalé des pénuries de produits essentiels tels que les tampons. Les prix des produits importés, tels que le détergent Tide, les vêtements ou les dentifrices, ont également grimpé en flèche à mesure que le rouble a chuté…


image.png

 Les Moscovites font la queue pour du pain en 1992. Les Russes doivent à nouveau faire la queue pour des produits de première nécessité comme le sucre et le sarrasin. Photographie : Anatoly Sapronenkov/AFP/Getty Images

Plus inquiétant encore, des médicaments comme l’insuline ont commencé à disparaître des rayons des pharmacies. Certains sondages ont indiqué que les médecins russes sont confrontés à des pénuries de plus de 80 médicaments dans les pharmacies, dont l’insuline et un médicament anti-inflammatoire populaire pour les enfants….

Mais à mesure que l’économie russe se contracte, l’inflation devrait monter en flèche jusqu’à 20% cette année, a déclaré Ribakova. Pour les Russes ordinaires, a-t-elle dit, cela signifierait «la pauvreté. Pauvreté et désespoir. »

« Les gens étaient tellement occupés à survivre », a-t-elle déclaré. « Obtenir des médicaments de base, des aliments de base, survivre avec des pensions minimales… les gens arrivent très maigres dans cette crise. Ils n’ont pas d’économies, ils survivaient à peine avant, et maintenant ils vont passer des jours dans les files d’attente et n’ont pas accès aux soins de santé de base et aux médicaments.

Des milliers d’employés ont été touchés alors que de grandes entreprises étrangères, dont Ikea et McDonald’s, ont temporairement quitté le marché. Pendant ce temps, les usines locales et d’autres employeurs ont également commencé à arrêter la production. Plus tôt ce mois-ci, AvtoVAZ, l’un des plus grands constructeurs automobiles du pays, avait été contraint d’arrêter la production de certaines gammes de véhicules.

Et Sheremetyevo de Moscou, le plus grand aéroport du pays, a déclaré lundi qu’il devrait licencier un cinquième de son personnel et suspendre toute nouvelle embauche alors que le trafic de passagers ralentit en raison des sanctions.»

https://www.theguardian.com/world/2022/mar/23/were-going-back-to-a-ussr-long-queues-return-for-russian-shoppers-as-sanctions-bite

*********************************************************************************************************

« Ukraine 2022 »

« L’invasion de l’Ukraine par la Russie n’est pas une guerre mondiale, mais c’est une guerre au niveau mondial. »

un texte de RS, de la revue « Théorie Communiste »


image.png

« L’histoire est faite de moments, de situations, d’événements qui synthétisent des contradictions qui jusque-là menaient leur vie propre. Les contradictions ne perdent pas leur spécificité mais elles se rencontrent, s’interpénètrent. L’invasion russe en Ukraine est cette sorte d’événements. Le principe est unique, c’est la crise de la mondialisation comme fondamentalement crise de la déconnexion, mais les manifestations sont multiples chacune dans leur ordre, leurs caractéristiques et dimensions propres. Tout se coagule : lutte des classes, crise politique de la politique, affrontements géopolitiques.

Ce qui est en jeu depuis 2008, c’est une reconfiguration de la mondialisation passant par les Etats et leur organisation nationale d’existence et d’influence. Nous vivons un « moment national » nécessaire, ce n’est pas la « solution », c’est un moment de la crise et seulement une indication de la perspective. »

http://dndf.org/?p=20016

************************************************************************************************************

« Kazakhstan récits du soulèvement de janvier 2022 »

brochure, receuil de textes sortis pendant et après le soulèvement au kazakhstan


image.png

« Certains de ces textes s’orientent vers le côté « insurrectionnel » de la lutte dans la rue. D’autres mettent en avant les grèves de masse. Chaque courant politique se concentre sur ce qui lui paraît le plus significatif. Pour nous, qui considérons que ces deux moments, la lutte sur les lieux de travail comme la lutte frontale face à l’État, se renforcent l’un l’autre et composent ensemble le mouvement, c’était un enjeu de présenter tout autant ces deux aspects. »

***********************************************************************************************************

Blog DDT21 : « Covid, crise et résilience capitalistes »

 image.png

« Une « crise », c’est un moment décisif, un point de bascule dans une maladie, le moment incertain qui oblige à des choix – qui ne sont pas forcément ceux d’une rupture. Fractures, instabilités, contradictions… ne manquent pas, mais la vraie vulnérabilité de nos sociétés vient de ce qui les anime : le rapport capital/travail salarié. La suite dépendra des prolétaires.

D’ici là, il importe de faire la différence entre ce sur quoi nous n’avons pas prise, et ce qui dépend de nous. Philip K. Dick écrivait que « tous les gouvernants ont un certain aspect fictif qui fait partie en somme de leur maquillage de scène » (La Vérité avant-dernière, 1964). La pandémie actuelle a sa matérialité, ses millions de morts, une misère accrue, elle projette aussi ses fictions, ses mythes, ses illusions – et mieux vaut ne pas confondre la réalité avec la fiction. »

« Dimanche, dans le centre technologique de Shenzhen, des vidéos partagées en ligne montraient des habitants manifestant dans un quartier fermé, après que les restrictions aient duré plusieurs jours de plus que prévu, selon des publications sur les réseaux sociaux.

« Vous ne pouvez pas faire ça – nous devons manger et payer le loyer« , entend un homme parmi une foule de manifestants crier d’angoisse aux travailleurs de la santé, qui se tenaient derrière de hautes barrières en plastique, selon une vidéo partagée en ligne.

« Déverrouillez ! Nous exigeons la levée du confinement ! » d’autres ont crié dans un deuxième clip.

Dans un autre cas, dans la ville voisine de Guangzhou au début du mois, des milliers de personnes ont été vues dans des séquences vidéo essayant d’échapper à un verrouillage instantané lors d’une foire commerciale. Certains ont sauté des clôtures pour éviter d’être enfermés à l’intérieur du site après la découverte d’un seul cas positif.

De telles scènes sont en grande partie sans précédent dans la lutte de plus de deux ans de la Chine contre le virus. »

https://edition.cnn.com/2022/03/25/china/china-covid-frustration-exit-plan-intl-hnk-mic/index.html

**************************************************************************************************

« 100 balles et 1 Mars – Retour sur l’origine des Gilets Jaunes »

 image.png

« Suite au mouvement des Gilets Jaunes en France, nos camarades allemand·es de Translib ont rédigé cette analyse des évènements, en les contextualisant dans le temps plus long des luttes et de l’histoire politique française. Comment un mouvement, a priori sans liens avec les organisations historiques du mouvement ouvrier et sans références explicites à ce dernier, a-t-il pu prendre une telle intensité ? En revenant sur les évolutions du prolétariat français, du syndicalisme et des conflits sociaux de ces cinquante dernières années, cette traduction apporte des éléments afin de bien distinguer les spécificités des Gilets Jaunes. »

************************************************************************************************************

« Les ouvriers n’ont pas disparu ; mais au lieu de fabriquer des objets, ils les déplacent »


image.png

« si la pandémie de Covid-19 a en effet révélé les transformations du travail, ce n’est pas, comme on le répète à satiété, dans le sens d’une plus grande autonomie conquise grâce au travail à distance. Je crains au contraire que le futur du travail, loin du « monde d’après » fantasmé que l’on nous promet, ne ressemble étrangement au travail du « monde d’avant »…

https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/22/juan-sebastian-carbonell-les-ouvriers-n-ont-pas-disparu-mais-au-lieu-de-fabriquer-des-objets-ils-les-deplacent_6118545_3232.html

********************************************************************************************************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s