« Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » le 12 mai 2018  

Retour à la case FMI pour l’Argentine, 17 ans après son défaut de paiement de 2001


argentine
extraits

Le peso argentin, qui à l’ouverture des marchés mardi chutait de 4,61% à 23,41 pesos pour un dollar, se reprenait légèrement peu après le discours présidentiel, à 23,06. La monnaie avait dégringolé de près de 5% la semaine dernière, sous l’effet notamment de la hausse des taux des bons du Trésor américain, obligeant la Banque centrale à relever son taux directeur à 40%, le niveau le plus élevé au monde.

Mais un taux aussi astronomique peut affecter la croissance du pays, troisième économie d’Amérique latine derrière le Brésil et le Mexique, qui s’était redressée en 2017 à 2,8%, après une chute du PIB de 2,3% en 2016. « Il est certain qu’un taux plus élevé peut avoir un impact sur la productivité, même si cela dépend de combien de temps ça dure, mais l’Argentine a souffert de nombreuses crises par le passé, nous devons nous assurer que cela n’arrive plus », avait souligné le ministre Dujovne la semaine dernière.

 Après cette thérapie de choc, une autre mesure pour freiner la chute du peso est entrée en application lundi: elle force les établissements bancaires à remettre sur le marché une partie de leurs réserves de billets verts, environ 2 milliards de dollars.

 Mardi, la Banque centrale doit annoncer son taux directeur, qu’elle pourrait encore relever pour convaincre les Argentins de placer leur argent plutôt que d’acheter des dollars, monnaie refuge quand l’inflation est forte. Ce qui permettrait d’enrayer la dévaluation du peso. Le pays est confronté à une inflation élevée, de 24,8% en 2017, qu’il compte ramener à 15% cette année, mais le FMI se veut plus pessimiste, attendant 19,2%.

https://www.latribune.fr/economie/international/attaquee-sur-les-marches-l-argentine-demande-l-aide-du-fmi-777913.html

Lire aussi

Global debt crisis ahead?

https://thenextrecession.wordpress.com/2018/05/08/global-debt-crisis-ahead/

« Le dollar monte et tout augmente »; « Nous ne sortons plus du puits »; « Ça va chier. » 

Comme un mantra, les Argentins répètent aujourd’hui les phrases qui précèdent ces explosions cycliques de leur économie, comme si les bons moments étaient l’incubateur d’une grande crise, le prélude à des cataclysmes irréductibles. Le découragement est respiré à Buenos Aires.

https://elpais.com/internacional/2018/05/05/argentina/1525543428_960247.html

*******************************************************************************

L’économie iranienne se prépare au pire

extraits

Le retour du « plus haut niveau de sanctions économiques » annoncé par Donald Trump risque de fragiliser un peu plus le pays.

Mais sur le marché noir, la glissade s’est poursuivie. Des estimations évaluent les sorties de capitaux entre 10 et 30 milliards de dollars (entre 8,4 et 25,2 milliards d’euros) au cours des quatre derniers mois, symptôme des craintes d’un effondrement de l’économie.

L’IRAN NE S’EST JAMAIS REMIS DES ANNÉES DE CRISE. LES IRANIENS ONT LES POCHES VIDES, L’APPAREIL PRODUCTIF ROUILLE

« Si les pressions à la baisse s’accentuent, ce qui est prévisible, les autorités vont-elles pouvoir tenir ? », s’interroge un analyste installé à Téhéran. La dépréciation de la monnaie risque d’alimenter l’inflation, déjà proche de 10 %, et l’exaspération d’une population qui estime avoir peu bénéficié de la levée des sanctions internationales depuis 2016.

Près de 30 % des jeunes sont au chômage

Il y a un malentendu autour de l’accord nucléaire : malgré deux ans de relative embellie économique, l’Iran ne s’est jamais remis des années de crise. Les Iraniens ont les poches vides, l’appareil productif rouille. Les ventes de pétrole libérées par l’accord ont bien apporté des devises, mais elles n’ont pas entraîné la création d’emplois en nombre suffisant pour absorber le million de jeunes rejoignant chaque année le marché du travail. Presque 30 % de la jeunesse demeure au chômage, selon le Fonds monétaire international.

« Les grands ajustements ne se matérialisent pas du jour au lendemain. L’économie aurait eu besoin de temps pour s’adapter au nouvel environnement et renouveler son tissu productif  », décrit Seltem Iyigun, économiste chez l’assureur-crédit Coface

Le secteur bancaire semble au bord de l’implosion

D’ores et déjà, le nouvel ambassadeur américain à Berlin, Richard Grenell, a sommé les entreprises allemandes de cesser leurs activités en Iran. La volte-face américaine devrait aussi peser durement sur le secteur pétrolier, qui avait été le principal gagnant de l’accord – ses exportations ont plus que doublé dans l’intervalle – et le moteur de la reprise.

Ces défis s’ajoutent à ceux qui perdurent sur le front intérieur. Le secteur bancaire, sous-capitalisé et lesté de créances douteuses, semble au bord de l’implosion. En cinq ans de pouvoir, le président Hassan Rohani a tenté d’assainir l’économie, tout en peinant à poursuivre sa politique de rigueur affichée, face à la résistance de corps d’Etat gourmands et à l’impopularité de ses coupes dans les aides publiques aux plus pauvres. Sa stratégie de croissance nationale misant sur le privé paraît peu prometteuse, au vu de la faiblesse du secteur, qui représente environ 20 % de l’économie iranienne.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/05/09/avec-le-retrait-des-etats-unis-de-l-accord-sur-le-nucleaire-l-economie-iranienne-se-prepare-au-pire_5296524_3234.html

*********************************************************************************

en clair : faire suer le burnous à la population paupérisée

Le FMI appelle l’Egypte à « élargir, approfondir » le programme de réformes pour maintenir le progrès

Extraits en traduc google

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré samedi que l’Egypte devrait « élargir et approfondir » son programme de réformes, saluant les progrès du pays dans la mise en œuvre de son programme de réforme économique et de modernisation.

………..

  1. Lipton a décrit le programme de réformes soutenu par le FMI – qui comprenait la libéralisation de la monnaie en novembre 2016 et la levée progressive des subventions à partir de 2014 – comme «des mesures décisives pour renforcer le climat des affaires et améliorer la gestion des finances publiques».

……………

« La réduction des subventions permet une allocation plus efficace des ressources dans l’ensemble de l’économie – ce qui sera un élément important pour libérer le potentiel économique de l’Égypte », a-t-il déclaré.

…………………..

«Mais surtout, l’Egypte ne peut pas retarder l’emploi d’ici 2028, la population en âge de travailler augmentera de 20%, ce qui représente une population active de 80 millions d’Égyptiens dans seulement 10 ans. être le plus grand défi économique de l’Egypte « , a déclaré Lipton.

http://english.ahram.org.eg/NewsContent/3/12/298923/Business/Economy/IMF-calls-on-Egypt-to-broaden,-deepen-reform-agend.aspx

********************************************************************************

GRECE

 la baisse des salaires réels entraîne une chute de l’épargne et des recettes fiscales – un cercle vicieux.

Record de baisse des économies l’année dernière

En particulier, la consommation a diminué de près d’un quart entre 2008 et 2017, passant de 163,3 milliards d’euros à 123,3 milliards l’an dernier, ce qui était la sixième d’affilée avec des économies négatives pour les ménages grecs; cela signifie que le revenu disponible était inférieur à la consommation.

Le rapport du département d’analyse d’Eurobank souligne que la récession économique, la stagnation des investissements et l’ajustement fiscal majeur que la Grèce a connu de 2009 à 2017 ont comprimé la capacité d’épargne des ménages, tant en termes de revenus que d’obligations fiscales. contributions.

http://www.ekathimerini.com/228402/article/ekathimerini/business/record-drop-in-savings-last-year

*********************************************************************************

FRANCE

CHEMINOTS


cheminot blocage

A la gare du Nord, des envies d’actions musclées

« A la fin de l’AG, un militant et un non-gréviste se lancent dans une discussion animée. Le premier reproche à l’autre de ne pas se mobiliser. Il se voit répondre : «Quitte à faire grève, autant tout péter !»

«Quand on regarde les médias le lendemain du 1er Mai, ils n’ont parlé que des dégradations. Peut-être que si on veut faire parler de nous, il faut aussi être violents», suggère un autre militant. Problème : si un cheminot bloque une voie, il risque le licenciement. «C’est du pain bénit pour la direction, c’est trop facile. Il faudrait que ce soient d’autres qui le fassent. Des étudiants ou des militants, par exemple», avance un cheminot. «Il faut surtout que ça soit spontané. Si c’est prévu, les CRS seront là», ajoute un autre gréviste en stratège. Bien qu’elle soit très discutée, l’idée ne fait pas l’unanimité car elle risque de décrédibiliser le mouvement.

http://www.liberation.fr/france/2018/05/06/a-la-gare-du-nord-des-envies-d-actions-musclees_1648230?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1525689235

Le carnaval de la révolution

A propos de la manif du 5 mai du sieur Melenchon

« Ceci n’est pas une vanne.

L’UNEF en manif’ aujourd’hui : « Police nationale, milice du capital ! », « Anticapitalista ». Le cortège de la FI : « Siamo tutti antifascisti ». Mais alors le comble, un gros « coktail molotov, bazooka kalachnikov » lancé par des buros’ qui tenaient une banderole contre la sélection. Du folklore avec des drapeaux tricolores.

Du coup je propose à tous les camarades de changer de slogan dans les cortèges autonomes, avec des « On est pas contents », « Macron démission (stp) », « la police, avec nous ! » et « Résistance ! Résistance ! » pour compenser. »

https://www.facebook.com/profile.php?id=100003827032999&hc_ref=ARSq-aHroS6oLx4gst8gIzVh0qYRWBjUeLMdwBd6FlyguvGfLYFfL5v8p1ieEa_DCl4&fref=nf

et encore sur le 1er mai

LE MILI RÉPOND AU PRÉFET DE POLICE DE PARIS

(Mouvement Inter Luttes Indépendant)

extrait

« Le problème qui s’est posé en ce 1er mai aux politiques comme aux policiers, ce n’est pas le rassemblement de 1200 émeutiers, mais les 14 500 personnes qui les accompagnaient et sympathisent avec leurs pratiques. On ne spécule tant sur le « black bloc » que pour masquer l’existence, autrement plus embarrassante, du cortège de tête. Cet embarras, il est perceptible jusque dans le chiffrage de la préfecture, qui doit désormais admettre qu’il y a presque autant de manifestants « hors du cortège déclaré » que dedans. Déjà, en 1968, la menace politique réelle, ce n’était pas les milliers d’émeutiers, mais la compréhension qui les entourait, et qui d’ailleurs les entoure toujours »

https://lundi.am/Accuse-d-avoir-fomente-les-debordements-du-1er-Mai-le-MILI-repond-au-Prefet-d

1ER MAI (1/2) : LA MANIFESTATION, PENDANT, APRÈS

extrait

« Au passage la Préfecture annonce qu’elle a demandé aux organisations syndicales « d’inviter les manifestants pacifiques à se désolidariser des individus violents susceptibles de créer des exactions ». Dans le « susceptible » se cache le plus profond désir de la préfecture : qu’enfin, il se forme une séparation entre les manifestants masqués et vétus de noir et les autres. Qu’enfin la police puisse séparer physiquement la frange kwaytée du reste du cortège de tête, et ainsi réprimer l’une et désarmer (et dissoudre) l’autre. On ne sait pas si les organisations syndicales ont effectivement fait passer cette consigne, toujours est-il qu’elles avaient, avec la préfecture, prévu d’un parcours « bis », permettant le cas échéant de se débarrasser de la tête (remuante) du cortège. Depuis quelques jours le parcours officiel de la manifestation était connu : extrèmement court, passant sur le pont d’Austerlitz, longeant le rutilant commissariat du XIIIe pour finir place d’Italie. En acceptant un tel parcours (on se demande encore quel fut l’argument de la préfecture pour interdire l’habituel départ place de la République), et en préparant un itinéraire de repli, les syndicats se tiraient une balle dans le pied : ils pouvaient toujours, après coup, se plaindre de la gestion préfectorale des événements, ils avaient effectivement participé à celle-ci

https://lundi.am/1er-Mai-1-2-la-manifestation-pendant-apres

« la fonte des masses syndiquées et l’inflation des cagoulés en début de manif, c’est le mouvement de l’Histoire, sous nos yeux myopes.

qui sont donc ces 14 000 ?

 …….. Le cortège de tête. Kesako, «le cortège de tête ?». Des manifestants, fatigués de piétiner sagement derrière les banderoles syndicales, qui préfèrent bader en liberté, non loin des cagoulés, devant, derrière, autour. En quelques années, depuis la loi travail, les syndicats se sont, en effet, laissés déposséder de la tête de manif. De cortège en cortège, les rangs syndicaux se clairsèment, tandis que s’étoffe le cortège de tête

Le cortège de tête ne pense pas en noir et blanc. Désolant constat : tous les cagoulés ne sont pas casseurs, et tous les casseurs ne sont pas cagoulés. Le cortège de tête ne va pas saccager le McDo, mais par sa masse même, il autorise le saccage. »

http://www.liberation.fr/debats/2018/05/06/nous-sommes-tous-le-cortege-de-tete_1648218

et un texte paru avant ce 1er mai

Black Bloc, Maintien de l’ordre et Funambulisme

25 avril 2018

« Fétichiser le lancer de pavé au détriment d’une lutte à l’intérieur de la sphère de la production ne risque de conduire qu’à une ritualisation d’une pratique dont le but est justement d’innover hors des sentiers battus. »

https://agitationautonome.wordpress.com/2018/04/25/black-bloc-maintien-de-lordre-et-funambulisme/

*********************************************************************************

ESPAGNE

Près de cinq millions de personnes, coincées entre la pauvreté au travail et le chômage

en 2017, près de 10 millions de personnes étaient au chômage ou inactives, bien que disposées à travailler, ou ils ont souffert de la précarité et / ou de la pauvreté au travail. Parmi ceux-ci, quatre millions ont une forte probabilité de continuer dans cette situation dans un an, selon une étude de Fedea et Accenture .

https://elpais.com/economia/2018/05/07/actualidad/1525715028_552550.html

Les jours de travail « perdus » en raison des grèves augmentent de plus de 50% en 2017

espagne

https://elpais.com/economia/2018/05/06/actualidad/1525617840_142957.html

***********************************************************************************

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s