« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui est là » le 6 novembre 2021

image.png

« Pour nous, les luttes ne sont pas un environnement douillet, une toile de fond destinée à mettre nos idées en valeur, elles sont le problème. Et si nous n’y sommes jamais complètement chez nous, même quand nous y participons, c’est que dans cette société il n’y a pas de place pour le communisme. Les questions que nous posons aux luttes telles qu’elles sont, nous les posons du point de vue du dépassement et de la rupture, du point de vue de ce qui craque, du point de vue des tensions et des déchirements, et ça n’est jamais confortable. » Carbureblog 

********************************************************************************************************
ITALIE

« pas de chantage au travail »

Reportage des places de Trieste ces derniers jours

Extraits en traduction DeepL

image.png

« Les journées du mercredi 27 et du jeudi 28 octobre ont vu une première sortie de l’impasse dans laquelle le mouvement était tombé, à travers deux cortèges dans la ville, situés dans des quartiers populaires et/ou périphériques.

La première, organisée le mercredi matin et appelée au pied levé par les « dockers », est partie d’un quartier populaire pour se rendre dans la zone industrielle de la ville. Environ deux mille personnes y ont participé. La seconde a été convoquée jeudi à 17 heures, en même temps qu’un appel à une journée d’abstention du travail, profitant de la couverture syndicale du fisi (syndicat dont la direction comprend quelques éléments d’extrême droite), qui a vu une bonne participation, notamment dans le secteur des bus et des tramways.

L’invitation d’hier était claire : descendre dans la rue avec ses revendications, à commencer par le chantage au travail, sans drapeaux ni symboles. Le cortège, qui a vu la participation de 7000 à 10 000 personnes, principalement de Trieste, est parti de Campo San Giacomo, une place du quartier ouvrier historique du même nom, pas très loin du centre ville. De là, le cortège est descendu vers le siège de Trieste Trasporti, où il a croisé de nombreuses banderoles accrochées aux murs à proximité, aussi bien celles de la semaine précédente avec des slogans tels que « nous sommes en grève, nous sommes au port », que les nouvelles sur le thème de la défense de l’emploi.

De nombreuses catégories différentes étaient présentes : camionneurs, métallurgistes, enseignants, éducateurs, étudiants et chercheurs, et même des travailleurs de la santé…

Les mots d’ordre d’hier étaient donc « pas de chantage au travail » et une opposition ferme à la mesure du passeport vert, avec plusieurs interventions de l’assemblée mettant en cause la mauvaise gestion de la pandémie d’un point de vue social. Citant l’une des interventions : « La pandémie et les mesures restrictives pour la contenir et la gérer ont entraîné un fort appauvrissement, et au contraire, il n’y a pas eu de mesures pour la contenir. Au contraire, une gestion autoritaire a conduit de nombreuses personnes à devoir accepter un durcissement des conditions de travail, ou la perte brutale de leur emploi sans autre protection. »  D’autres interventions ont établi la différence entre ce mouvement, et son opposition au passeport vert, et les manifestations plus novax. En citant à nouveau les interventions de la camionnette de tête : « Nous ne sommes pas no-vax, nous luttons unis, vaccinés et non vaccinés, contre l’instrument du passeport vert, car c’est du chantage à l’emploi ». En effet, il est clair qu’à travers cet outil le gouvernement impose comme seule issue à la pandémie celle de la vaccination de masse, mais sans se préoccuper d’une protection alternative et généralisée de toute la population (tant pour ceux qui travaillent que pour ceux qui ne travaillent pas) et de réorganiser sérieusement la structure sociale (dans les écoles, la santé, les lieux de travail et le social). »

https://www.infoaut.org/precariato-sociale/reportage-dalle-piazze-triestine-degli-scorsi-giorni

Hausses à deux chiffres pour la farine, le pain et les pâtes

« Après environ un an de grondements, la hausse est enfin arrivée. Et il a plu sur tous les consommateurs. Nous parlons de pain, pâtes, pizza et autres produits de boulangerie. L’observatoire national  Federconsumatori  a élaboré une nouvelle enquête sur les prix et les résultats, comme on dit dans ces cas, parlent d’eux-mêmes : de mars à octobre 2021 la farine a augmenté de 38%, franchissant le seuil de l’euro (1,09), les pâtes complètes de 33 % et atteint 2,90 €, le pain de 11% et est désormais à 3,86 € le kilo. »

Rialzi a due cifre per farina, pane e pasta: ecco cosa sta succedendo con il governo dei fenomeni

********************************************************************************************************

CHINE

Les Chinois appelés à stocker la nourriture

« Le gouvernement chinois a appelé la population à constituer des réserves de nourriture, au moment où le pays tente de combattre un regain épidémique limité qui perturbe les communications. Un avis affiché sur le site Internet du ministère du Commerce lundi 1er novembre au soir invite «les ménages à stocker une certaine quantité de produits de première nécessité afin de faire face aux besoins quotidiens et aux cas d’urgence». L’avis ne précise pas la raison de cet appel ni si le pays est menacé de pénurie alimentaire…

Le mois dernier, les prix de 28 denrées alimentaires étaient en hausse de 16% par rapport au mois précédent, a rapporté lundi la presse chinoise, s’appuyant sur des données officielles. »

https://www.sudinfo.be/id425379/article/2021-11-02/les-chinois-appeles-stocker-la-nourriture-pour-faire-face-aux-cas-durgence

« Cela fait dix ans depuis le soulèvement de Zengcheng, lorsque des travailleurs migrants se sont révoltés pendant des jours après qu’une colporteuse enceinte a été violemment poussée au sol par la sécurité

Des rumeurs ont circulé selon lesquelles elle avait fait une fausse couche et les travailleurs se sont rapidement organisés via les réseaux de la ville natale du Sichuan. La région abritait de nombreux fabricants de vêtements et les ouvriers de l’usine se sont joints aux travailleurs informels pour briser et brûler des voitures de police, des bâtiments gouvernementaux et d’autres sites.

Après plusieurs jours, la révolte a été réprimée par la police anti-émeute et l’APL. Bien que le gouvernement l’ait nié, de nombreux rapports ont fait état de plusieurs décès

Une cible particulièrement importante était le chengguan, la force para-policière chargée de maintenir des usages particuliers de l’espace public, largement méprisé par les travailleurs migrants pour leur traitement brutal des colporteurs ambulants.

À notre connaissance, il n’y a pas eu de révoltes interprofessionnelles de cette ampleur au cours de la dernière décennie. Le gouvernement a fait des efforts pour régner à chengguan. Ils se sont également beaucoup améliorés pour anticiper et annuler l’action collective avant qu’elle n’explose »

A lire ou relire “No Way Forward, No Way Back:

China in the Era of Riots”

 “Ni marche en avant, ni marche arrière” La Chine à l’ère des émeutes

http://www.centerblog.net/politique/384814-4393-la-chine-a-ere-des-emeutes-1-

http://www.centerblog.net/politique/384814-4394-la-chine-a-ere-des-emeutes-2-

********************************************************************************************************FRANCE

 « les ouvriers de la sécurité *» à l’œuvre !

« Sur les images, deux policiers encadrent le suspect et disparaissent avec lui derrière le véhicule.« Il ne sait pas nager, un bicot comme ça, ça ne nage pas », dit alors Pierre C., un autre fonctionnaire présent, lui, à l’image. « Ahah, ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied », répond Dorian A., également membre de la brigade territoriale des Hauts-de-Seine. Ils ont reconnu leurs propos, ont été suspendus à titre conservatoire pendant cinq mois et demi, avant d’être réintégrés puis sanctionnés, par leur hiérarchie, d’une expulsion temporaire de quinze jours, dont cinq jours fermes. »

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/11/05/un-bicot-comme-ca-ca-ne-nage-pas-quatre-mois-de-prison-avec-sursis-requis-contre-un-policier_6101004_3224.html

https://www.dailymotion.com/video/x6ywm7e
*********************************************************************************************************STATES

Il y a 10 ans, le 2 novembre 2011, au moins 15 000 manifestants ont fermé le port d’Oakland. L’action était la pièce maîtresse d’une « grève générale » qui avait été convoquée par une assemblée générale d’Occupy Oakland la semaine précédente, après que la police eut violemment vidé leurs camps

image.png

« Evacuation très musclée d’Occupy Oakland »

« Magic Actions – A propos du mouvement Black Lives Matter »image.png 

« Prenant pour point de départ les émeutes et manifestations de l’an dernier, Tobi Haslett revient sur le mouvement Black Lives Matter du point de vue d’un de ses militants. Nous vous proposons la traduction de son article Magic Actions, publié cet été dans n+1. Il s’intéresse à l’inscription de BLM dans le temps plus long de l’histoire de l’anti-racisme américain en se focalisant sur ses tendances plus insurrectionnelles et son rapport à la violence politique, notamment dans le cadre des villes des Etats-Unis. L’ancrage social et racial de BLM et des émeutes y sont analysées. Il discute aussi de la répression subie par le mouvement, ses capacités d’action dans le contexte de la crise sanitaire, des critiques reçues de la part des Démocrates et enfin des perspectives d’avenir du mouvement. »

« Striketober » devient « Strikevember »

« Ce qui est unique en ce moment, c’est qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre dont se plaignent de nombreux employeurs, mais c’est une pénurie de main-d’œuvre qui est en grande partie provoquée par les travailleurs. Les travailleurs se retirent du marché du travail parce qu’ils sont insatisfaits des emplois qu’ils occupent actuellement. »

https://www.npr.org/2021/11/02/1051112806/strikes-labor-great-resignation-covid?t=1636114361084

image.png

Les données sur l’emploi aux États-Unis ont montré une forte augmentation de la croissance de l’emploi en octobre – plus 531 000, car de nombreux secteurs des services (loisirs et hôtellerie) ont embauché davantage de personnel.

Mais le marché du travail américain reste très étroit, avec plus de 4 millions d’Américains qui travaillaient en 2019 et qui n’ont toujours pas d’emploi.  Cela peut être dû en partie à ce que l’on a appelé la « grande résignation », beaucoup refusant de retourner à des emplois précaires mal payés avec des conditions de travail terribles.  La bataille est engagée pour augmenter les salaires et améliorer les conditions dans ces secteurs, tandis que les employeurs tentent de faire le contraire.  Il n’y a pas encore de « retour à la normale »


********************************************************************************************************ALGÉRIE

« plus de la moitié des Algériens vivent soit dans la pauvreté, soit dans la quasi-pauvreté, c’est-à-dire qu’il suffit d’une importante augmentation des prix à la consommation ou d’une importante diminution de leurs revenus réels pour qu’ils basculent dans la pauvreté »…

image.png

« Selon les deux derniers rapports sur les salaires 2018-2019 et 2020-2021, publiés par l’OIT, la croissance du salaire réel moyen en Algérie a été négative sur la période 20002017 (4,4%) et en 2018 (-2,6%). Ce recul est dû essentiellement à la stagnation en valeur nominale du SNMG durant 8 années. Mais, en valeur réelle, ce dernier a reculé (-2,6%) sur la période 20102019, malgré une croissance annuelle moyenne de la productivité positive (+ 0,6%) »..

Les salaires des Algériens sont tellement bas qu’il leur est impossible de faire face aux prix internationaux des produits essentiels, notamment alimentaires. Une partie de la population a, plus ou moins, pu résister à cette double crise économique et sanitaire grâce à la subvention des produits alimentaires budgétisée et grâce à des prix énergétiques locaux, calculés en référence à leur coût de revient local et non au prix international, comme le font le FMI et la Banque mondiale (BM)…

Chômage : une hausse difficile à cacher…

Abordant le volet lié au chômage, l’expert estime qu’il est en nette hausse que les autorités ont de plus en plus de mal à masquer. Le dernier rapport publié par l’ONS, en mai 2019, porte la population en chômage à 1,5 million, correspondant à un taux de chômage de 11,4%, dont 442 000 jeunes âgés de 16 à 24 ans (soit un taux de 26,9% pour cette catégorie).

Toutefois, il faut noter que « le nombre réel des chômeurs est largement sous-estimé par les statistiques officielles, du fait de la manipulation du taux de la population active, qui permet d’ajuster le taux de chômage », relève-t-il. Plus explicite, il ajoute : « À ce titre, l’examen des différents rapports de l’ONS fait ressortir que le taux d’activité des jeunes (population active âgée de 16 à 24 ans rapportée à la population totale de cette tranche d’âge) est passé de 37% en 2000 à 29,3% en 2010, puis à 25% en 2019. Si l’ONS avait, en 2019, pris le même taux d’activité des jeunes de l’année 2000 (soit 37%), le taux de chômage de cette catégorie aurait été, non pas de 26,9% comme retenu en mai 2018, mais de 50,3%, et le taux de chômage global s’élèverait à 16,44%. Par genre, cela aurait donné une femme sur trois et 3 jeunes filles sur quatre en chômage. »

Précarité du travail

Il est néanmoins important de rappeler que cet état des lieux de l’emploi concerne la période pré-Covid-19, que la pandémie est venue aggraver substantiellement et dont l’impact réel reste à évaluer. C’est dire la précarité du travail qui tend à se généraliser dans le pays. « Plus de la moitié des travailleurs algériens, soit près de 6 millions d’employés, exercent dans le secteur informel, à titre de salariés non déclarés, d’indépendants, de tâcherons, d’agriculteurs, de travailleurs à domicile, etc., sans aucune protection sociale contre les aléas de la vie, la maladie ou la perte de revenu »…

Dans le secteur privé (non informel), signifie-t-il, ils sont « plus de 3 millions de salariés, dont les trois quarts occupent un emploi temporaire. La moitié de ces travailleurs, dont quatre jeunes sur cinq, ne sont pas déclarés à la sécurité sociale »…

https://www.liberte-algerie.com/actualite/les-algeriens-en-proie-a-la-grande-precarite-367449

La hausse des prix des produits de consommation en Algérie éclipse le reste des sujets

« Depuis 2020, la nomenclature des produits (sardines, poulet, pomme de terre…) qui deviennent  inaccessibles ne cesse de s’élargir avec, épisodiquement, des pénuries comme celle qui a fait disparaître des étals l’huile de table pendant de long mois… »

L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souligne que la situation actuelle est seulement comparable à celle des années 1974-1975 qui a suivi la grande crise pétrolière mondiale.

Au début du mois en cours, l’indice de la FAO faisait état d’une augmentation des prix mondiaux des produits alimentaires en septembre de l’ordre de 33% par rapport à la même période de 2020. Depuis juillet, les prix ont gagné 3%, atteignant des niveaux jamais vus depuis dix ans (2011), précise encore l’organisation planétaire…

Outre la hausse des prix à l’importation, ce qui se répercute sur le niveau des prix en interne, l’Algérie a aussi cette particularité d’avoir mis en place une politique de rationalisation des importations pour préserver ses réserves de change, à travers des restrictions sur certaines marchandises et l’interdiction à l’importation pour d’autres…

Pour le cas de la pomme de terre qui a atteint en quelques semaines le double de son prix ordinaire, certains professionnels pointent du doigt le faible rendement des semences locales sur lesquelles se sont rabattus les agriculteurs comme alternative à la semence importée. L’équation est sans doute valable pour d’autres produits ayant vu leur pris s’envoler subitement ces dernières semaines. »

https://www.tsa-algerie.com/inflation-la-hausse-des-prix-est-elle-une-fatalite-pour-lalgerie/

******************************************************************************************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s